Marc Knobel

Historien. Directeur des Etudes au CRIF

Les vidéos de la mort, par Marc Knobel

21 Juillet 2016 | 2 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Francis Kalifat, the Crif President gave a speech at the annual Crif's dinner 2017. 

Né à Tunis en 1920, Albert Memmi, s’il a été considéré, à travers certains de ses romans, comme le chantre du judaïsme tunisien, demeure surtout, le théoricien du colonialisme

C’est l’histoire d’un mariage mixte raté. Un mariage entre une Juive et un Musulman, Julie et Sam. 

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Portrait de Stéphanie Dassa
Hommage à Claude Hampel
|
14 Novembre 2016
Catégorie : France

« Il y eut un soir et il y eut un matin » Genèse1 : 5

Comme chaque année, l'association ASI/Keren Or que je préside, distribue des lunettes de vue en Israël aux plus démunis. Cette année l'opération s'est déroulée dans la ville de LOD.

En 2005, le fait religieux envahissait peu à peu et dans la confrontation, les cours de récréation. L’agitation religieuse commençait à provoquer des dégâts dont nous payons le prix lourd aujourd’hui.

FOR JERUSALEM NO VOICE MUST MISS
FOR JERUSALEM NONE OF US CAN REMAIN SILENT

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Cette période de fêtes juives en France, rime aujourd'hui avec contrôles de sécurtié et détecteurs de métaux

Une stèle en mémoire des victimes de la Shoah qui n’ont pas de sépulture, "ni ici, ni ailleurs", a été inaugurée dans le cimetière parisien de Bagneux.
Une cérémonie solennelle - et sous haute sécurité - qui, à Bagneux, dix ans après la mort d’Ilan Halimi, séquestré et torturé dans la cité de la Pierre-Plate parce qu’il était juif, était d’autant plus symbolique.

Pages

Dans quel monde vivons-nous et de quelle inhumanité est faite le monde ?

Par Marc Knobel, Chercheur et Directeur des Etudes au Crif
 
Par hasard, cherchant une récente vidéo de revendication d’attentats, je suis tombé sur cette vidéo. Elle dure 47 secondes. 
 
Je choisis délibérément de vous raconter ce que, par ailleurs, je veux, je souhaite dénoncer. J’en ai parfaitement conscience. Mais, si je veux dénoncer ce que j’ai vu et qui me déplaît, je n’ai (je crois) aucun autre choix. Il faut que j’en parle, parce que je ne peux dénoncer que ce que j’ai vu, en explicitant ce que j’ai vu. 
 
Aurai-je dû choisir de me taire ?
 
Récit :
 
Des personnes se trouvent devant un podium. On entend de la musique, on voit la lumière des néons qui scintillent. Nous sommes à Nice, il fait beau, il fait chaud, c’est la fête. Car, rappelons-le, nous sommes un 14 juillet. Quelqu’un filme la scène. Je ne sais qui. Lorsque subitement, son attention semble être attirée au loin, par des bruits, probablement de moteur, peut-être des hurlements.
 
La personne se tourne.
 
La caméra se déplace.
 
Et, nous voyons d’un coup un énorme camion blanc surgir à une vitesse folle, se ruant de face, laminant de face, écrasant de face sur son passage des gens qui marchaient tranquillement le long de la promenade, qui se promenaient ou qui stationnaient là. 
 
De face, nous voyons les gens qui, en une fraction de seconde, hurlent à la mort. Les corps sont décomposés, étalés sur le sol et broyés. Et de partout, les hurlements, les hurlements, vous-dis-je et les gens qui fuient désespérément.
 
Cette vidéo est déposée sur YouTube.
 
Je n’ai plus de mot pour dire ce que je ressens. Je ne comprends pas que cette vidéo ait été déposée sur YouTube. 
 
Je n’ai que les yeux pour pleurer et cette sourde interrogation, remplie de colère : dans quel monde vivons-nous et de quelle inhumanité est fait le monde ?

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.