Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures : LA TRAVERSÉE DU SAMBATYON

18 Janvier 2017 | 158 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Comment les réseaux sociaux sont passés de l'effroi à la solidarité sans précédent avec les telavivim

Portrait de Marc Knobel
Les femmes, Daech et le Djihad
|
19 Novembre 2015
Catégorie : Actualité

« Une femme retranchée dans l’appartement, qui a activé son gilet explosif au début de l’assaut, est morte »

Vendredi soir en l'espace de moins d'une heure, la France a connu le plus grave attentat jamais perpétré sur son territoire. En l’espace d’une trentaine de minutes, des terroristes ont attaqué la capitale à 7 endroits avec une minutie et une détermination macabres. 129 morts, 350 blessés dont 100 dans un état très grave. Les chiffres donnent le tournis. Moins de 48 heures après cette nuit d’horreur, n’en déplaise à certains, il est juste le temps de pleurer.

Portrait de Marc Knobel
Des visages sur nos morts
|
14 Novembre 2015
Catégorie : Actualité

Les réseaux sociaux se sont mobilisés pour retrouver les personnes portées disparues, ceux dont nous n’avions pas de nouvelles. Les Amis, les familles, les anonymes partagent descriptions, photos et espoir.

Portrait de Virginie Guedj-Bellaïche
#JeNaiPasPeur
|
14 Octobre 2015
Catégorie : Actualité

8H30. Au moment où les employés de la mairie qui font la circulation rangent leurs gilets jaunes, dans les classes, les écoliers ouvrent livres et cahiers. Alors que les hommes sortent de l’office du matin, croisant ceux qui distribuent l’édition du jour du quotidien Israël Hayom, les lycéens patientent à l’arrêt de bus, smartphone en main. Si le rideau de fer des boutiques est encore fermé pour une demi-heure, le cafetier lui prépare déjà son 17e café afour. Voilà à quoi ressemble la vie matinale à Raanana, petite ville près de Tel-Aviv. Et puis hier, mardi, tout a basculé.

Il est temps d'affirmer haut et fort que les islamistes veulent tuer des juifs !

Réaction suite à la nomination de l'Arabie Saoudite au Conseil des Droits de L'Homme.

L'Europe doit se mobilier pour le sort des réfugiés

Portrait de Olivier Rafowicz
Tel Aviv sur Seine
|
12 Août 2015
Catégorie : Actualité

La ville blanche sera à l'honneur demain sur les berges de Paris Plage

Un bébé palestinien a été brûlé vif et ses parents ont été grièvement blessés vendredi lorsque des extremistes israéliens ont mis le feu à leur maison en Cisjordanie.
Un acte abominable , Israel doit prendre toutes les mesures nécessaires afin d'éliminer le terrorisme juif.
 

Iran's Ayatollahs were behind the bloody attack that hit the Jewish community center in Buenos Aires in 1994 that killed 84 and injured 230.

Portrait de Invité
Droit de réponse
|
19 Juin 2015
Catégorie : Actualité

Hier Joel Amar nous a fait part de son analyse de la tribune d'A.B Yehoshua publiée dans Libération le 17 Juin dernier " Du bon usage du Boycott d'Israel".

Aujourd'hui, nous publions le " Droit de réponse " d' Alain Rozenkier, Président de " La Paix Maintenant"

Joel Amar analyse la tribune de l'écrivain A.B Yehoshua publiée hier dans Libération : " Du bon usage du Boycott d'Israel" 
Paru sur mediapicking.com

Viralité des messages, impunité des auteurs, Marc Knobel a choisi de faire le constat de la haine sur internet et de la responsabilité des réseaux sociaux.

Portrait de Invité
Retour sur les lieux du Crime
|
29 Avril 2015
Catégorie : Actualité

« Ne pas témoigner serait trahir», Pierre Laurent, journaliste, a participé à la commémoration du soulèvement du ghetto de Varsovie le 19 avril dernier. Article publié dans l'Est Républicain.

 

Pages

Un livre de Victoria Klem

Dans la tradition juive, notamment dans le Talmud, le Sambatyon est un fleuve mythique au-delà duquel étaient rassemblées les dix tribus perdues d’Israël. Ce fleuve, qui a interpellé aussi bien Rachi qu’Eldad le Danite ou Abraham Aboulafia, ne pouvait pas, dit-on, être franchi pendant la semaine car il était agité de violents bouillonnements avec jets de pierres. Mais, miraculeusement, le Sambatyon se calmait le chabbat et si, en théorie, on pouvait alors le traverser, on ne devait pas le faire. Seule l’arrivée du Messie avec la résurrection des morts autoriserait ce passage.

Si Victoria Klem, pour son premier roman, a choisi ce titre, c’est que l’on dit aussi que le Sambatyon, c’est le fleuve qui sépare les vivants des morts. Or, le livre, délicat et sensible, de l’auteure est consacré à la fin de vie.

Nous sommes dans une clinique. Une famille est réunie autour du grand-père, Bob, Boby, Pappy, Papinou, qui se meurt : cancer des os. Désormais sous sédatif, il est profondément endormi.

La médecine ne peut plus rien et il y a lieu de décider, en application de la loi Léonetti, s’il convient d’abréger les souffrances de l’agonisant.

Autour du malade, il y a son épouse, Betty, sa fille, Emma, et ses petits enfants : Maxence, kinésithérapeute qui a su, il y a peu, soulager le malade, Julie, venue tout spécialement d’Israël et la narratrice, Vanessa, alias Vany, qui, régulièrement, récite des poèmes de sa création en espérant que Bobby les entende, malgré tout. Des pensées, écrites en italiques, sont d’ailleurs attribuées au mourant.

Le personnel médical, notamment l’infirmière Françoise, est particulièrement compréhensif et permet à la famille de partager un repas de chabbat  autour du mourant. Pour réciter en sa présence, un dernier kiddouch. Les discussions se font parfois délicates quand il s’agit de régler les détails de l’enterrement. Les religieux de la famille s’opposent aux non croyants. Sans oublier les interventions d’un rabbin de passage.

Une semaine d’attente où l’on se relaie autour du malade. Betty, un jour, décide de montrer à la famille réunie les bijoux que son mari lui a offerts tout au long des années tout en lisant, à haute voix, la première lettre que son époux lui a adressée.

Papinou décide tirer sa révérence juste avant Roch Hachana, le nouvel an juif. Dès lors, selon la Halakha, la loi juive, il n’ y a pas de shiva, le deuil des sept jours, et Julie, très pratiquante, peut regagner Israël à temps pour les fêtes.

Original et émouvant.

 

 

 

Jean-Pierre Allali

 

 

(*) Éditions Sépia. Préface de Gérard Cardonne. Septembre 2016. 182 pages. 17 €.