Sophie Taïeb

Bloggueuse et rédactrice

Les chroniques culinaires - Et le meilleur couscous est…

22 Janvier 2021 | 256 vue(s)
Catégorie(s) :
Opinion

(Date du 15 septembre 2021)

Par un enchaînement de hasards, notre bloggueuse Sophie, plus habituée aux sujets de cyber-sécurité et de contre-terrorisme, s'est retrouvée les mains dans la pâte (à pizza). Et ça lui a donné quelques idées plutôt gourmandes... Elle les partage avec vous cet été à travers ces chroniques culinaires !

Discours de Marcel Dreyfuss,  Président d’honneur du Consistoire, représentant du Crif ARA - Dimanche 18/7/2021 au CHRD

Pages

Par un enchaînement de hasards, notre bloggueuse Sophie, plus habituée aux sujets de cyber-sécurité et de contre-terrorisme, s'est retrouvée les mains dans la pâte (à pizza). Et ça lui a donné quelques idées plutôt gourmandes... Elle les partage avec vous cet été à travers ces chroniques culinaires !

 

Vous connaissez peut-être la blague qui dit « quel est votre plat préféré et pourquoi le couscous ? ». Plat emblématique du repas de shabbat, le couscous est par ailleurs l’un des plats préférés des français. A chacun sa recette, à chacun ses secrets et surtout chacun son équipe (équipe raisins secs, équipe couscous au beurre, équipe couscous poisson…) ! Eternel sujet de querelle entre les gourmands d’Afrique du nord qui se disputent le titre de « meilleur couscous », ce plat a peut-être encore quelque chose à vous apprendre… suivez le guide !

Aux origines du monde… et du couscous

A l’origine, le couscous désigne la semoule à base de blé dur préparée à l’huile d’olive. Introduite par les berbères, cette semoule est utilisée depuis l’Antiquité. Par extension, le plat à base de semoule et agrémenté de bouillon légumes et viande s’appelle maintenant le couscous. Des couscoussiers ont été retrouvés dans des sépultures datant du IIIème siècle avant Jésus Christ, époque du roi berbère Massinissa de Numidie (nord de l’Algérie), un des berceaux de la culture du blé.

Le couscous : un symbole de fête, partage et solidarité

Servi pour les grandes occasions (mariage, naissance etc…), le couscous est aussi un plat qui se partage. Il n’existe pas de « petit couscous ». Avec tous les ingrédients qu’il contient, ce plat ne peut se déguster qu’à plusieurs, voire sur deux jours. Comme beaucoup de plats mijotés, le couscous du lendemain est souvent encore meilleur.

Le couscous, adoré des français

Ce plat a rapidement su conquérir le cœur et l’estomac des français. Si le couscous s’est généralisé dans l’hexagone au 19ème siècle, il apparaît néanmoins bien avant dans la littérature. François Rabelais (1483-1553) parlait de « coscosson » dans le récit de « Gargantua » et de « Pantagruel » tandis qu’Alexandre Dumas l’appelait « coussou coussou » dans son « Grand Dictionnaire de Cuisine ».

Quel est le meilleur couscous du monde (et pourquoi le tunisien) ?

Plus sérieusement, l’Algérie le Maroc et la Tunisie ont pour habitude de se concurrencer au titre de meilleur couscous du monde. Néanmoins, lors du très sérieux festival du couscous qui a lieu chaque année en Italie, le meilleur couscous a été élu en 2019… et il est sénégalais ! Marème Cissé et son fils Falilou Diouf ont remporté haut la main cette compétition !

Leur couscous au poulpe sur son lit de mangue a détrôné le couscous tunisien qui jusque-là conservait le titre.

Vous l’aurez compris, sucré, salé, à la viande, au poisson ou encore avec des mélanges plus qu’improbables, le couscous est avant tout une histoire de partage et convivialité. A vous de trouver votre recette préférée… et envoyez-nous vos plus belles photos !

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.