Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean-Pierre Allali - L'ordre du jour, par Éric Vuillard

04 Avril 2018 | 137 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Jeudi 6 septembre s'est tenue la cérémonie d'échange des vœux entre les responsables de la Communauté juive, la Maire de Paris Anne Hidalgo et la présidente du Conseil régional d'Ile de France Valérie Pécresse.

Jeudi 26 juillet, j'ai écrit au Ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian afin de lui faire part de mon étonnement face à l'absence de mention d’Israël dans les déclarations du Quai d'Orsay suite à l'évacuation de casques blancs syriens.

Mercredi 25 juillet, j'ai adressé des courriers aux Présidents respectifs de la Fédération Française des Échecs et de la Fédération Française de Judo. L'objectif : mener à bien le combat pour l'égalité et contre la discrimination de toute nature.

Fausses rumeurs, photos ou vidéos truquées… les fausses informations, ou fake news, inondent le net. La désinformation va parfois plus loin, prenant la forme de théories à l’apparence scientifique.

Pages

Le prix Goncourt 2017 ne paie pas de mine : c’est un petit livre par la taille. Mais quel souffle !

Nous sommes un lundi 20 février 1933 et vingt-quatre messieurs se pressent dans les salons du président de l’Assemblée.  Vingt-quatre chapeaux de feutre, qui, une fois ôtés, permettent de découvrir vingt-quatre crânes chauves ou des couronnes de cheveux blancs. Vingt-quatre messieurs de la haute, vingt-quatre sphinx, vingt-quatre lézards, qui vont, d’une certaine manière, décider du sort de l’Allemagne et du monde. Il y a là Gustav Krupp et 23 collègues, le « nirvana de l’industrie et de finance ». La réunion, organisée par Hjalmar Shacht, qui sera bientôt nommé directeur de la Reichsbank et ministre de l’économie de Hitler, promet d’être une réussite. Et voici qu’Hermann Goering, président du Reichstag, pénètre dans la salle. Il est suivi de peu par le chancelier lui-même, Adolf Hitler. Les élections du 5 mars approchent. Il s’agit, pour les nazis, d’asseoir leur pouvoir, d’éliminer notamment les communistes et les syndicats. Pour cela, messieurs les chefs d’entreprises, il faut du liquide. Alors, pas de discussion : « A la caisse ! ». Le premier à réagit est Gustav Krupp qui offre un million de marks. Les autres suivent. Krupp et Opel, Siemens, BASF, Bayer, Agfa, IG Farben, Allianz, Telefunken et les autres participeront à l’irrésistible ascension d’Adolf Hitler. « Ce sont les prêtres du Ptah. Et ils se tiennent là, impassibles, comme vingt-quatre machines à calculer aux portes de l’Enfer »

On connaît la suite. L’invasion de la Tchécoslovaquie et de l’Autriche, l’ouverture du camp de Dachau, la Guerre, les déportations, la Shoah : six millions de Juifs assassinés. L’ordre du jour du 20 février 1933 contenait en germe la plus grande tragédie de l’histoire du monde. Avec brio et dans une écriture exceptionnelle, Eric Vuillard, nous rappelle que la contribution des magnats de l’industrie allemande à la folie hitlérienne, aura hélas, été essentielle.

Un Goncourt hautement mérité.

 

Jean-Pierre Allali

(*) Éditions Actes Sud. Mai 2017. 160 pages. 16 euros

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.