Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean Pierre Allali - La disparition de Josef Mengele, d'Olivier Guez

16 Avril 2018 | 166 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Lors du 9ème Salon du Livre de la Licra, deux écrivains ont reçu un prix

La cérémonie se déroulera demain mardi 19 avril à 17h30 au Mémorial de la Shoah à Paris en présence des ambassadeurs de Pologne et d’Israël.

A l'heure où le Front National réalise des scores historiques, la fête de Hanoukah rappelle que les forces politiques qui ne respectent pas les particularismes sont dangereuses

L'EI ne lésine pas sur les moyens et diffuse sur Internet sa propagande ignominieuse...

Il faut croire que certaines alertes ne veulent pas être entendues à temps

Souvent l’on oublie de parler d’eux

Au moins 128 morts à déplorer dans la vague d'attentats qui a frappé Paris vendredi 13 novembre

Portrait de Dov Maimon
Paradoxes de la politique israëlienne
|
09 Novembre 2015
Catégorie : France

"A vos crayons citoyens, à la politique citoyens. Si nous voulons que les choses se fassent il va falloir que certains d’entre nous se bougent."

Tel Aviv sur Seine : succès sur les berges et sur le net, opération réussie !

Portrait de Virginie Guedj-Bellaïche
Le dialogue renoué
|
29 Juillet 2015
Catégorie : France

Mars 2015, je suis à Bruxelles pour présenter mon livre écrit sous le pseudo de Sefwoman, « Je suis juive mais je me soigne ». Au fond de la salle, 3 garçons se marrent. Je parle de ma grand-mère et de service 98 pièces au liseré doré, de son refus de me parler de l’Algérie, des plats typiques, je les vois acquiescer. A la fin de la présentation, ils ont tous les trois le livre en main. « La dédicace c’est pour qui ? », « Ismaël ».

Célébrer le 14 juillet à Tel-Aviv – une occasion de célébrer la double appartenance culturelle et nationale sur un mode festif et joyeux.

12 juillet 1906, Alfred Dreyfus  est réhabilité par la cour de cassation de Rennes. C’était il y a 109 ans, autant dire une éternité.  

INTERNATIONAL - Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang, parce que l'Etat juif est (toujours) considéré et traité quelque part comme le Juif des Etats.
Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang, parce que l'Etat juif est (toujours) considéré et traité quelque part comme le Juif des Etats. Rappelons à ce sujet qu'une campagne BDS -pour Boycott-Désinvestissement-Sanctions- tente de s'implanter en France, en incitant à boycotter les personnes et les produits provenant de ce pays. Expliquons.


Artcile publié dans le Huffinghton Post http://www.huffingtonpost.fr/marc-knobel/boycott-produits-israeliens_b_7...

Un entretien entre Marc Knobel et Michaël de Saint Cheron, philosophe des religions.

Marc Knobel livre une analyse de l'opinion publique à l'égard de l'antisémitisme et d'autres sujets (avant et après les attentats de Janvier 2015).

Pages

 La disparition de Josef Mengele, d'Olivier Guez*

De tous les grands criminels nazis, Josef Mengele est probablement celui dont le nom, aujourd’hui encore, fait le plus trembler. L’épouvantable médecin SS, « l’ange de la mort », le tortionnaire sans pitié qui n’hésitait pas à utiliser et donc, à sacrifier, des enfants juifs, des jumeaux notamment, pour des expériences « scientifiques ». Mengele a réussi à échapper aux tribunaux, aux chasseurs de nazis comme Simon Wiesenthal et aux limiers du Mossad alors dirigé par Isser Harel.

En 1949, il rejoint l’Argentine, le pays de Peron et d’Evita où de très nombreux nazis ont trouvé refuge. Le voilà devenu Helmut Gregor, charpentier dans une entreprise de fabrique de meubles. Le hauptsturmführer Mengele continue cependant d’ avoir des relations avec sa riche famille qui ne manque pas de l’entretenir financièrement et, à l’occasion, de lui rendre visite. En retour, l’infâme médecin qui n’hésite pas, par ailleurs, à entretenir ses capacités en pratiquant des avortements clandestins, fait la promotion de la firme paternelle, spécialisée dans les machines agricoles, auprès des fermiers de Chaco et de Santa Fe.

« Mengele est le prince des ténèbres européennes. Le médecin orgueilleux a disséqué, torturé, brûlé des enfants. Le fils de bonne famille a envoyé quatre cent mille hommes à la chambre à gaz en sifflotant ».

Dans cet ouvrage remarquable, qui lui a valu le Prix Renaudot 2017, Olivier Guez suit Mengele à la trace dans ses différentes caches. On se retrouve au Paraguay, au Chili ou encore au Brésil et, au fil des pages, on croise Adolf Eichmann alias Ricardo Klement, Klaus Barbie, « le boucher de Lyon », Franz Strangl, ancien commandant des camps de Sobibor et de Treblinka ou encore Walter Rauff, inventeur des camions à gaz et bien d’autres monstres hitlériens.

Devenu citoyen paraguayen, Mengele touchera sa part d’héritage et vivra une existence bourgeoise. Mais il sera cependant rattrapé par la justice et, en 1964, déchu de ses titres universitaires.

Il mourra de mort naturelle, sur une plage, le 7 février 1979. Sous le nom de Wolfgang Gehrard, il sera enterré à Embu, au Brésil. En 1992, des tests ADN ont confirmé l’identité du défunt. Ses restes, qui n’ont jamais été réclamés par sa famille, après avoir été stockés dans un placard de l’Institut médico-légal de Sao Paulo, ont été légués à la médecine brésilienne en mars 2016.

Rolf, le fils de Josef Mengele, avocat à Munich, qui a changé de patronyme, a, dans une interview accordée à un journal israélien en 2008, demandé au peuple juif de ne pas le haïr à cause des crimes perpétrés par son père.

Une très belle enquête. Un Prix Renaudot hautement mérité.

Jean-Pierre Allali

*Editions Grasset. Août 2017. 240 pages.18,50 euros.

 

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.