Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean Pierre Allali - La kippa bleue, de David Allouche

20 Mars 2019 | 139 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Il y a six ans (ndlr. : cet article a été rédigé en mars 2018), en mars 2012, à Montauban et Toulouse, sept vies ont été fauchées par un terroriste islamique, donc je me refuse à rappeler le nom.

Le 33ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 7 mars 2018.

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Techouva, de Frédéric Lauze.

Au théâtre de l'Atelier, Le livre de ma mère réveille les souvenirs et sublime la relation la plus sincère qui est donnée à l'homme de connaître.

Pages

Opinion

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Comme chaque été, de nombreux juifs ont décidé de quitter la France pour s’installer en Israël. On parle de 8000 à 10 000 pour l’ensemble de l’année 2015. J’ai moi-même fait ce choix en 2013  et pourtant j’ai, plus que jamais, envie de parler de ceux qui restent. 

Dov Maimon rejoint les auteurs du Blog du Crif !

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

La kippa bleue, de David Allouche*

C’est l’histoire étonnante et attachante d’un adolescent juif marseillais qui a décidé, un beau jour, de rejeter la religion de ses ancêtres et d’envoyer promener au diable sa kippa.

« Je ne crois plus en Dieu », clame-t-il et, contre vents et marées, il projette d’annoncer sa décision à son père à la veille de Kippour. Et d’ailleurs, qu’est-ce qui prouve que Moïse était juif ? Et le sacrifice d’Isaac, n’est-ce pas d’une cruauté indicible. Et le statut de la femme juive, et ce jeûne complet où on ne peut même pas se brosser les dents de crainte d’avaler une goutte d’eau ! Et le kidoush du vendredi soir répété à l’infini toutes les semaines. Et ce pain azyme, la matsa, qui remplace la bonne baguette à Pessah, la Pâque juive. Et l’école juive, étouffante où on l’a inscrit depuis sa tendre enfance. Imaginez-vous que dans cet établissement, les profs sont juifs et les élèves aussi, des Marocains, des Tunisiens et des Algériens, surtout ! Et, attention ! Les filles et les garçons sont séparés !

L’enseignement religieux, le kodesh, quelle plaie ! Le jeune homme a fait les comptes : à raison d’une heure par jour, cela fait plus de deux mille heures au cours de sa scolarité ! Du temps vraiment perdu !

Le judaïsme, et plus généralement la religion, Sasha Cohen n’en veut plus. Il va profiter d’un séjour à Paris que son père lui a offert pour visiter le Salon de l’Étudiant pour réfléchir, au calme, loin des siens, dans sa chambre, la 212, à l’Hôtel Verlaine.

Les parents de Sasha, Sash pour les intimes, sont très pratiquants et son père caresse l’espoir de voir son fils devenir rabbin. Pour l’heure, lui, ne pense qu’à faire la fête avec son cousin parisien Raphaël. Et, pourquoi pas, aller voir les filles, rue Saint-Denis.

À Beaubourg, il fait la connaissance de Carla, une fille superbe. Elle, ce qui la branche, bien qu’elle soit athée, c’est la civilisation ayurvédique et le sanskrit. L’hindouisme, quoi.

Avec Carla, Sasha file le parfait amour. Mais, il va falloir retourner à Paris et affronter son père. Osera-t-il, comme il le projette, lui jeter la kippa bleue à la figure ? Un retournement imprévu attend le lecteur.

L’auteur, économiste, manie avec humour une langue fleurie. Un livre qui amuse et détend. À découvrir !

Jean-Pierre Allali

(*) Éditions Eyrolles. Novembre 2018. 168 pages. 14 €.

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.