Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean-Pierre Allali - La Shoah par balles : La mort en plein jour, par Patrick Desbois

24 Septembre 2019 | 140 vue(s)
Catégorie(s) :
Antisémitisme

Meyer Habib, il y a ceux qui l'aiment et ceux qui l'ont en exècre. Mais on ne peut en aucun cas tolérer un tel déferlement de haine antisémite.

Discours prononcé lors de la Plénière de clôture.

"Les juges d’instruction viennent enfin de rendre leur décision dans le meurtre barbare de Sarah Halimi, dans une ordonnance rendue le 12 juillet dernier. Elles estiment qu’il existe des "raisons plausibles" de penser que le discernement du suspect était "aboli" au moment des faits. Si elle est sans surprise, cette décision reste difficilement justifiable."

Ma réaction après l'annonce du report du vote de l'Assemblée nationale pour l'adoption de la définition de l'antisémitisme de l'IHRA. L'Assemblée nationale a également annoncé qu'avant d'être examinée, la proposition de résolution serait réécrite.

Dans cette éditorial, je m'exprime sur la décision du parquet de Paris de s'opposer à l'incarcération d'Alain Soral. Une décision que je juge inacceptable.

Pages

La Shoah par balles : La mort en plein jour, par Patrick Desbois (*)

Voici un livre d’une intensité exceptionnelle dont la lecture, parfois insoutenable, est cependant nécessaire. Depuis de nombreuses années, le père Patrick Desbois, entouré d’une équipe d’une trentaine de personnes, parcourt l’Europe : Russie, Biélorussie, Ukraine, Pologne, Roumanie, Moldavie, Lituanie, Lettonie, Estonie, Macédoine et Transnistrie, à la recherche des lieux où s’est déroulée ce qu’il a lui-même intitulé la « Shoah par balles ».

Après avoir créé, en 2004, avec Jean-Marie Lustiger, Philippe Barbarin, Jean-Pierre Ricard, le rabbin Israël Singer et Serge Cwaigenbaum, l’association « Yahad-In Unum », il avait relaté le résultat de ses premières investigations dans son livre « Porteur de mémoire » (1).

Aujourd’hui, ce sont plus de 7500 personnes qui ont été interrogées, ce qui justifie amplement la parution de ce second ouvrage sur le sujet. Au départ, c’est une interrogation relative à son grand-père paternel, Claudius Desbois, qui, avec 25 000 Français, avait été déporté au camp disciplinaire de Rawa Ruska en Ukraine, qui a été le déclencheur. Patrick Desbois a voulu en savoir plus. Et c’est ainsi que tout a commencé.

Il va sans dire que les personnes interrogées sont très âgées. À l’époque des faits, elles avaient souvent une quinzaine d’années, rarement plus. Mais toutes, après un moment de retenue, acceptent de raconter ce qu’elles ont vu et, parfois aussi, hélas, accompli.

Car si la soldatesque allemande se chargeait de tuer sans pitié les habitants juifs de villes et des villages, pistolet ou mitraillette au poing, ce sont des citoyens des pays concernés qui ont accompli les tâches subalternes : transporteurs, poseurs de planches, combleurs, creuseurs de fosses, fournisseurs de repas…

Des scènes véritablement dantesques sont décrites : tandis qu’un soldat allemand vide son chargeur sur des malheureux nus, transis et apeurés qui s’écroulent les uns sur les autres dans des fosses préalablement aménagées, on vient lui servir boissons et repas.

Ce qui est terrible à noter c’est que les Juifs assassinés étaient jusqu’ici les voisins et amis de ceux qui ont assisté à leur exécution et qui, parfois, certes souvent contraints et forcés, ont contribué à la bonne marche de la tuerie de masse.

Chaque chapitre de ce livre remarquable, nous fait découvrir un aspect de cette terrible « Shoah par balles » qui, pour l’essentiel, a visé des Juifs, mais aussi des Roms. L’horreur succède ainsi à l’horreur. On apprend que des Juifs avant d’être abattus, étaient obligés de danser, qu’ils devaient se dénuder avant de mourir sous les balles, que leurs vêtements, leurs bijoux, voire leurs dents en or, faisaient, après leur mort, l’objet de tractations, d’échanges et de ventes. Sans oublier les viols de femmes, parfois très jeunes.

De nombreuses illustrations sont proposées, souvent effrayantes.

En fin d’ouvrage, l’auteur se penche sur un autre problème : le sort des populations yézidies livrées à la sauvagerie de Daech. Une comparaison évidente entre Daech et le nazisme s’impose dès lors que Patrick Desbois n’hésite pas à faire.

« Et pourquoi est-il nécessaire de ne pas bien dormir aujourd’hui, soixante-dix ans après la Shoah ? Tout simplement parce que la maladie génocidaire, celle des massacreurs de masse munis d’une prétendue morale, cette maladie n’est pas morte ».

Un livre à lire sans tarder. Pour ne pas oublier.

 

Jean-Pierre Allali

 

(*) Éditions Plon. Septembre 2019. Préface de Denis Peschanski. Introduction historique d’Andrej Umansky. 336 pages. 21,90 €.

(1) Éditions Michel Lafon, 2007 puis Éditions Flammarion, 2009.

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.