Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean-Pierre Allali - Techouva, de Frédéric Lauze

06 Mars 2018 | 187 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Né à Tunis en 1920, Albert Memmi, s’il a été considéré, à travers certains de ses romans, comme le chantre du judaïsme tunisien, demeure surtout, le théoricien du colonialisme

C’est l’histoire d’un mariage mixte raté. Un mariage entre une Juive et un Musulman, Julie et Sam. 

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Portrait de Stéphanie Dassa
Hommage à Claude Hampel
|
14 Novembre 2016
Catégorie : France

« Il y eut un soir et il y eut un matin » Genèse1 : 5

Comme chaque année, l'association ASI/Keren Or que je préside, distribue des lunettes de vue en Israël aux plus démunis. Cette année l'opération s'est déroulée dans la ville de LOD.

En 2005, le fait religieux envahissait peu à peu et dans la confrontation, les cours de récréation. L’agitation religieuse commençait à provoquer des dégâts dont nous payons le prix lourd aujourd’hui.

FOR JERUSALEM NO VOICE MUST MISS
FOR JERUSALEM NONE OF US CAN REMAIN SILENT

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Cette période de fêtes juives en France, rime aujourd'hui avec contrôles de sécurtié et détecteurs de métaux

Une stèle en mémoire des victimes de la Shoah qui n’ont pas de sépulture, "ni ici, ni ailleurs", a été inaugurée dans le cimetière parisien de Bagneux.
Une cérémonie solennelle - et sous haute sécurité - qui, à Bagneux, dix ans après la mort d’Ilan Halimi, séquestré et torturé dans la cité de la Pierre-Plate parce qu’il était juif, était d’autant plus symbolique.

Dimanche 11 septembre 2016, j'étais l'invité de l'émission "30 minutes pour convaincre".

Pages

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Techouva, de Frédéric Lauze.

TECHOUVA - Par Frédéric Lauze (*)

Commissaire de police, directeur départemental de la sécurité publique du Val d’Oise, Frédéric Lauze s’est lancé dans l’écriture il y a quelques années. Dans son troisième roman, dont l’action se situe sur la Côte d’Azur, il nous emmène à la rencontre de Pierre, 45 ans, professeur de philosophie à Nice, fils d’un militant socialiste, père de deux enfants, Théo et Alexandre, qui vit séparé de son épouse, Anna, critique littéraire.

Autour de lui, un groupe d’amis très liés dont Maxime, l’ouvrier de la bande, auquel le père de Pierre ne cesse, lors des conversations, de rappeler son séjour dans un kibboutz en Israël, quand il avait vingt ans, en 1963. Quatre mois de bonheur et de découverte. La plus belle période de sa vie, aime-t-il dire. « La sensation de vivre l’Histoire en tant qu’acteur ».

Un jour, le doyen de l’université, le professeur Charles Raybaud, parvient à convaincre Pierre de consacrer sa prochaine conférence au conflit israélo-arabe. L’idée est excitante mais le sujet est explosif. Le titre choisi « Réflexion sur l’aporie de la confrontation tragique de deux ethnocentrismes », un peu pompeux, ne décourage pas les auditeurs qui se pressent dans l’amphithéâtre.

Pour Pierre « Le sionisme, c’est un volontarisme à l’opposé du déclinisme et du fatalisme qui a été la trame tragique de l’histoire juive depuis que le peuple juif a été expulsé définitivement en 70 de la Palestine… ». En bref, « Le sionisme, c’est donc..la Téchouva… ». Par souci d’équilibre, l’orateur, dans une seconde partie, est un peu plus critique à l’égard d’Israël

La Téchouva. Mais c’est quoi la Téchouva ? Etudiants et amis se posent la question. Maxime, lui, décide d’aller voir Israël de plus près et, qui sait, d’y vivre même s’il n’est pas juif.

Téchouva, Israël, mais aussi l’Irlande, la Martinique, la Turquie et le foot. L’amour aussi. Très sympathique.

Jean-Pierre Allali

(*) Editions L’Harmattan. Août 2017. 246 pages. 21,50 euros.