Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

LECTURES. L'ULTIME AUBERGE

30 Mai 2016 | 2 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Comme nos lecteurs ont pu l’apprendre dans la newsletter du Crif, le président du Crif, Francis Kalifat a rencontré le nouvel ambassadeur de Chypre en France, Son Excellence Georges Chacalli, à l’occasion d’un déjeuner de travail. Partons à la découverte de Chypre et de sa petite communauté juive.

 

Pages

Antisémitisme

Quel est donc ce mouvement qui s'est vu offrir une tribune hier au journal télévisé de France 2 ?

Lundi 11 janvier, à Marseille, un jeune turc de 15 ans attaquait à la machette un enseignant juif portant une kippa. Une affaire qui devait provoquer une grande émotion, et qui a inspiré à Jérôme Fenoglio, le directeur du journal « Le Monde », un éditorial remarquable. En voici un extrait : « Ce mal, il faut le considérer pour ce qu’il est : le produit des noces mortelles entre djihadisme et antisémitisme. Le terrorisme fondamentaliste (…) reprend tous les stéréotypes du vieil antisémitisme européen, accommodé à la sauce de l’heure, mélange de théories du complot importées du Moyen-Orient et transportées par Internet ».

A force de tenir des raisonnements primaires, ami de Gôôôôche, tu es devenu primaire

Ce soir, jeudi 22 octobre, France 3 diffuse à 23h15 « Profs en territoires perdus de la République ? »

Article de Dr Bruno HALIOUA Secrétaire Général de l’AMIF (Association des Médecins Israélites de France)

"Une France antijuive ? "est le dernier livre de Pierre-André Taguieff. Marc Knobel rend hommage au talent et au courage de l'auteur à travers cette tribune.

Portrait de Invité
3 Questions à Marc Knobel
|
17 Avril 2015
Catégorie : Antisémitisme

Les auteurs du Blog du Crif se prêtent à un exercice de questions réponses " 3 Questions à ..."

Marc Knobel historien- chercheur nous parle donc de son engagement dans la lutte contre l'antisémitisme.

Des centaines de tombes ont été profanées au cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin), dimanche 15 février 2015, a annoncé le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, dans un communiqué de presse

Neuf ans après l’assassinat d’Ilan Halimi, voici la « chronique d’une barbarie et de ses conséquences médiatiques, politiques et judiciaires »,  par Marc Knobel, historien, chercheur, directeur des Études du CRIF

 

Retour sur les événements qui sont intervenus en juillet 2014 et les manifestations propalestiniennes qui ont dégénéré.

L'antisémitisme est comme une bête particulièrement enragée et puante. Il rôde, nous ne le savons que trop bien...

L'antisémitisme : les causes d'un Mal qui s'aggrave.

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

"Dites-moi que ce furent des cauchemars, que le monde s'améliore de jour en jour, que des flammes de lumière jaillissent en chaque point du globe."

Article paru dans le HuffinghtonPost.fr

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

Prix Nobel de littérature en 2002, l'écrivain hongrois Imre Kertèsz est mort à Budapest le 31 mars 2016. Son dernier livre, "L'ultime auberge" a reçu, le 22 mai 2016, le Prix Spécial du Jury 2016 du Salon du Livre de la Licra-Paris

 

L'ULTIME AUBERGE

par Imre Kertész (*)

 

Prix Nobel de Littérature en 2002, Imre Kertész est né en 1929 à Budapest au sein dune famille juive. Il a quinze ans quand il est déporté à Auschwitz avant d'être transféré à Buchenwald puis au camp de travail de Zeitz. Cette expérience concentrationnaire sera au centre de son œuvre littéraire dont « Kaddish pour l'enfant qui ne naîtra pas » ( Actes Sud, 1995) ou « Être sans destin » (Actes Sud, 1998).

Atteint de la maladie de Parkinson, Imre Kertész est mort le 31 mars 2016 dans sa ville natale où il était revenu après avoir longtemps vécu à Berlin.

« L'ultime auberge » n'est pas vraiment un roman. C'est plutôt un ensemble de textes, de notes et de réflexions avec, en partie centrale une ébauche de ce que l'auteur estimait devoir être le couronnement de son œuvre puis, en fin de volume, une seconde ébauche. Les notes sont rassemblées sous deux intitulés : « Secrets dévoilés » et « Le jardin des trivialités ».

Tout au long de ses réflexions, l'auteur n'a de cesse de pourfendre l'antisémitisme et la haine d'Israël. Même s'il lui arrive de critiquer certains dirigeants israéliens, il est profondément attaché à l'existence de l'État juif. « J'ai toujours été gêné par le mensonge drapé de sensiblerie qui entourait Auschwitz. À présent que l'Europe prend ouvertement position pour la destruction d'Israël, pour l'extermination des Juifs et donc pour Auschwitz, les choses sont en quelque sorte plus claires ». Ou encore : « Je vois que la besogne inachevée d'Hitler sera accomplie avec l'aide des Européens : ils vont exterminer les Juifs, pas de pitié, pas de quartier ». « L'antisémitisme tenu en bride pendant de longues années remonte du bourbier de l'inconscient, comme une éruption de lave et de soufre ». « Je crains que l'atmosphère meurtrière de l'Europe ne finisse par balayer Israël »... »Quand Israël sera détruit, viendra le tour des autres Juifs ». Et d'ailleurs, imaginons que les Juifs et Israël disparaissent, le monde s'en trouverait-il en meilleur état ? « Pourquoi est-il impossible d'exterminer ce peuple ? Et si cela se fait un jour, qu'adviendra-t-il quand on aura constaté avec dépit que se débarrasser des Juifs n'aura apporté aucun soulagement ? ».

Le pessimisme de Kertész transparaît au fil du récit : « La vie est une erreur que même la mort ne répare pas. La vie, la mort : tout est erreur ». « La vie que je mène en ce moment est sinistre et repoussante ».

Dans son analyse, Kertész ne manque pas de fustiger l'extrémisme islamiste avec sa haine des Juifs et son terrorisme forcené. Et il avoue, in fine : « J'admets que mon destin soit lié, et même enchaîné, à celui d'Israël ».

Angoissant et émouvant.

Ce livre a obtenu le prix spécial du jury lors du 9ème Salon du Livre de la Licra le 22 mai 2016.

 

 

Jean-Pierre Allali

 

(*) Éditions Actes Sud. Janvier 2015. 320 pages. 22,80 euros.