Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean Pierre Allali - Résistances juives : solidarités, réseaux, parcours

25 Octobre 2018 | 104 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Il y a six ans (ndlr. : cet article a été rédigé en mars 2018), en mars 2012, à Montauban et Toulouse, sept vies ont été fauchées par un terroriste islamique, donc je me refuse à rappeler le nom.

Le 33ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 7 mars 2018.

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Techouva, de Frédéric Lauze.

Au théâtre de l'Atelier, Le livre de ma mère réveille les souvenirs et sublime la relation la plus sincère qui est donnée à l'homme de connaître.

Vendredi 23 février, j'ai rencontré Tomasz Młynarski, Ambassadeur de Pologne en France.

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Dina Porat, Le Juif qui savait Wilno-Jérusalem : la figure légendaire d’Abba Kovner, 1918-1987.

La première djihadiste française capturée à Mossoul par les forces irakiennes en juillet 2017, Mélina Boughedir, a été condamnée, lundi 19 février, à sept mois de prison pour l’entrée illégale en Irak. La cour pénale de Bagdad a ordonné la remise en liberté et l’expulsion en France de la jeune femme de 27 ans, sa peine étant couverte par sa détention préventive, rapporte Le Monde du 19 février. Qui sont ces femmes désintégrées, déstructurées et aveuglées par la propagande développée par les djihadistes et qui ont été des proies faciles. C'est ainsi qu'elles se sont déshumanisées et ont participé à cette orgie barbare et moyenâgeuse qu’est le djihadisme.

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

Pages

Opinion
Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Depuis des années, l’historien Marc Knobel a de salutaires obsessions et une puissante détermination. L’une de ses salutaires obsessions, sur laquelle il a beaucoup travaillé et mené de profondes recherches, est cette diffusion sans frontières, sans retenues et sans toujours grandes oppositions, des haines multi-formes qui s’entretiennent.

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Comme chaque été, de nombreux juifs ont décidé de quitter la France pour s’installer en Israël. On parle de 8000 à 10 000 pour l’ensemble de l’année 2015. J’ai moi-même fait ce choix en 2013  et pourtant j’ai, plus que jamais, envie de parler de ceux qui restent. 

Dov Maimon rejoint les auteurs du Blog du Crif !

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

Résistances juives : solidarités, réseaux, parcours*

Publié sous l’égide de l’association Mémorha, cet important volume reprend les travaux publiés lors d’une rencontre organisée en 2016 à Moissac dans le Tarn-et-Garonne, rencontre centrée sur le sauvetage et la résistance des Juifs aux heures sombres de la Shoah. Cette rencontre faisait suite à un symposium qui s’était déroulé, trois ans auparavant dans la même ville.

Pour parler, des « Justes parmi les Nations », de la Résistance à l’envahisseur, des EEIF et de bien d’autres questions, trois lieux emblématiques ont été retenus : Le Chambon-sur-Lignon, Dieulefit et Moissac. Trois lieux qui, malgré les motivations et la façon d’être parfois différentes de ses habitants ont su porter haut l’honneur et les couleurs de la France.

Ce beau livre, richement illustré, est  l’occasion de tirer de l’oubli, ces hommes et ces femmes, souvent juifs mais pas nécessairement, qui, avec un courage exemplaire, surent dire non. Non à l’oppression, non au racisme, non à l’antisémitisme, non au nazisme.

Pour ce qui est du Chambon, le protestantisme des sauveurs est bien évidemment mis en avant avec l’action, notamment, des pasteurs André Trocmé et Edouard Theis.

A Moissac,  située à 70 kilomètres de Toulouse, on découvre, au 18, quai du Port,   la maison d’enfants tenue par Shatta et Edouard dit Bouli Simon.

De nombreux développements sont consacrés au mouvement scout juif des EEIF fondé par Robert Gamzon en 1923 qui, sous le nom de « Sixième » entrera dans la Résistance armée. Le réseau Garel est également évoqué.

Ont fortement marqué cette époque, Marc Haguenau, Simon Lévitte, Isaac Pougatch, André Kisler-Rosenwald ou encore Samy Klein. Grâce à eux, l’esprit du chabbat a été maintenu malgré l’adversité.

L’une des originalités de l’ouvrage, pour ce qui est des E.I., est de nous permettre de découvrir ou de redécouvrir, les totems scouts de nombreux personnages : Castor soucieux pour Robert Gamzon, Pivert pour son épouse Denise.  Jules Alter, c’était Héron, Roger Fichtenberg, Jaguar délicat, Marc Haguenau, Colombe, Frédéric Hammel, Chameau souriant, son frère, Hugues Hammel, Pingouin, André Kisler-Rosenwald, Cigogne, Liliane Klein-Lieber, Luciole, Lazare Prajs, Lévrier et Henri Wahl, Chamois. Sans oublier Léon Askénazi : Manitou.

A Dieulefit, dans le sud de la Drôme, pays « rural de gauche », comme le rappelle Bernard Delpal, « nul n’est étranger ». Juifs, Catholiques et Protestants se battent pour la même cause. Cimade et YMCA, EIF et OSE, ORT et MJS, Croix Bleue, Secours Suisse et Conseil Œcuménique des Eglises. Le nom de Marguerite Soubeyran revient souvent. Et comment oublier Jeanne Barnier, Simone Monnier, Catherine Krafft et tant d’autres…

Beaucoup de femmes, on le voit, dans cette évocation. On y ajoutera Mila Racine et Marianne Cohn.

Ancien de la « Sixième », Roger Fichtenberg apporte un témoignage irremplaçable. Témoins aussi, Serge Klarsfeld et Boris Cyrulnik ;

Des cartes et une série de courtes biographies complètent cet ouvrage exceptionnel. A découvrir.

Jean-Pierre Allali

(*) Coordination éditoriale : Bernard Delpal, Philippe Hanus et le réseau Mémorha. Editions Libel. Juin 2018. 280 pages. 25 €.

 

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.