Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean Pierre Allali - Le maître du Talmud, de Eliette Abécassis

20 Avril 2018 | 322 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Portrait de Gil Taïeb
Nous sommes debout
|
03 Avril 2017
Catégorie : France, Actualité, Opinion

Samedi 1er avril place du Châtelet se sont réunies une centaine de membres du Collectif Boycott Israël

Francis Kalifat, the Crif President gave a speech at the annual Crif's dinner 2017. 

Né à Tunis en 1920, Albert Memmi, s’il a été considéré, à travers certains de ses romans, comme le chantre du judaïsme tunisien, demeure surtout, le théoricien du colonialisme

C’est l’histoire d’un mariage mixte raté. Un mariage entre une Juive et un Musulman, Julie et Sam. 

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Portrait de Stéphanie Dassa
Hommage à Claude Hampel
|
14 Novembre 2016
Catégorie : France

« Il y eut un soir et il y eut un matin » Genèse1 : 5

Comme chaque année, l'association ASI/Keren Or que je préside, distribue des lunettes de vue en Israël aux plus démunis. Cette année l'opération s'est déroulée dans la ville de LOD.

En 2005, le fait religieux envahissait peu à peu et dans la confrontation, les cours de récréation. L’agitation religieuse commençait à provoquer des dégâts dont nous payons le prix lourd aujourd’hui.

Pages

Le maître du Talmud, de Eliette Abécassis*

C’est un véritable thriller talmudique que nous offre Eliette Abecassis dans son nouveau roman.

Nous sommes à Paris, en 1240, au temps du bon roi Louis et de sa mère, la douce Blanche de Castille. Bon, douce, une façon de parler. Le saint Louis, obsédé par la purification de son royaume, et sa maman n’étaient pas vraiment bons, ni doux, du moins pour les Juifs du pays.

Autour de Sire Vives, alias Rabbi Yéhiel de Paris, encore nommé Vivus Meldensis, les étudiants de la yeshiva, du « Beth Hamidrach », étudient jour et nuit. Car, pour eux, seuls les textes, la parole divine, font vivre. Les textes et, bien sûr, leurs commentaires, réunis dans les volumes sacrés du Talmud.

Il y a là, notamment, Joseph et Samuel, Ezechiel, l’instructeur et le narrateur, Eliezer Cohen, dont on découvrira, plus tard, qu’il s’appela un jour, dans une autre vie, Luc d’Apremont.

Alors que la communauté juive vaque à ses occupations, c’est le drame. Un crime vient d’avoir lieu. Un bébé ensanglanté est découvert, enveloppé dans un linge sur lequel est inscrite, à l’encre noire, la formule « Yoma 37b » qui renvoie à un traité du Talmud.. Pour la foule chrétienne qui accourt de tous côtés, aucun doute : les coupables, ce sont les Juifs, les « tueurs du Christ ». Pour elle, on est indubitablement en présence d’un crime rituel.

Yehiel et sa communauté ne pourront pas échapper à une disputation à la cour du roi. Une occasion pour les ennemis des Juifs de les tourner en ridicule avant d’organiser un brûlement du Talmud en place de Grève.

La controverse, initiée par le renégat juif Nicolas Donin, opposera Sire Vives accompagné des rabbins Moïse de Coucy, Judah Ben David de Melun et Samuel Salomon dit sire Morel de Falaise aux plus grands théologiens catholiques du royaume : Gauthier Cornu, archevêque de Sens, Guillaume d’Auvergne, évêque de Paris et Eudes de Châteauroux, chancelier de l’université.

Après la disputation, que d’une certaine manière, ils ont gagnée, Sire Vives et ses amis, choisissent l’exil pour sauver les précieux volumes du Talmud. Ils se retrouveront…en terre d’Israël.

Les femmes ne sont pas absentes de ce récit haletant : Myriam, l’épouse soumise du Maître et la belle Deborah, qui fut mariée à Nicolas Donin et dont Eliezer est éperdument amoureux. Ou encore Rebecca, qui ne rêve que de Samuel.

Des développements intéressants sur les Karaïtes ajoutent du piment à ce récit haletant qui se lit tout d’une traite.

A découvrir toutes affaires cessantes.

Jean-Pierre Allali

(*) Editions Albin Michel. Mars 2018.366 pages. 22 euros.