Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean-Pierre Allali - Si c'était Jérusalem, de Michel Gad Wolkowicz et Michaël Bar Zvi

16 Mai 2018 | 277 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

C’est une étonnante indifférence qui entoure la mise en lambeaux de la ville d’Alep en Syrie.

Donald Trump est un excentrique narcissique qui au cours de sa campagne électorale a fait du mensonge une arme redoutable.

Réflexion d’un professeur d’histoire-géographie sur l’abstention de la France au vote de la résolution adoptée par le comité du patrimoine mondial de l’Unesco niant tous liens entre les Juifs et les lieux saints de Jérusalem.

Vendredi 21 octobre j'étais l'invité témoin du journal de Radio J peu après le vote abérrant à l'Unesco d'une résolution sur Jérusalem

FOR JERUSALEM NO VOICE MUST MISS
FOR JERUSALEM NONE OF US CAN REMAIN SILENT

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Cette période de fêtes juives en France, rime aujourd'hui avec contrôles de sécurtié et détecteurs de métaux

Portrait de Jean Pierre Allali
ADIEU SHIMON
|
29 Septembre 2016
Catégorie : Actualité

L'ancien président de l'État d'Israël, mon ami Shimon Peres, prix Nobel de la Paix 1994 est mort dans la nuit du 28 septembre 2016. Il avait 93 ans.

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Dimanche 11 septembre 2016, j'étais l'invité de l'émission "30 minutes pour convaincre".

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

Le Times of Israel a repris ma critique de la comparaison musulmans de France - juifs pendant la Shoah.

Je fais suite aux propos de Jean Luc Melenchon travestissant l'Histoire de France.

Aux côtés de Bruno Valentin, prêtre du diocèse de Versailles et Ahmet Ogras, vice-président du CFCM sur le plateau de BFM TV, j'ai réaffirmé mon sentiment d'horreur face à cet acte barbare qui s'est passé ce matin.

 

Pages

Si c'était Jérusalem, sous la direction de Michel Gad Wolkowicz et Michaël Bar Zvi*

C’est véritablement un énorme travail qui nous est proposé dans ce volume de plus de mille pages qui reprend en titre l’intitulé d’un colloque qui s’est tenu en avril 2016 au Menahem Begin Heritage Center de Jérusalem.

Une centaine de contributeurs, d’Eliette Abecassis à Benny Ziffer en passant par Georges Bensoussan, Raphaël Draï, Frédéric Encel, Benjamin Gross, Meyer Habib, Didier Long, Richard Prasquier, Daniel Sibony, Jacques Tarnero, Philippe Val ou encore A.B. Yehoshua.

L’ouvrage s’ouvre sur un hommage à Raphaël Draï, « le mensch constantinois » et Benno Gross, grand maître de sa génération, tous deux disparus, à quelques jours d’intervalle, en juillet 2015.

En introduction, Michel Gad Wolkowicz, se référant aux propos millénaires des enfants du peuple juif, « L’an prochain à Jérusalem » et « Si je t’oublie Jérusalem », justifie le titre de l’ouvrage, venu en somme comme un conte, un reste diurne.

Président d’honneur du Crif et actuel président du Keren Hayessod, Richard Prasquier affirme son attachement indéfectible à la capitale d’Israël dans un texte intitulé : « Puis-je dire que Jérusalem vit en moi ? ». Pour Richard Prasquier, « Ce n’est que pendant qu’il y a eu une souveraineté juive que toutes les religions ont pu prier en paix à Jérusalem ». C’est pourquoi, « le mécréant que je suis me battrai pour le maintien de la souveraineté juive à Jérusalem ».

Ancien vice-président du Crif, le député Meyer Habib, dans un message, développe des arguments similaires : « C’est depuis que Jérusalem est réunifiée sous souveraineté israélienne, après avoir été moribonde pendant les siècles d’occupation ottomane, que la ville a retrouvé sa superbe, qu’elle refleurit, se développe, s’étend, qu’elle vibre » ;

Un beau corpus d’illustrations enrichit ce bel ouvrage dont on regrettera peut-être qu’il n’ait pas été proposé en deux volumes permettant ainsi une lecture plus aisée.
A découvrir.

 

Jean-Pierre Allali

 

(*) Editions In Press. Février 2018. 1020 pages. 34 euros.