Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean Pierre Allali - Les bûchers d'Isabelle la catholique, de Didier Nebot

09 Avril 2018 | 350 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Dimanche 11 septembre 2016, j'étais l'invité de l'émission "30 minutes pour convaincre".

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

Le Times of Israel a repris ma critique de la comparaison musulmans de France - juifs pendant la Shoah.

Je fais suite aux propos de Jean Luc Melenchon travestissant l'Histoire de France.

Aux côtés de Bruno Valentin, prêtre du diocèse de Versailles et Ahmet Ogras, vice-président du CFCM sur le plateau de BFM TV, j'ai réaffirmé mon sentiment d'horreur face à cet acte barbare qui s'est passé ce matin.

 

Dans quel monde vivons-nous et de quelle inhumanité est faite le monde ?

Retour sur le déchaînement de haines antisémites qui s’est produit l’été 2014, en France.

Ce sont toutes les plumes que l'on veut briser...

Une compilation exhaustive, à ce jour, des articles et des interviews que j'ai données à la presse française et internationale.

I was interviewed in English and French, on EJP , Tuesday, May 31, 2016.

J'ai été interviewé, en anglais et en français, sur EJP, mardi 31 mai 2016.

Suite à mon élection à la Présidence du Crif, j'ai répondu aux questions de Paul Amar, sur tous les sujets de préoccupations des Juifs de France.

J'ai été interviewé par Marc-Olivier Fogiel et Eléanor Douet, sur RTL, lundi 30 mai 2016, à la suite de mon élection à la Présidence du Crif.

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Pages

Les bûchers d'Isabelle la catholique*, de Didier Nebot

C’est une véritable saga familiale qui nous est contée dans ce beau roman, celle des Tobias. Depuis la destruction du Temple de Jérusalem, par les légions romaines de Titus, en 70, qui voit Elie Tobias, cédant aux injonctions du prêtre Ben Iorka, quitter la terre d’Israël en emportant une pierre sacrée pour la mettre en lieu sûr, à l’année 2016, dans l’Etat d’Israël ressuscité, où un autre Elie Tobias, lointain descendant du précédent, a rejoint le kibboutz Dan.

C’est à Tolède, en 1391, qu’on retrouve un Tobias, Elie toujours, vigneron, secondé par deux fidèles serviteurs arabes, Samir et Ahmed vit paisiblement aux côtés de son épouse ? Esther et de son jeune fils, Solal. C’est hélas sans compter sur la vilénie de l’archidiacre Hernando Martinez qui, sans relâche, pousse les foules chrétiennes à attaquer la Juderia, le quartier juif, à dépouiller et à tuer ses habitants. Et voici qu’un jour, rentrant chez lui, Elie trouve son épouse morte, éventrée. Pour les Juifs de Séville, c’était le début du cauchemar. Des milliers de morts. Une fureur meurtrière qui gagna peu à peu toute l’Espagne.

Confié à une nourrice, le petit Solal va grandir. Elie, lui, épousera la riche Sarah, fille d’Isaac Valensin et pourra acheter plusieurs terrains pour y planter de nouvelles vignes. Un deuxième fils, Joseph, viendra égayer leur foyer et, sous le règne de Don Henrique III, le calme reviendra peu à peu dans la Juderia.

Tout au long des pages, on suit le parcours de Solal Tobias : sa bar mitsva, sa passion pour le tir à l’arc, sa victoire au grand tournoi, la fréquentation de la Cour, son amour pour Yaël et sa liaison avec une comtesse, ses relations ambigües avec le puissant Santa Maria. A la mort du roi Henrique, l’antisémitisme repart de plus belle. Solal va connaître la prison et l’exil tandis que son frère connaît des heures de gloire. En 1426, c’est la fuite, la rencontre avec des saltimbanques, les retrouvailles avec Yaël.

Les années passent et l’Inquisition gronde. Après la Reconquista, c’est, pour les Juifs, la conversion ou l’exil. Solal, plus que centenaire, est le dernier témoin d’une époque désormais révolue. On se retrouve au Portugal puis au Maroc. Une tranche de vie, une épopée, celle du peuple juif sépharade. Très beau roman.

Jean-Pierre Allali

(*) Éditions Érick Bonnier. Janvier 2018. 576 pages. 22 €.

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.