Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean Pierre Allali - Revenons un peu en arrière. Souvenirs et chroniques diverses, de Guy Zérah

18 Octobre 2017 | 106 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Pascal Boniface a été débouté de sa plainte en diffamation contre Frédéric Haziza. Et l’épilogue de cette affaire est doublement essentiel.

 

Dimanche 12 janvier 2020, le Crif a organisé un voyage de mémoire à Auschwitz-Birkenau. À l'issue de cette journée, je me suis exprimé devant les participants. Voici les quelques mots prononcés.

 

 

Dans cette éditorial, je m'exprime sur les nombreux actes de haines survenus en France et dans le monde en 2019. Je formule également mes voeux de sécurité et de paix pour cette nouvelle année.

 

Gad Weil est le Président du MJLF (Mouvement juif libéral de France).

Meyer Habib, il y a ceux qui l'aiment et ceux qui l'ont en exècre. Mais on ne peut en aucun cas tolérer un tel déferlement de haine antisémite.

Exposition jusqu'au 30 novembre, à la Galerie Saphir !

Pages

Revenons un peu en arrière. Souvenirs et chroniques diverses, de Guy Zérah*

Né à Tunis en 1927, Guy Zérah, pour ses enfants comme pour ses petits-enfants, a décidé de revenir un peu en arrière et de raconter le pays de son enfance, un pays qui n’a plus rien à voir , dit-il, avec celui  qu’il a connu, les anecdotes qu’il a retenues comme les moments les plus douloureux. Le tout en cent récits.

Comme souvent, chez les Juifs de Tunisie, ses ancêtres étaient mixtes. Du côté paternel, tunisiens et, du côté maternel, italiens et autrichiens.

Guy Zérah, qui habitait avec sa famille un immeuble prestigieux de la capitale, La Nationale, évoque son enfance heureuse, le scoutisme, la vie familiale et  religieuse, le lycée Carnot avec ses professeurs d’exception tels Monsieur Foulon, les voisins et les amis, les vacances aux plages de La Marsa, de Khéreddine, de La Goulette et de l’Aéroport.

Et puis, un jour, la catastrophe : la Tunisie est envahie par les Allemands. Pendant six mois, de novembre 1942 à mai 1943, les Juifs de Tunisie vivront sous la menace de la botte hitlérienne. Alertes et bombardements, arrestations et travail obligatoire, réquisitions d’appartements au profit de la soldatesque allemande. Les Zérah, qui sont obligés de céder leur maison, la retrouveront dans un piteux état à la Libération. Parmi les souvenirs tragiques de cette époque, la déportation de l’oncle Benjamin, assassiné à Auschwitz.

Guy Zérah, qui fera carrière dans la banque, connaîtra très tôt une passion, la musique et participera à la création d’une chorale.

Comme c’est la loi du genre, le récit est désordonné car l’auteur a choisi d’écrire au fil de la résurgence de ses souvenirs : le service militaire, le pays natal qu’on est amené à quitter, le mariage, la naissance des enfants, le décès dramatique de son épouse à l’âge de 34 ans, la compagne, le chat Uriel, les voyages en France et dans le monde. Sans oublier quelques réflexions sur l’État d’Israël.

Très sympathique.

 

Jean-Pierre Allali

(*) Éditions Glyphe. Juillet 2017. 290 pages. Le lecteur intéressé peut s’adresser à l’auteur par mail : bri.bern@orange.fr

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.