Marc Knobel : le sonneur d’alerte a eu le tort d’avoir raison trop tôt

17 Novembre 2015 | 1150 vue(s)
Catégorie(s) :
France

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

Le 4 février 2018, le Crif et les Amis du Crif ont organisé un voyage de mémoire dans les camps d’Auschwitz-Birkenau. Près de 200 personnes ont participé à cette journée exceptionnelle, qui a marqué les mémoires de chacun. Une délégation d’élus et de personnalités publiques m'a également accompagné. Nous avons aussi eu l'honneur d'être accompagnés par Ginette Kolinka, réscapée d'Auschwitz.

En fin de journée, nous avons tenu une courte cérémonie d'hommages ponctuée de plusieurs discours et de prières animées par le Rabbin Moché Lewin. En conclusion de cette intense journée, le Shofar a resonné au milieu du silence etourdissant de l'immense complexe de Birkenau.

Depuis quelques semaines, le texte épistolaire de Sholem Aleichem a investi la petite – mais non moins prestigieuse – scène du Théâtre de la Huchette, à Paris.

Hier, je me suis exprimé sur la récente vague d'antisémitisme qui secoue la France. J'ai demandé à l'ensemble de la communauté nationale de faire front contre la haine antisémite. J'ai également rappelé l'importance pour la justice française d'appliquer des peines suffisamment lourdes pour être dissuasives.

De ce 9 janvier 2015, nous voulons retenir une autre image, cette belle image. Celle de Lassana Bathily.

Pages

Il faut croire que certaines alertes ne veulent pas être entendues à temps

Par Jacques Tarnero le 17 Novembre 2015
 
Marc Knobel fait partie de ces sonneurs d’alerte qui ont tiré l’alarme en vain et qui ont vu juste depuis longtemps, depuis trop longtemps. Dans le bavardage des commentateurs qui sur tous les média prennent la pose d’experts impuissants, pas un commentaire sur ces travaux annonciateurs.

On découvre avec retard que le pire avait été repéré, annoncé. Dans « l’internet de la haine » (Berg 2012) Knobel pointait, décrivait, analysait déjà ce que tout le monde dénonce aujourd’hui avec retard : l’internet est la machine de diffusion de la propagande haineuse où se sont abreuvés les tueurs du Bataclan. En 2013, dans une rétrospective des faits antisémites (Berg  éditeur) Knobel listait tous ces évènements annonciateurs de la tragédie actuelle.

C’est bien pour avoir été indifférents à cette haine répétée que nos commentateurs patentés font mine de découvrir les sources de l’horreur présente. Dans « l’indifférence à la haine » (Paris, Berg International Editeurs, novembre 2015) Knobel récidive. Preuves à l’appui il décrit et analyse ce qui s’est passé en France au cours de l’année 2014.

Tout était déjà en germe dans les discours, les passages à l’acte, les textes diffusés sur le net. De l’été 2014 qui avait vu des scènes de pogroms avortés rue de la Roquette, à janvier 2015, avec les tueries de Charlie et de l’hyper casher, tous les prémisses de ce vendredi 13 novembre étaient repérables. Pourquoi n’ont ils pas été pris en compte à temps ? Il semblerait qu’en France il ne faut pas avoir raison trop tôt et c’est bien connu les annonciateurs de mauvaises nouvelles ont toujours tort. 
 
Cet aveuglement nous revient en pleine figure et c’est dans le sang qu’on en paie le prix. Voilà des années que Pierre André Taguieff a analysé et mis à jour ces prêcheurs de haine. Qui voulait en prendre connaissance ?
Cette « indifférence à la haine » devient complaisance quand des commentateurs psychologisent les gestes des assassins, d’abord victimes de leur relégation sociale, supposés vengeurs de la mémoire de leurs pères humiliés et offensés par le colonialisme.

Ce dispositif a conforté tous ceux qui de Khaled Kelkal, à Mohamed Merah ou aux frères Kouachi, se sont sentis légitimés, vengeurs par procuration, de ces autres supposés humiliés et offensés de Palestine. Cet ensemble de faits dont les dimensions sont autant culturelles que psychiatriques a nourri les gestes des tueurs. L’enrobage idéologique du djihadisme donne une cohérence intellectuelle, bien plus elle offre une métaphysique à faible coût. Quelle soit délirante ne change rien à l’affaire. 
 
Le talent de Marc Knobel est d’avoir mis cette mécanique en perspective. Ce chemin est marqué par une progression de faits qui conduisaient avec une logique terrifiante à ce qui s’est produit ce vendredi 13 novembre 2015.
Qui pourra dire que cet historien, chercheur au Crif, a eu tort d’avoir eu raison trop tôt ?

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.