Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean Pierre Allali - Une saga séfarade, par Alexandre Mostrel

03 Avril 2019 | 111 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Pages

Opinion

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Portrait de Stéphanie Dassa
Documentaire Sauver Auschwitz
|
23 Janvier 2017
Catégorie : Opinion

"Sauver Auschwitz ?" un documentaire diffusé le 24 janvier à 22h40 sur Arte 

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Depuis des années, l’historien Marc Knobel a de salutaires obsessions et une puissante détermination. L’une de ses salutaires obsessions, sur laquelle il a beaucoup travaillé et mené de profondes recherches, est cette diffusion sans frontières, sans retenues et sans toujours grandes oppositions, des haines multi-formes qui s’entretiennent.

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Comme chaque été, de nombreux juifs ont décidé de quitter la France pour s’installer en Israël. On parle de 8000 à 10 000 pour l’ensemble de l’année 2015. J’ai moi-même fait ce choix en 2013  et pourtant j’ai, plus que jamais, envie de parler de ceux qui restent. 

Pages

Une saga séfarade, par Alexandre Mostrel*

C’est l’histoire d’une vie. Pour ses enfants, pour ses petits-enfants, pour témoigner, Alexandre Mostrel a décidé de coucher par écrit son long et beau parcours. « Aujourd’hui, j’arrive au soir ma vie, au bout du chemin. J’ai fait mon temps et atteint un âge canonique. Je suis vieux et usé ; la vie se retire de moi, petit à petit, irrémédiablement. J’ai heureusement gardé toute ma lucidité »

Les racines de la famille du narrateur plongent dans la Turquie, du temps de l’Empire Ottoman. Son père, Moïse, fils de Béhor Chabtaï Mistriel et de Déborah Benaderet était né en 1905 à Bergama. Sa mère, Mathilda Mazalto, fille de Moïse Ouziel et de Hannah Abrami était née, elle, en 1900, à Izmir.

C’est lorsque le président turc, Mustafa Kémal Atatürk décide d’incorporer les jeunes gens juifs à l’armée pour trois ans que les Mistriel émigrent en France, à Marseille. C’est là que naît Alexandre, le 18 juillet 1925. La famille ne restera pas longtemps en France et choisira de vivre…en Tunisie ! En 1929, les Mistriel qui, plus tard, seront Mostrel, retrouvent une tante , Sarina,dans le quartier arabe de Bab-Souika. Moïse se fait alors photographe ambulant. Alexandre, dès l’âge de 4 ans, sera inscrit au keteb, l’école juive religieuse. Il sera longtemps le barani, l’étranger, parmi ses condisciples judéo-arabes. Plus tard, ce sera l’AIU, rue Malta Srira.

Des pages étonnantes nous décrivent l’ambiance « tune » par le menu. Des glibettes à la nefa et des noyaux d’abricot à la hofra en passant par tous les cinémas de Tunis : Palmarium, Colisée et tutti quanti. Sans oublier la cuisine locale, du couscous bkaïla au msoki de Pessah.

Adolescent, Alexandre dévore les livres, mais aussi les BD : Mandrake, Tarzan et le Fantôme du Bengale.

Les fêtes juives y compris les coutumes locales sont narrées par le menu. « Ce qu’il y avait de remarquable à Tunis, c’est que les samedis et les jours des principales fêtes juives, presque tous les magasins étaient fermés, aussi bien dans le quartier juif que dans le reste de la ville ».

En 1939, des bruits de botte se font entendre. Le père est mobilisé. Le voilà zouave. Plus tard, pendant six mois, en 1942-1943, la Tunisie se retrouvera sous la botte allemande. Alexandre a 17 ans et il est pris dans une rafle mais parvient à s’échapper. Un an plus tard, il est mobilisé et se retrouve dans la montagne, à Aïn Draham, chantant « C’est nous les Africains ». Il est au Tyrol quand parvient, enfin, la nouvelle de l’armistice. Au sortir de la Guerre, Alexandre est engagé à la Direction des Travaux Publics. Il fréquentera une cellule communiste et entonnera régulièrement L’Internationale. Puis, il change d’orientation et opte pour le mouvement sioniste bien implanté à Tunis. Il adhère à la Gordonia. Dès lors, l’alyah en Israël est en ligne de mire. Alexandre fera un premier séjour en Israël où ses parents se sont déjà installés, en 1952. De retour à Tunis notre héros convole en justes noces. Le 28 septembre 1954, il épouse Dina Henriette  Messica, une Juive livournaise native de Sfax. En 1960, les Mostrel décident de regagner la France. Des enfants vont naître : Marco, Daniel, puis Odile Sarah.

« J’ai eu la baraka, la bonne destinée » estime Alexandre Mostrel.

Très sympathique. À découvrir.

Jean-Pierre Allali

(*) Éditions Z4. Novembre 2018. 312 pages. 18 €.

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.