Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean-Pierre Allali - Les Emirats de la République (Comment les islamistes prennent possession de la banlieue), par François Pupponi

13 Mai 2020 | 282 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Fausses rumeurs, photos ou vidéos truquées… les fausses informations, ou fake news, inondent le net. La désinformation va parfois plus loin, prenant la forme de théories à l’apparence scientifique.

L'exposition CHAGALL, LISSITZKY, MALÉVITCH...L'AVANT-GARDE RUSSE À VITEBSK (1918-1922) est à découvrir juqu'au 16 juillet 2018 au Centre Pompidou.

Scoop : l’appel au boycott est illégal en France

 

Et vous, comment définiriez-vous l’humour juif ?

Pages

Actualité

L’Amitié judéo-chrétienne de France - dont plusieurs militants du Crif sont membres du Comité Directeur - a tenu dimanche 29 janvier son Conseil national, l’occasion pour nous de donner quelques nouvelles du front du dialogue.

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Un livre de Victoria Klem

Suite au vote le 16 décembre 2016 du conseil municipal de Clermont-Ferrand au vœu présenté par les groupes communistes, Front de gauche et Europe écologie, vœu relatif au boycott des produits israéliens fabriqués dans « les territoires palestiniens occupés », le Maire de Clermont-Ferrand a fait paraître dans le journal local la Montagne un communiqué. La présidente du CRIF Auvergne-Rhône- Alpes lui répond…

Au lendemain des déclarations du ministre israélien de la défense, lundi 26 décembre, qualifiant la conférence de paix sur le Proche-Orient qui doit se tenir prochainement à Paris de nouveau « procès Dreyfus », le Crif a condamné des propos « maladroits ».

 
 
 

J'ai répondu aux questions d'Olivier Lerner dimanche 4 décembre lors de notre Convention Nationale

Halte à la discrimination d'Israel, le CRIF proteste suite à la décision d'étiqueter les produits israeliens. 

Suite à l'annonce de l'adoption de la directive de l'E.U sur l'étiquetage des produits israéliens le Crif a réagit à travers un communiqué, j'ai voulu dénoncer la décision française et l'obessession israelienne.

J'ai répondu aux questions de Sputnik news.

« Si on parlait de la France ? Français, juifs et citoyens » : c’est le thème de la 7e Convention nationale du Crif le dimanche 4 décembre au Palais des Congrès de Paris.

C’est une étonnante indifférence qui entoure la mise en lambeaux de la ville d’Alep en Syrie.

Pages

Opinion

Depuis des années, l’historien Marc Knobel a de salutaires obsessions et une puissante détermination. L’une de ses salutaires obsessions, sur laquelle il a beaucoup travaillé et mené de profondes recherches, est cette diffusion sans frontières, sans retenues et sans toujours grandes oppositions, des haines multi-formes qui s’entretiennent.

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Comme chaque été, de nombreux juifs ont décidé de quitter la France pour s’installer en Israël. On parle de 8000 à 10 000 pour l’ensemble de l’année 2015. J’ai moi-même fait ce choix en 2013  et pourtant j’ai, plus que jamais, envie de parler de ceux qui restent. 

Dov Maimon rejoint les auteurs du Blog du Crif !

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

Les Emirats de la République. Comment les islamistes prennent possession de la banlieue), par François Pupponi (*)

 

Ce livre est un véritable cri ! Un cri d’alarme ! Un appel au secours. Son auteur, actuellement député, qui a été maire de Sarcelles, pendant plus de vingt ans, de 1997 à 2017, sait de quoi il parle. Et il ne veut plus se taire parce que, dit-il, avec courage et détermination, la catastrophe est à nos portes, la catastrophe islamiste.

Dans ce qu’il faut bien considérer comme un pamphlet, François Pupponi n’y va pas avec le dos de la cuillère. Et tout le monde ou presque en prend pour son grade.

Sarcelles, 60 000 âmes regroupées en communautés : Français d’origine venus des quatre coins de l’Hexagone ou des Antilles, Juifs séfarades d’Afrique du Nord, souvent regroupés dans le quartier de la « Petite Jérusalem », Chrétiens d’Orient ayant fui les persécutions en Turquie, en Irak ou en Syrie, Maghrébins et immigrés d’Afrique noire. Sans oublier les Pakistanais.

