Marc Knobel

Historien. Directeur des Etudes au CRIF

"Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre"

09 Septembre 2016 | 380 vue(s)
Catégorie(s) :
Antisémitisme

Discours prononcé lors de la Plénière de clôture.

"Les juges d’instruction viennent enfin de rendre leur décision dans le meurtre barbare de Sarah Halimi, dans une ordonnance rendue le 12 juillet dernier. Elles estiment qu’il existe des "raisons plausibles" de penser que le discernement du suspect était "aboli" au moment des faits. Si elle est sans surprise, cette décision reste difficilement justifiable."

Ma réaction après l'annonce du report du vote de l'Assemblée nationale pour l'adoption de la définition de l'antisémitisme de l'IHRA. L'Assemblée nationale a également annoncé qu'avant d'être examinée, la proposition de résolution serait réécrite.

Dans cette éditorial, je m'exprime sur la décision du parquet de Paris de s'opposer à l'incarcération d'Alain Soral. Une décision que je juge inacceptable.

Le 34ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 20 février 2019

Pages

Dans la newsletter du CRIF du 5 septembre 2016, nous reproduisions une information  faisant état de la publication d’un rapport, publié le 1er septembre 2016 et préparé par l'Association Voices for Human Rights et l'Institut Touro (Touro Institute on Human Rights and the Holocaust).

Par Marc Knobel, Directeur des Etudes au CRIF
 
Dans la newsletter du CRIF du 5 septembre 2016, nous reproduisions une information  faisant état de la publication d’un rapport, publié le 1er septembre 2016 et préparé par l'Association Voices for Human Rights et l'Institut Touro (Touro Institute on Human Rights and the Holocaust).
 
De quoi s’agit-il ?
 
Le document complet, intitulé "Les Organisations Non-Gouvernementales aux Nations Unies : incitation à la Haine, à l'Antisémitisme et à la Violence sur la Scène Mondiale", présente une liste détaillée des groupes accrédités par l'ONU, exprimant ouvertement la haine envers les juifs et se livrant à des activités virulemment anti-israéliennes, dont des appels à la violence palestinienne et sa justification. 
 
Les auteurs du rapport, Anne Bayefsky, directrice de l'Institut Touro des Droits de l'Homme et de l'Holocauste et présidente de l'Association des Voix pour les Droits de l'Homme, et Sarah Willig, chercheuse associée dans l'Association Voix pour les Droits de l'Homme, présentent des dizaines d'exemples actuels horrifiants de fausses accusations et d'hostilité par des associations à buts non lucratifs reconnues par l'ONU.  Tous les exemples dans le rapport comprenant 78 pages étaient accessibles en 2016 sur le web.
 
De quoi alerter le CRIF. 
 
Rappelez-vous : la Conférence mondiale contre le racisme à Durban, en 2001 et plus particulièrement le Forum des ONG, avait été ombragée par de graves altercations autour du conflit au Proche-Orient et au sujet de la reconnaissance de dette envers l’esclavage et le colonialisme. La Déclaration des ONG, adoptée par les quelques organisations encore présentes, contenait des tirades haineuses à l’encontre d’Israël et des Juifs.
 
En son temps, Winston Churchill disait avec justesse qu’un « un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre. » 
Autant le dire, nous ne laisserons pas faire et nous dénoncerons les nouvelles ONG qui déversent haine et violences antisémites, dans les instances internationales. 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.