Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean-Pierre Allali - Les mythes fondateurs de l'antisémitisme, de l'antiquité à nos jours, de Carol Iancu

15 Mars 2018 | 256 vue(s)
Catégorie(s) :
France
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 
À l'occasion de la fête juive de Hanoucca, découvrez les vœux du Président du Crif, Yonathan Arfi.
 

La 12ème Convention nationale du Crif a eu lieu hier, dimanche 4 décembre, à la Maison de la Chimie. Les nombreux ateliers, tables-rondes et conférences de la journée se sont articulés autour du thème "La France dans tous ses états". Aujourd'hui, découvrez un des temps forts de la plénière de clôture : le discours de Yonathan Arfi, Président du Crif.

 

"For the union makes us strong" : car l'union nous rend forts, Solidarity forever, Peter Seegers

Pages

Opinion
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 
À l'occasion de la fête juive de Hanoucca, découvrez les vœux du Président du Crif, Yonathan Arfi.
 

Pages

Les mythes fondateurs de l'antisémitisme, de l'antiquité à nos jours*, de Carol Iancu 

Les mythes fondateurs de l'antisémitisme, de l'antiquité à nos jours, de Carol Iancu C’est une excellente idée qu’ont eue les Éditions Privat de nous proposer une nouvelle édition revue et augmentée de l’ouvrage très intéressant du professeur Carol Iancu (1).

L’antisémitisme, hélas, est une perversion vieille comme le monde qui, malgré les progrès de l’humanité dans tous les domaines, perdure et s’amplifie.

L’expression « Juifs perfides » inscrite dans le code théodosien a longtemps préfiguré l’antisémitisme chrétien avant que la décision courageuse du pape Jean XXIII la fasse supprimer. Stigmatisés, considérés comme des usuriers et des voleurs et, pire, comme les assassins du Christ, les Juifs ont connu, à travers les siècles, une vie pour le moins difficile.

En France, à cet antisémitisme chrétien, s’est ajouté, à l’époque moderne, ce qu’on appelle l’antisémitisme de droite, celui de Pétain et de Vichy.

De nos jours, une nouvelle facette est apparue. Sous la dénomination perverse d’antisionisme, elle n’est qu’un avatar de l’antisémitisme qui veut faire porter aux Juifs et, plus particulièrement à l’Etat d’Israël, tous les péchés du monde. Cet antisémitisme aux habits neufs est véhiculé, pour l’essentiel, dans la sphère arabo-musulmane.

Tout en n’oubliant pas les récents développements en Pologne, en Hongrie, en Tchéquie, en Slovaquie et en Roumanie où le négationnisme relève la tête, l’auteur met l’accent sur le mythe du « complot sioniste » qui règne en terre d’islam où l’on va jusqu’à nier l’existence de la Shoah et prétendre que les Juifs étaient au courant de l’attentat du World Trade Center.

Carol Iancu relève avec pertinence les propos du président français Emmanuel Macron, prononcés le 16 juillet 2017, lequel a critiqué vivement l’antisionisme, forme réinventée de l’antisémitisme.

Á lire et à relire. Pour ne pas oublier.

 

Jean-Pierre Allali

(*) Éditions Privat, novembre 2017. 296 pages, 18,50 euros.

(1) Voir la Newsletter datée du 23-12-2003. Recension de Marc Knobel.