Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean Pierre Allali - Une saga séfarade, par Alexandre Mostrel

03 Avril 2019 | 111 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Il y a six ans (ndlr. : cet article a été rédigé en mars 2018), en mars 2012, à Montauban et Toulouse, sept vies ont été fauchées par un terroriste islamique, donc je me refuse à rappeler le nom.

Le 33ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 7 mars 2018.

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Techouva, de Frédéric Lauze.

Au théâtre de l'Atelier, Le livre de ma mère réveille les souvenirs et sublime la relation la plus sincère qui est donnée à l'homme de connaître.

Vendredi 23 février, j'ai rencontré Tomasz Młynarski, Ambassadeur de Pologne en France.

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Dina Porat, Le Juif qui savait Wilno-Jérusalem : la figure légendaire d’Abba Kovner, 1918-1987.

La première djihadiste française capturée à Mossoul par les forces irakiennes en juillet 2017, Mélina Boughedir, a été condamnée, lundi 19 février, à sept mois de prison pour l’entrée illégale en Irak. La cour pénale de Bagdad a ordonné la remise en liberté et l’expulsion en France de la jeune femme de 27 ans, sa peine étant couverte par sa détention préventive, rapporte Le Monde du 19 février. Qui sont ces femmes désintégrées, déstructurées et aveuglées par la propagande développée par les djihadistes et qui ont été des proies faciles. C'est ainsi qu'elles se sont déshumanisées et ont participé à cette orgie barbare et moyenâgeuse qu’est le djihadisme.

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

Le 4 février 2018, le Crif et les Amis du Crif ont organisé un voyage de mémoire dans les camps d’Auschwitz-Birkenau. Près de 200 personnes ont participé à cette journée exceptionnelle, qui a marqué les mémoires de chacun. Une délégation d’élus et de personnalités publiques m'a également accompagné. Nous avons aussi eu l'honneur d'être accompagnés par Ginette Kolinka, réscapée d'Auschwitz.

En fin de journée, nous avons tenu une courte cérémonie d'hommages ponctuée de plusieurs discours et de prières animées par le Rabbin Moché Lewin. En conclusion de cette intense journée, le Shofar a resonné au milieu du silence etourdissant de l'immense complexe de Birkenau.

Pages

Opinion

Dov Maimon rejoint les auteurs du Blog du Crif !

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

Une saga séfarade, par Alexandre Mostrel*

C’est l’histoire d’une vie. Pour ses enfants, pour ses petits-enfants, pour témoigner, Alexandre Mostrel a décidé de coucher par écrit son long et beau parcours. « Aujourd’hui, j’arrive au soir ma vie, au bout du chemin. J’ai fait mon temps et atteint un âge canonique. Je suis vieux et usé ; la vie se retire de moi, petit à petit, irrémédiablement. J’ai heureusement gardé toute ma lucidité »

Les racines de la famille du narrateur plongent dans la Turquie, du temps de l’Empire Ottoman. Son père, Moïse, fils de Béhor Chabtaï Mistriel et de Déborah Benaderet était né en 1905 à Bergama. Sa mère, Mathilda Mazalto, fille de Moïse Ouziel et de Hannah Abrami était née, elle, en 1900, à Izmir.

C’est lorsque le président turc, Mustafa Kémal Atatürk décide d’incorporer les jeunes gens juifs à l’armée pour trois ans que les Mistriel émigrent en France, à Marseille. C’est là que naît Alexandre, le 18 juillet 1925. La famille ne restera pas longtemps en France et choisira de vivre…en Tunisie ! En 1929, les Mistriel qui, plus tard, seront Mostrel, retrouvent une tante , Sarina,dans le quartier arabe de Bab-Souika. Moïse se fait alors photographe ambulant. Alexandre, dès l’âge de 4 ans, sera inscrit au keteb, l’école juive religieuse. Il sera longtemps le barani, l’étranger, parmi ses condisciples judéo-arabes. Plus tard, ce sera l’AIU, rue Malta Srira.

Des pages étonnantes nous décrivent l’ambiance « tune » par le menu. Des glibettes à la nefa et des noyaux d’abricot à la hofra en passant par tous les cinémas de Tunis : Palmarium, Colisée et tutti quanti. Sans oublier la cuisine locale, du couscous bkaïla au msoki de Pessah.

Adolescent, Alexandre dévore les livres, mais aussi les BD : Mandrake, Tarzan et le Fantôme du Bengale.

Les fêtes juives y compris les coutumes locales sont narrées par le menu. « Ce qu’il y avait de remarquable à Tunis, c’est que les samedis et les jours des principales fêtes juives, presque tous les magasins étaient fermés, aussi bien dans le quartier juif que dans le reste de la ville ».

En 1939, des bruits de botte se font entendre. Le père est mobilisé. Le voilà zouave. Plus tard, pendant six mois, en 1942-1943, la Tunisie se retrouvera sous la botte allemande. Alexandre a 17 ans et il est pris dans une rafle mais parvient à s’échapper. Un an plus tard, il est mobilisé et se retrouve dans la montagne, à Aïn Draham, chantant « C’est nous les Africains ». Il est au Tyrol quand parvient, enfin, la nouvelle de l’armistice. Au sortir de la Guerre, Alexandre est engagé à la Direction des Travaux Publics. Il fréquentera une cellule communiste et entonnera régulièrement L’Internationale. Puis, il change d’orientation et opte pour le mouvement sioniste bien implanté à Tunis. Il adhère à la Gordonia. Dès lors, l’alyah en Israël est en ligne de mire. Alexandre fera un premier séjour en Israël où ses parents se sont déjà installés, en 1952. De retour à Tunis notre héros convole en justes noces. Le 28 septembre 1954, il épouse Dina Henriette  Messica, une Juive livournaise native de Sfax. En 1960, les Mostrel décident de regagner la France. Des enfants vont naître : Marco, Daniel, puis Odile Sarah.

« J’ai eu la baraka, la bonne destinée » estime Alexandre Mostrel.

Très sympathique. À découvrir.

Jean-Pierre Allali

(*) Éditions Z4. Novembre 2018. 312 pages. 18 €.

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.