Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean-Pierre Allali - Vrai…ment ! Récit de l’enfance sous la terreur, par Guta Tyrangiel Benezra

12 Janvier 2021 | 182 vue(s)
Catégorie(s) :
Antisémitisme

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

Hier, je me suis exprimé sur la récente vague d'antisémitisme qui secoue la France. J'ai demandé à l'ensemble de la communauté nationale de faire front contre la haine antisémite. J'ai également rappelé l'importance pour la justice française d'appliquer des peines suffisamment lourdes pour être dissuasives.

Il est des livres, comme une sève puissante, comme un volcan en éruption, comme le monde à portée de la main, comme la vie, qui remue de l’intérieur, qui secoue de l’intérieur et qui donne majestueusement à donner. Il est des livres que l'on veut lire et que l'on doit lire absolument.

 

Par Marc Lévy, avocat de la LICRA dans le procès de Reynald Leykens et délégué du Crif en Israel

En 2017, Roger Pinto, sa femme et son fils ont été séquestrés, violentés et détroussés à leur domicile de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), "une agression antisémite" condamnée par le Crif et le ministre de l'Intérieur. Une première ?

"The strength of a Nation always lies in the the way it looks at its History and and its ability to teach it to future generations".

 

"La force d’une Nation réside toujours dans le regard qu’elle sait porter sur son histoire et sa capacité à l’enseigner aux générations suivantes."

 

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Pages

Vrai…ment ! Récit de l’enfance sous la terreur, par Guta Tyrangiel Benezra (*)

 

C’est l’histoire d’une vie. Celle de l’auteure. Celle d’une petite Juive polonaise qui, aux heures sombres de la Shoah, a été confiée à un famille catholique. Dès lors, notamment grâce à son physique, une jolie blonde frisée, Guta, devenue Genowefa alias Genia Filipiak et qui sera protégée par son oncle d’adoption, Jozio Jaszczuk, est parfaitement intégrée à son environnement chrétien. Les Juifs, ce sont les autres, ceux que l’on vomit, ceux qu’on accuse de tous les maux, ceux qui ont toujours été victimes des pogromes récurrents et meurtriers, ceux qu’on a exterminés par millions dont une bonne partie de sa famille. Seul son oncle Meir Tyrangiel reviendra du Sibir, la Sibérie soviétique, après la catastrophe.

Guta est née en octobre 1940 à Minsk Mazowiecki, au sein du ghetto. Fille de Moshe Tyrangiel  et de.Rachel Korman Son grand-père maternel, Nahum Korman avait un atelier-magasin sur la place du marché. L’occupation allemande, dès le 13 septembre 1939 puis l’invasion de l’est de la Pologne par les Soviets le 17 septembre de la même année, va conduire à la destruction quasi-totale de la judéité polonaise. « Je ne sais pas de quelle façon sont morts les membres de ma nombreuse famille ; mes grands-parents, oncles, tantes et cousins. La liquidation du ghetto fut une ultime épreuve dans la terreur… ». Guta sera cachée avec sa petite sœur Esther dans des caves et sauvée de l’horreur par l’organisation « Zegota ». Dès la fin octobre 1942, elle partagera la vie de l’ « oncle » Jozio et de la « tante » Bronia. « Être « Juif » signifiait pour moi la mort et le mépris. J’avais peur qu’on me reconnaisse comme telle. Je me réveillais toutes les nuits en hurlant, en faisant des cauchemars effrayants ».

Officiellement adoptée par les Jaszczuk en 1949, Guta Genia va faire sa première communion, elle recevra cependant de nombreuses lettres de sa famille désormais installée en Israël. Bonne élève, elle se lancera dans le sport vers 12-13 ans et étudiera à l’Académie des Sports avant de se lancer dans le droit à Varsovie.

Les retrouvailles avec le monde juif se feront en France, à Metz, où Guta s’installe en 1961 avant de gagner Strasbourg. Dès lors, Guta va peu à peu renouer avec le judaïsme de son enfance. « Nous avions de la chance de nous trouver à Strasbourg dans un cocon juif exceptionnel… »

Une déception amoureuse avec Robert, un mariage en 1966 à Casablanca, avec Claude Benezra, Juif marocain, la découverte du pays d’Israël et, plus tard, du Canada, la fondation d'une famille juive. Pour séparer le Vrai de ce qui Ment, l’auteure a choisi la forme d’un dialogue avec la mémoire de son corps et de son esprit, sorte d’alter ego intérieur.

Pour séparer le Vrai de ce qui Ment, l’auteure a choisi la forme d’un dialogue avec la mémoire de son corps et de son esprit, sorte d’alter ego intérieur.

« Un dernier acte d’espoir », selon l’auteure. Un véritable cri dans le souci de l’exigence du savoir. Émouvant. À découvrir.

Jean-Pierre Allali

 

(*) Éditions Maïa. Septembre 2019. 116 pages. 18 €.