Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de jean Pierre Allali: Tunisie AN 1, Journal Tunisien 1955-1956 par Albert Memmi

14 Mars 2017 | 112 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Il y a six ans (ndlr. : cet article a été rédigé en mars 2018), en mars 2012, à Montauban et Toulouse, sept vies ont été fauchées par un terroriste islamique, donc je me refuse à rappeler le nom.

Le 33ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 7 mars 2018.

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Techouva, de Frédéric Lauze.

Au théâtre de l'Atelier, Le livre de ma mère réveille les souvenirs et sublime la relation la plus sincère qui est donnée à l'homme de connaître.

Vendredi 23 février, j'ai rencontré Tomasz Młynarski, Ambassadeur de Pologne en France.

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Dina Porat, Le Juif qui savait Wilno-Jérusalem : la figure légendaire d’Abba Kovner, 1918-1987.

La première djihadiste française capturée à Mossoul par les forces irakiennes en juillet 2017, Mélina Boughedir, a été condamnée, lundi 19 février, à sept mois de prison pour l’entrée illégale en Irak. La cour pénale de Bagdad a ordonné la remise en liberté et l’expulsion en France de la jeune femme de 27 ans, sa peine étant couverte par sa détention préventive, rapporte Le Monde du 19 février. Qui sont ces femmes désintégrées, déstructurées et aveuglées par la propagande développée par les djihadistes et qui ont été des proies faciles. C'est ainsi qu'elles se sont déshumanisées et ont participé à cette orgie barbare et moyenâgeuse qu’est le djihadisme.

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

Le 4 février 2018, le Crif et les Amis du Crif ont organisé un voyage de mémoire dans les camps d’Auschwitz-Birkenau. Près de 200 personnes ont participé à cette journée exceptionnelle, qui a marqué les mémoires de chacun. Une délégation d’élus et de personnalités publiques m'a également accompagné. Nous avons aussi eu l'honneur d'être accompagnés par Ginette Kolinka, réscapée d'Auschwitz.

En fin de journée, nous avons tenu une courte cérémonie d'hommages ponctuée de plusieurs discours et de prières animées par le Rabbin Moché Lewin. En conclusion de cette intense journée, le Shofar a resonné au milieu du silence etourdissant de l'immense complexe de Birkenau.

Pages

Né à Tunis en 1920, Albert Memmi, s’il a été considéré, à travers certains de ses romans, comme le chantre du judaïsme tunisien, demeure surtout, le théoricien du colonialisme

Ses « Portraits du colonisé et du colonisateur » sont étudiés dans les facultés d’Afrique du Nord et du tiers-monde. Homme de gauche, partisan de l’indépendance de son pays natal, il sera néanmoins contraint à l’exil, constatant, à son grand désespoir, que les Juifs, bien que d’implantation plus ancienne que les Arabes dans le pays,  n’avaient pas leur place dans une Tunisie indépendante.

Marié à Germaine Dubach, une Alsacienne catholique pratiquante, Albert Memmi, après avoir poursuivi des études supérieures à Alger et à Paris, était revenu au pays natal en 1949. La Tunisie est alors en pleine ébullition et les velléités d’indépendance se précisent.

Dans son appartement parisien, Memmi a, au fil des ans, accumulé, rangés dans des tiroirs, des cahiers d’écolier, des petits carnets à spirales voire de simples feuilles volantes, des notes qui sont autant de parcelles d’un journal intime qu’il désigne comme son « garde-manger ».

C’est ce véritable trésor que Guy Dugas, grand spécialiste de la « littérature judéo-maghrébine » a dépouillé et classé. Les notules proposées couvrent les années 1955-1956, années cruciales de l’autonomie interne et de l’indépendance. On y découvre tout à la fois, des considérations politiques, des indications sur des conversations avec des personnalités ou encore et des informations à caractère personnel.

Quelques exemples :

« J’ai donc choisi de tout dire ou de me taire »

« Je suis content, en somme, de vivre cette aventure tunisienne »

« En bref, sur le fait Français en AFN, je souhaitais la fin de leurs privilèges, mais pas la fin de leur présence en tant qu’hommes »

« Cette surenchère que je fais vis-à-vis des Tunisiens musulmans, m’empêche actuellement de m’affirmer ce que je suis véritablement. Par exemple ambigu vis-à-vis des Français  (et non seulement hostile). Et par exemple l’État d’Israël »

«  Jeudi 15 mars : Il paraît que des inscriptions antisémites sont faites sur des billets de banque tunisiens (d’après le journal du Haut Commissariat français) »

«  L’Indépendance totale de la Tunisie est aujourd’hui proclamée. Cela me laisse froid, sinon inquiet. Comme tout le monde ici, sauf les musulmans. Bien que, bien entendu, je trouve cela historiquement juste et heureux »

« Si je creuse, tout s’effrite. Pourquoi je dois être solidaire des Juifs ? Parce que je suis né de parents juifs. Et après ? »

« Ainsi la Tunisie entre définitivement dans le concert des nations arabes : il n’y a plus de place pour nous. Car il nous est impossible désormais d’accepter faire partie d’une nation ennemie d’Israël »

« Bourguiba a institué maintenant une dictature complète : il a tous les rôles et tous les droits »

« Les Juifs foutent le camp et vendent ce qu’ils peuvent. Et cela ne fait pas plaisir aux Arabes. »

«  4 000 Juifs partent la semaine prochaine pour Israël. Le ghetto se vide lentement et chaque boutique abandonnée par un Juif  lentement se remplit d’Arabes »

 

Et, pour ce qui est des détails à caractère personnel et familial :

« Lundi 24 octobre : Au hammam : la lumière glissait mal, restait collée aux pierres humides, comme des traces de graisse »

« Le 19 déc.55 : Ce matin, Germaine est littéralement assaillie au marché par les petits porteurs. L’un d’eux, avec qui elle avait fait un prix, lui a barré la portière de la voiture et elle a été obligée de le repousser avec quelque force »

 

Au fil des pages, on est étonné de constater que le nombre de Juifs communistes rencontrés et cités par Memmi est impressionnant : Paul Sebag, Georges Attal, Roberte Bigiaoui, Georges Valensi, André Baranès, Maurice Nisard…

Albert Memmi le constate d’ailleurs : « Beaucoup sont communistes. C’est là une solution juive assez répandue. »

Dans les derniers jours d’août 1956, les Memmi, après avoir vendu leur villa de Beausite, ont gagné Strasbourg puis Paris. Après un retour provisoire de quelques années au pays natal, Albert Memmi et les siens ont choisi de vivre définitivement en France.

Un petit livre très intéressant.

 

 

Jean-Pierre Allali

 

(*) Éditions du CNRS. Édité et annoté par Guy Dugas. Suivi de « Tunisie, un pays d’opérette » et de « Autres écrits des années tunisiennes ». 232 pages. Janvier 2017.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.