Sarcelles : 22% de taux de chômage, 6,5% de personnes au RSA et un revenu inférieur de 32% à la moyenne nationale.

Un terreau propice à l’irruption de l’islamisme radical. Vêtus d’une gandoura, barbe fournie et calotte, des hommes venus d’un autre monde et d’un autre temps et des femmes arborant, elles, le niqab, sont de plus en plus visibles dans la cité. Leur objectif : revenir à la « pureté » de l’islam de l’époque de Mahomet. Une vision du monde « héritée du Moyen Âge qui est évidemment délirante ».

François Pupponi, qui évalue la population musulmane de France à quelque 8,4 millions d’individus, tient à préciser, que selon lui, la majorité de ces Musulmans sont des citoyens paisibles qu’il désigne comme « la communauté paisible des Musulmans républicains » Cependant, la minorité agissante n’en est que plus pernicieuse. Et dangereuse. Avec pour stratégie de séduire d’abord les bandes de jeunes à la dérive. 200 individus qui font vivre un enfer à l’ensemble de la population, cherchant à mettre la main sur les mosquées de la ville, à noyauter les maisons de jeunes et de la culture et à rafler le marché « hallal ». Entre Marx et Mahomet, la « gauche niqab » promeut l’abomination, « cet islam qui asservit les femmes, cet islam qui mutile, cet islam de conquête, cet islam qui veut instaurer un régime de terreur ».

« La force de ces gens-là tient aussi à la dissimulation dans laquelle ils se complaisent. Cette taqiya comme ils l’appellent, les autorise à cacher leurs opinions véritables pour mieux nous tromper ».

Lors de manifestations « pro-palestiniennes », l’antisémitisme sous couvert de haine d’Israël se déverse jusqu’aux abords des lieux de culte juifs comme le 20 juillet 2014

Face à ces véritables envahisseurs, « une classe politique tétanisée comme des grenouilles fac à un serpent », « des élus pétris de lâcheté battent la retraite ».

« C’est à se demander si dans sa pusillanimité, l’État n’a pas fait le choix de quelques accommodements » ; « J’observe avec inquiétude l’étrange capitulation de l’État ».

« D’abdication en renonciation, de dérobade en résignation, l’État français donne l’impression à une poignée d’islamistes, de salafistes ou de Frères musulmans de n’être qu’un tigre en papier ». 

Enfin, force est de constater qu’à l’occasion de diverses élections, les partis politiques de tous bords sont amenés à courtiser les extrémistes musulmans. On voit même des candidats « ethniques » solliciter les suffrages des électeurs. « Jusqu’à présent, la République en Marche et les Républicains sont restés intransigeants. Ce sont les seuls partis à rester déterminés face à l’offensive sournoise de l’islam radical. Certes, avec le Rassemblement national ».

François Pupponi est angoissé pour sa ville, certes, mais son inquiétude est beaucoup plus générale. Elle concerne les cités avoisinantes et même la France entière. Ainsi, à propos de Garges-lès-Gonesses, il écrit : « Je suis inquiet pour Garges-lès-Gonesses. J’ai peur que Garges ne devienne la première ville islamiste de France ». C’était avant les élections municipales de mars 2020. Dans les faits, au premier tour de ces élections, c’est un centriste, Benoît Jimenez, qui est arrivé en tête avec 42,36% des voix. Mais il est talonné par Samy Rebah, qui obtient 34, 67% des suffrages, Samy Rebah, que François Pupponi désigne, dans son étude, comme son « adversaire islamiste aux législatives ». Le second tour, qui, comme on le sait, a été repoussé en raison de l’épidémie de Covid-19, nous permettra de nous faire une idée plus précise sur la menace qui plane sur nos têtes.

Un pamphlet donc, mais un pamphlet vraiment salutaire.

À lire absolument et toutes affaires cessantes !

 

Jean-Pierre Allali

(*) Éditions du Cerf. Janvier 2020. 280 pages. 19 €.

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.