Marc Knobel

Historien. Directeur des Etudes au CRIF

"Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre"

09 Septembre 2016 | 548 vue(s)
Catégorie(s) :
Antisémitisme

Retour sur les événements qui sont intervenus en juillet 2014 et les manifestations propalestiniennes qui ont dégénéré.

L'antisémitisme est comme une bête particulièrement enragée et puante. Il rôde, nous ne le savons que trop bien...

L'antisémitisme : les causes d'un Mal qui s'aggrave.

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

"Dites-moi que ce furent des cauchemars, que le monde s'améliore de jour en jour, que des flammes de lumière jaillissent en chaque point du globe."

Article paru dans le HuffinghtonPost.fr

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

Dans la newsletter du CRIF du 5 septembre 2016, nous reproduisions une information  faisant état de la publication d’un rapport, publié le 1er septembre 2016 et préparé par l'Association Voices for Human Rights et l'Institut Touro (Touro Institute on Human Rights and the Holocaust).

Par Marc Knobel, Directeur des Etudes au CRIF
 
Dans la newsletter du CRIF du 5 septembre 2016, nous reproduisions une information  faisant état de la publication d’un rapport, publié le 1er septembre 2016 et préparé par l'Association Voices for Human Rights et l'Institut Touro (Touro Institute on Human Rights and the Holocaust).
 
De quoi s’agit-il ?
 
Le document complet, intitulé "Les Organisations Non-Gouvernementales aux Nations Unies : incitation à la Haine, à l'Antisémitisme et à la Violence sur la Scène Mondiale", présente une liste détaillée des groupes accrédités par l'ONU, exprimant ouvertement la haine envers les juifs et se livrant à des activités virulemment anti-israéliennes, dont des appels à la violence palestinienne et sa justification. 
 
Les auteurs du rapport, Anne Bayefsky, directrice de l'Institut Touro des Droits de l'Homme et de l'Holocauste et présidente de l'Association des Voix pour les Droits de l'Homme, et Sarah Willig, chercheuse associée dans l'Association Voix pour les Droits de l'Homme, présentent des dizaines d'exemples actuels horrifiants de fausses accusations et d'hostilité par des associations à buts non lucratifs reconnues par l'ONU.  Tous les exemples dans le rapport comprenant 78 pages étaient accessibles en 2016 sur le web.
 
De quoi alerter le CRIF. 
 
Rappelez-vous : la Conférence mondiale contre le racisme à Durban, en 2001 et plus particulièrement le Forum des ONG, avait été ombragée par de graves altercations autour du conflit au Proche-Orient et au sujet de la reconnaissance de dette envers l’esclavage et le colonialisme. La Déclaration des ONG, adoptée par les quelques organisations encore présentes, contenait des tirades haineuses à l’encontre d’Israël et des Juifs.
 
En son temps, Winston Churchill disait avec justesse qu’un « un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre. » 
Autant le dire, nous ne laisserons pas faire et nous dénoncerons les nouvelles ONG qui déversent haine et violences antisémites, dans les instances internationales.