Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean-Pierre Allali - Les Juifs d'Algérie et la Terre d'Israël, une publication de Morial

11 Juillet 2018 | 170 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Il y a six ans (ndlr. : cet article a été rédigé en mars 2018), en mars 2012, à Montauban et Toulouse, sept vies ont été fauchées par un terroriste islamique, donc je me refuse à rappeler le nom.

Le 33ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 7 mars 2018.

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Techouva, de Frédéric Lauze.

Au théâtre de l'Atelier, Le livre de ma mère réveille les souvenirs et sublime la relation la plus sincère qui est donnée à l'homme de connaître.

Vendredi 23 février, j'ai rencontré Tomasz Młynarski, Ambassadeur de Pologne en France.

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Dina Porat, Le Juif qui savait Wilno-Jérusalem : la figure légendaire d’Abba Kovner, 1918-1987.

La première djihadiste française capturée à Mossoul par les forces irakiennes en juillet 2017, Mélina Boughedir, a été condamnée, lundi 19 février, à sept mois de prison pour l’entrée illégale en Irak. La cour pénale de Bagdad a ordonné la remise en liberté et l’expulsion en France de la jeune femme de 27 ans, sa peine étant couverte par sa détention préventive, rapporte Le Monde du 19 février. Qui sont ces femmes désintégrées, déstructurées et aveuglées par la propagande développée par les djihadistes et qui ont été des proies faciles. C'est ainsi qu'elles se sont déshumanisées et ont participé à cette orgie barbare et moyenâgeuse qu’est le djihadisme.

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

Le 4 février 2018, le Crif et les Amis du Crif ont organisé un voyage de mémoire dans les camps d’Auschwitz-Birkenau. Près de 200 personnes ont participé à cette journée exceptionnelle, qui a marqué les mémoires de chacun. Une délégation d’élus et de personnalités publiques m'a également accompagné. Nous avons aussi eu l'honneur d'être accompagnés par Ginette Kolinka, réscapée d'Auschwitz.

En fin de journée, nous avons tenu une courte cérémonie d'hommages ponctuée de plusieurs discours et de prières animées par le Rabbin Moché Lewin. En conclusion de cette intense journée, le Shofar a resonné au milieu du silence etourdissant de l'immense complexe de Birkenau.

Pages

Opinion

Dov Maimon rejoint les auteurs du Blog du Crif !

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

Les Juifs d'Algérie et la Terre d'Israël*, une publication de Morial

Par-delà l’histoire millénaire des Juifs d’Algérie et de leur exode à la suite de l’indépendance du pays en 1962 qui a entraîné la disparition complète de cette belle communauté de sa terre ancestrale, l’objet de cette étude intéressante est de s’inscrire en faux contre une opinion répandue, à savoir la faible participation du judaïsme algérien à l’entreprise sioniste et à l’édification de l’Etat d’Israël.

Si, tout au long de l’occupation arabo-musulmane de la terre d’Algérie, les Juifs eurent à subir le statut infamant de la dhimma, ils connaîtront la liberté avec la conquête française et l’acquisition collective de la nationalité française grâce au décret Crémieux de 1870.

Une étude très étonnante due au professeur israélien Yossef Charvit de l’université Bar-Ilan, révèle un épisode peu connu de la campagne de dénigrement des Juifs d’Algérie : Le « mauvais procès » fait aux Juifs d’Algérie à Jérusalem en 1963. Sur une idée de Moshé Sharett, alors directeur de l’Agence Juive, un « procès » s’est tenu, le 23 janvier 1963 au Beit Ha’Omanim. Un tribunal, présidé par Shalev Guenossar, examina, devant une centaine de participants, l’accusation de « n’avoir pas immigré en masse en Israël après la déclaration d’indépendance de l’Algérie en 1962 ». Cette étrange procédure se déroulait avec la participation d’avocats : pour l’accusation : maître André Narboni, président de la Fédération Sioniste d’Algérie et maître A. Matalon. Pour la défense : maître Shlomo Cohen Tsidon et maître A. Barukh. Les accusés et leurs défenseurs réussirent à démontrer que contrairement aux idées reçues, l’alyah des Juifs algériens avait été conséquente.

On trouve également dans ce précieux recueil des textes sur la participation des Juifs algériens  à la guerre d’Indépendance d’Israël, sur les mouvements de jeunesse juifs et sur les objectifs de l’association Morial fondée en 1995. Des portraits illustrés de personnalités marquantes d’Algérie qui ont choisi Israël, sont proposés.

Original et intéressant.

Jean-Pierre Allali

(*) Publication de Morial. 111, avenue Victor Hugo. 75784. Paris Cedex 16. Avril 2018. Prologue de Serge Dahan. Postface du Grand rabbin René Samuel  Sirat.

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.