Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean Pierre Allali - Sans Totem ni Tabou. Regards croisés-Correspondances, de Rodolphe Oppenheimer et Sophie Sendra

30 Novembre 2017 | 43 vue(s)
Catégorie(s) :
France
Portrait de Dov Maimon
Paradoxes de la politique israëlienne
|
09 Novembre 2015
Catégorie : France

"A vos crayons citoyens, à la politique citoyens. Si nous voulons que les choses se fassent il va falloir que certains d’entre nous se bougent."

Tel Aviv sur Seine : succès sur les berges et sur le net, opération réussie !

Portrait de Virginie Guedj-Bellaïche
Le dialogue renoué
|
29 Juillet 2015
Catégorie : France

Mars 2015, je suis à Bruxelles pour présenter mon livre écrit sous le pseudo de Sefwoman, « Je suis juive mais je me soigne ». Au fond de la salle, 3 garçons se marrent. Je parle de ma grand-mère et de service 98 pièces au liseré doré, de son refus de me parler de l’Algérie, des plats typiques, je les vois acquiescer. A la fin de la présentation, ils ont tous les trois le livre en main. « La dédicace c’est pour qui ? », « Ismaël ».

Célébrer le 14 juillet à Tel-Aviv – une occasion de célébrer la double appartenance culturelle et nationale sur un mode festif et joyeux.

12 juillet 1906, Alfred Dreyfus  est réhabilité par la cour de cassation de Rennes. C’était il y a 109 ans, autant dire une éternité.  

INTERNATIONAL - Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang, parce que l'Etat juif est (toujours) considéré et traité quelque part comme le Juif des Etats.
Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang, parce que l'Etat juif est (toujours) considéré et traité quelque part comme le Juif des Etats. Rappelons à ce sujet qu'une campagne BDS -pour Boycott-Désinvestissement-Sanctions- tente de s'implanter en France, en incitant à boycotter les personnes et les produits provenant de ce pays. Expliquons.


Artcile publié dans le Huffinghton Post http://www.huffingtonpost.fr/marc-knobel/boycott-produits-israeliens_b_7...

Un entretien entre Marc Knobel et Michaël de Saint Cheron, philosophe des religions.

Marc Knobel livre une analyse de l'opinion publique à l'égard de l'antisémitisme et d'autres sujets (avant et après les attentats de Janvier 2015).

Franck Guillory, journaliste, auteur et réalisateur de documentaires s'est rendu à Auswithz en Avril dernier, il nous raconte son expérience et ses souvenirs dans un article publié sur son blog.

Compte-rendu d'un magnifique livre de Benjamin Stora qui raconte son enfance juive à Constantine.

 

Des centaines de tombes ont été profanées au cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin), dimanche 15 février 2015, a annoncé le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, dans un communiqué de presse

Neuf ans après l’assassinat d’Ilan Halimi, voici la « chronique d’une barbarie et de ses conséquences médiatiques, politiques et judiciaires »,  par Marc Knobel, historien, chercheur, directeur des Études du CRIF

 

Le Hors-série de L'Express numéro 28, "Regards sur l'Histoire" consacré aux Juifs de France a mis en émoi une partie de la communauté juive, François Heilbronn, professeur des universités associé à Sciences-Po Paris et Président des Amis français de l'université de Tel-Aviv lui a adressé deux lettres ouvertes publiées dans l'Arche.
 

 

 

Retour sur les événements qui sont intervenus en juillet 2014 et les manifestations propalestiniennes qui ont dégénéré.

Est-il pertinent de mettre en parallèle “antisémitisme” et “islamophobie”?
Non, cinq fois non:  Ni sémantiquement , ni historiquement,  ni sociologiquement, ni politiquement et encore moins juridiquement, ces deux termes et les deux concepts qu’ils sous-tendent, ne sont de même nature. Il serait non seulement faux, mais aussi dangereux pour tous, de les mettre en regard sur un même plan.

Pages

Sans Totem ni Tabou 
Regards croisés-Correspondances
Par Rodolphe Oppenheimer et Sophie Sendra (*)
 

Le titre de cet ouvrage renvoie, on l’aura compris, à Sigmund Freud. C’est un échange de correspondance, de janvier à mai 2016, entre deux psychanalystes, l’un Parisien et l’autre Niçoise.

Au fil des pages, on en vient à se demander si, finalement, les deux protagonistes ne se livrent pas à une psychanalyse. Rodolphe Oppenheimer, dans un courrier, évoque clairement cette possibilité : « Qui psychanalyse qui entre nous deux ? Je ne sais pas, mais peu importe, c’est peut-être une déformation professionnelle ou un fantasme de ma part ; appelons cela la « licence psychanalytique ».

Tout au long des pages de cet étonnant échange épistolaire, les sujets les plus divers sont abordés : la politique française, la montée du Front national, le conflit du Proche-Orient, la situation internationale, les États-Unis et leurs problèmes, Fidel Castro, le terrorisme avec l’aggravation de l’antisémitisme en France, de l’assassinat d’Ilan Halimi à l’attaque de l’Hyper Cacher de Vincennes. Ou encore l’avenir de l’Éducation nationale, les nouvelles technologies, Internet, les téléphones portables de plus en plus sophistiqués…

Sans oublier les évocations personnelles et familiales. Rappelons que Rodolphe Oppenheimer est le petit-fils d’Edgar Faure qui fut président du Conseil.

Cette conversation à bâtons rompus qui peut sembler superficielle ne l’est pas du tout. Les questions traitées le sont en profondeur et donnent à réfléchir au lecteur. Étonnant et intéressant.

 

Jean-Pierre Allali

(*) Éditions Ramsay. Février 2017. 272 pages.

 

***

 

Rodolphe Oppenheimer, membre associé de l'Institut National de Psychanalyse 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.