Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean-Pierre Allali - Maroc, le royaume des peintres, de Maurice Arama

10 Octobre 2018 | 118 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Le 33ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 7 mars 2018.

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Techouva, de Frédéric Lauze.

Au théâtre de l'Atelier, Le livre de ma mère réveille les souvenirs et sublime la relation la plus sincère qui est donnée à l'homme de connaître.

Vendredi 23 février, j'ai rencontré Tomasz Młynarski, Ambassadeur de Pologne en France.

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Dina Porat, Le Juif qui savait Wilno-Jérusalem : la figure légendaire d’Abba Kovner, 1918-1987.

La première djihadiste française capturée à Mossoul par les forces irakiennes en juillet 2017, Mélina Boughedir, a été condamnée, lundi 19 février, à sept mois de prison pour l’entrée illégale en Irak. La cour pénale de Bagdad a ordonné la remise en liberté et l’expulsion en France de la jeune femme de 27 ans, sa peine étant couverte par sa détention préventive, rapporte Le Monde du 19 février. Qui sont ces femmes désintégrées, déstructurées et aveuglées par la propagande développée par les djihadistes et qui ont été des proies faciles. C'est ainsi qu'elles se sont déshumanisées et ont participé à cette orgie barbare et moyenâgeuse qu’est le djihadisme.

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

Le 4 février 2018, le Crif et les Amis du Crif ont organisé un voyage de mémoire dans les camps d’Auschwitz-Birkenau. Près de 200 personnes ont participé à cette journée exceptionnelle, qui a marqué les mémoires de chacun. Une délégation d’élus et de personnalités publiques m'a également accompagné. Nous avons aussi eu l'honneur d'être accompagnés par Ginette Kolinka, réscapée d'Auschwitz.

En fin de journée, nous avons tenu une courte cérémonie d'hommages ponctuée de plusieurs discours et de prières animées par le Rabbin Moché Lewin. En conclusion de cette intense journée, le Shofar a resonné au milieu du silence etourdissant de l'immense complexe de Birkenau.

Depuis quelques semaines, le texte épistolaire de Sholem Aleichem a investi la petite – mais non moins prestigieuse – scène du Théâtre de la Huchette, à Paris.

Hier, je me suis exprimé sur la récente vague d'antisémitisme qui secoue la France. J'ai demandé à l'ensemble de la communauté nationale de faire front contre la haine antisémite. J'ai également rappelé l'importance pour la justice française d'appliquer des peines suffisamment lourdes pour être dissuasives.

Pages

Opinion

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Portrait de Stéphanie Dassa
Documentaire Sauver Auschwitz
|
23 Janvier 2017
Catégorie : Opinion

"Sauver Auschwitz ?" un documentaire diffusé le 24 janvier à 22h40 sur Arte 

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Depuis des années, l’historien Marc Knobel a de salutaires obsessions et une puissante détermination. L’une de ses salutaires obsessions, sur laquelle il a beaucoup travaillé et mené de profondes recherches, est cette diffusion sans frontières, sans retenues et sans toujours grandes oppositions, des haines multi-formes qui s’entretiennent.

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Comme chaque été, de nombreux juifs ont décidé de quitter la France pour s’installer en Israël. On parle de 8000 à 10 000 pour l’ensemble de l’année 2015. J’ai moi-même fait ce choix en 2013  et pourtant j’ai, plus que jamais, envie de parler de ceux qui restent. 

Dov Maimon rejoint les auteurs du Blog du Crif !

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

Maroc, le royaume des peintres, de Maurice Arama*

Voici un très beau livre, un ouvrage superbe, un livre d’art. Natif de Meknès, historien d’art, ancien directeur de l’Ecole des Beaux-Arts de Casablanca, peintre réputé, Maurice Arama a choisi de nous présenter le Maroc à travers les peintres qui y ont vécu ou séjourné pendant quelque temps. Des peintres venus de tous les horizons pour fixer sur leurs palettes les couleurs chatoyantes et les visages uniques de ce pays qui demeure, dans la mémoire de l’auteur, comme un Eldorado perdu.

Après une introduction très enrichissante, on en vient à l’essentiel de l’ouvrage : un véritable dictionnaire des « peintres du Maroc ». Une encyclopédie de plus de cinq cents noms, le tout agréablement illustré de magnifiques reproductions d’œuvres choisies.

L’ordre alphabétique a été choisi nous permettant d’aller de Carlos Abascal (1878-1948), peintre espagnol à Carl Wuttke (1849-1927), paysagiste allemand.

On découvre avec étonnement que nombre de célébrités ont vécu au Maroc où elles ont exercé leurs talents artistiques : Le britannique Francis Bacon, le germano-polonais Balthasar Klossowski dit Balthus, Salvador Dali, le grand d’Espagne, le franco-russe Nicolas de Staël, le néerlandais Kees, Cornelius Theodorus Marie dit Van Dongen, l’italo-tunisien Moses Levy et même l’homme d’Etat Winston Leonard Spencer Churchill, peintre à ses heures perdues. Parmi les Français, on remarque Alfred Dehodencq, auteur du fameux tableau « L’exécution de Sol Hatchuel », Eugène Delacroix, Raoul Dufy, Jean-Louis Gérôme, André Hambourg, Henri Matisse ou encore Louis Toffoli. Sans oublier le Français Georges Washington qui dut son nom à l’amour de son père pour le grand Américain.

Le judaïsme est omniprésent dans les œuvres présentées, les personnages juifs ayant été croqués avec délectation par les peintres du Maroc entre le 19ème et le 20ème siècles.

En témoignent les belles reproductions d’Eugène Delacroix : « Noce juive dans la Maroc » (1839), et « Musiciens juifs de Mogador » (1847), de Jean-Jules-Antoine , Lecomte de Nouÿ : « Le samedi dans le quartier juif de Tanger » (1855) et « La lecture de la Bible au Maroc » (1882), de Charles-Emile Vernet-Leconte : « Femme juive de Tanger » (1868), d’Auguste Delacroix : « Juive en costume traditionnel » (1834), de Raymond Crétot-Duval : « La porte du Mellah de Salé », d’Yves Brayer : « En famille au Mellah de Meknès » (1930), de Louis Brindeau de Jarny : « Le Mellah, Tagadvit n’bour », de Jean-Léon Gérôme : « Portrait d’un Juif marocain », d’Auguste-Alexandre Hirsch : « Tétouan, Juive à la fontaine » (1871), de Gustave de Jonghe : « Femme juive à Tanger veillant sur son enfant endormi », de Francisco Lameyer y Berlinguer : « Le mariage juif à Tanger » (1875), de Charles-Zacharie Landelle : « Juive de Tanger » (1874), de John Frederick Lewis : « Juive à Tanger » (1832-1833), d’Alexandre Lunois : « La mariée juive marocaine » et d’Henri Pontoy : « Le Mellah de Fès ».

Magnifique. Un enchantement !

Jean-Pierre Allali

(*) Editions Non Lieu. 2017. 374 pages  - Grand format. 49 €.

 

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.