Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean Pierre Allali - Les bûchers d'Isabelle la catholique, de Didier Nebot

09 Avril 2018 | 369 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Lundi 20 novembre, j'ai rencontré le Président français Emmanuel Macron à Paris, accompagné d'une délégation du Congrès Juif Européen (EJC).

La semaine dernière, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) proposait dans sa newsletter et sur ses réseaux sociaux un contenu qui a fait polémique.

Mon discours prononcé au dîner du Crif Grenoble-Dauphiné, le 22 octobre 2017.

Mon discours à la cérémonie d'hommage aux Juifs engagés volontaires qui s'est tenue le 15 octobre 2017 au cimétière de Bagneux.

Pages

Opinion

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Depuis des années, l’historien Marc Knobel a de salutaires obsessions et une puissante détermination. L’une de ses salutaires obsessions, sur laquelle il a beaucoup travaillé et mené de profondes recherches, est cette diffusion sans frontières, sans retenues et sans toujours grandes oppositions, des haines multi-formes qui s’entretiennent.

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Comme chaque été, de nombreux juifs ont décidé de quitter la France pour s’installer en Israël. On parle de 8000 à 10 000 pour l’ensemble de l’année 2015. J’ai moi-même fait ce choix en 2013  et pourtant j’ai, plus que jamais, envie de parler de ceux qui restent. 

Dov Maimon rejoint les auteurs du Blog du Crif !

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

Les bûchers d'Isabelle la catholique*, de Didier Nebot

C’est une véritable saga familiale qui nous est contée dans ce beau roman, celle des Tobias. Depuis la destruction du Temple de Jérusalem, par les légions romaines de Titus, en 70, qui voit Elie Tobias, cédant aux injonctions du prêtre Ben Iorka, quitter la terre d’Israël en emportant une pierre sacrée pour la mettre en lieu sûr, à l’année 2016, dans l’Etat d’Israël ressuscité, où un autre Elie Tobias, lointain descendant du précédent, a rejoint le kibboutz Dan.

C’est à Tolède, en 1391, qu’on retrouve un Tobias, Elie toujours, vigneron, secondé par deux fidèles serviteurs arabes, Samir et Ahmed vit paisiblement aux côtés de son épouse ? Esther et de son jeune fils, Solal. C’est hélas sans compter sur la vilénie de l’archidiacre Hernando Martinez qui, sans relâche, pousse les foules chrétiennes à attaquer la Juderia, le quartier juif, à dépouiller et à tuer ses habitants. Et voici qu’un jour, rentrant chez lui, Elie trouve son épouse morte, éventrée. Pour les Juifs de Séville, c’était le début du cauchemar. Des milliers de morts. Une fureur meurtrière qui gagna peu à peu toute l’Espagne.

Confié à une nourrice, le petit Solal va grandir. Elie, lui, épousera la riche Sarah, fille d’Isaac Valensin et pourra acheter plusieurs terrains pour y planter de nouvelles vignes. Un deuxième fils, Joseph, viendra égayer leur foyer et, sous le règne de Don Henrique III, le calme reviendra peu à peu dans la Juderia.

Tout au long des pages, on suit le parcours de Solal Tobias : sa bar mitsva, sa passion pour le tir à l’arc, sa victoire au grand tournoi, la fréquentation de la Cour, son amour pour Yaël et sa liaison avec une comtesse, ses relations ambigües avec le puissant Santa Maria. A la mort du roi Henrique, l’antisémitisme repart de plus belle. Solal va connaître la prison et l’exil tandis que son frère connaît des heures de gloire. En 1426, c’est la fuite, la rencontre avec des saltimbanques, les retrouvailles avec Yaël.

Les années passent et l’Inquisition gronde. Après la Reconquista, c’est, pour les Juifs, la conversion ou l’exil. Solal, plus que centenaire, est le dernier témoin d’une époque désormais révolue. On se retrouve au Portugal puis au Maroc. Une tranche de vie, une épopée, celle du peuple juif sépharade. Très beau roman.

Jean-Pierre Allali

(*) Éditions Érick Bonnier. Janvier 2018. 576 pages. 22 €.