Marc Knobel

Historien. Directeur des Etudes au CRIF

Une constance dans la haine anti-israélienne : le Venezuela

12 Mai 2016 | 29 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Dimanche 13 janvier 2019, le Crif a organisé un voyage de mémoire à Auschwitz-Birkenau. Ensemble, au cours de cette journée, nous avons honoré le devoir de mémoire qui nous incombe et sommes devenus les témoins des témoins.

L'historien Laurent Joly publie un nouvel éclairage sur la collaboration de la France occupée à la déportation des juifs. Une œuvre magistrale.

Le Crif souhaite un prompt rétablissement à Jean-Pierre Allali suite à son récent accident et espère le retrouver très vite en pleine forme.

Pages

Antisémitisme

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

Hier, je me suis exprimé sur la récente vague d'antisémitisme qui secoue la France. J'ai demandé à l'ensemble de la communauté nationale de faire front contre la haine antisémite. J'ai également rappelé l'importance pour la justice française d'appliquer des peines suffisamment lourdes pour être dissuasives.

Il est des livres, comme une sève puissante, comme un volcan en éruption, comme le monde à portée de la main, comme la vie, qui remue de l’intérieur, qui secoue de l’intérieur et qui donne majestueusement à donner. Il est des livres que l'on veut lire et que l'on doit lire absolument.

 

Par Marc Lévy, avocat de la LICRA dans le procès de Reynald Leykens et délégué du Crif en Israel

Roger Pinto, sa femme et son fils ont été séquestrés, violentés et détroussés dans la nuit du jeudi 7 au vendredi 8 septembre à leur domicile de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), "une agression antisémite" condamnée dimanche par le CRIF et le ministre de l'Intérieur. Une première ?

"The strength of a Nation always lies in the the way it looks at its History and and its ability to teach it to future generations".

 

"La force d’une Nation réside toujours dans le regard qu’elle sait porter sur son histoire et sa capacité à l’enseigner aux générations suivantes."

 

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Sarah Halimi, une retraitée a été battue à mort à Paris, le 4 avril 2017 et son calvaire a duré plus d'une heure. Et, il s'agit bien d'un meurtre antisémite.

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

« Séparation du Crif et de l’Etat » : voici la dernière nouveauté de la « cause palestinienne ». Amalgamant à tout va Israël, sa politique, les juifs, et les institutions françaises, ces pantins ont appelé à un rassemblement samedi dernier, avec des slogans antisémites et anti républicains.

Malgré la mobilisation de personnalités politiques (Nathalie Kosciuzko-Morizet, Claude Goasguen et Anne Hidalgo), associatives (le Président du Crif Francis Kalifat a notamment écrit au Préfet et au Premier Ministre), et de nombreux internautes, la Préfecture de Paris a décidé d’autoriser ce rassemblement, sous haute protection policière.

Nous nous sommes rendus sur place.

 

 
"La culture est ce qui a fait de l'homme autre chose qu'un accident de l'univers", déclarait André Malraux. C'est pour toutes ses vertus que la culture est grande et qu'elle reste et doit rester un rempart contre l'obscurantisme, le racisme, l'antisémitisme et l'homophobie. De chaque création artistique doit jaillir une lumière. C'est à cela que doit aspirer chacun de ceux qui ont le bonheur de pouvoir créer ou d'interpréter une oeuvre. 

 

Pages

Israël

Par Chloé Blum

Par Chloé Blum

Dans la Vieille Ville de Jérusalem, dissimulé au milieu des pierres millénaires, se cache un trésor tout israélien : une exposition en réalité augmentée pour retourner dans le passé et découvrir le second Temple comme on ne l'a jamais vu. Ajustez vos masques, embarquement immédiat !

Il y a 70 ans, le 29 novembre 1947, était voté par l’ONU à New York, le plan de partage de la Palestine mandataire. Cette résolution numéro 181 prévoyait la création de trois entités : un État juif, un État arabe et Jérusalem placé sous contrôle international.

Pages

 
Lors d’une allocution devant le Conseil de sécurité, Rafael Ramirez, représentant du Venezuela auprès des Nations-Unies, a lancé… « Qu’est-ce qu’Israël a l’intention de faire avec les Palestiniens ? Vont-ils disparaître ? Est-ce qu’Israël cherche à imposer une Solution finale sur les Palestiniens ? » 
 

Décryptage.

 

Quelques jours plus tard, l’ambassadeur a appelé son collègue israélien pour présenter des excuses[1]. Des excuses présentées, certes. Mais des excuses qui n’enlèvent en rien la gravité d’un tel propos, particulièrement méprisant, injurieux et scandaleux. Mais, de quoi s’agit-il en vérité ? Tout simplement d’une constante de la géopolitique vénézuélienne : la détestation et l’exécration d’Israël.

Une constante dans la haine

En 2006, le président Hugo Chavez avait annoncé avoir rappelé l’ambassadeur du Venezuela en Israël en raison de l’offensive de l’Etat hébreu au Liban, qu’il avait alors qualifié de « génocide ». « Cela provoque vraiment l’indignation de voir comment l’Etat d’Israël continue de bombarder, de tuer (…) avec toute la puissance qu’ils détiennent, avec le soutien des Etats-Unis », avait-t-il déclaré lors d’une allocution télévisée à l’issue d’une parade militaire dans l’Etat de Falcon, dans le nord-ouest du Venezuela, qualifiant par là-même les attaques israéliennes de « génocide ». Il faut rappeler ici que l’ex démagogue autoritaire vénézuélien avait déjà critiqué l’offensive israélienne contre le Hezbollah à plusieurs reprises, appelant les Nations-unies à agir pour mettre un terme aux violences. 

En visite en Iran, le 30 juillet 2006, Hugo Chávez, qualifié de « frère » par le président iranien avait déclaré que les opérations militaires israéliennes en cours au Liban sont comparables aux « actes d'Hitler », en évoquant le « fascisme israélien[2]». Il avait estimé également que l'Iran aurait le droit de disposer de l'énergie atomique civile, prenant ainsi parti en sa faveur dans les négociations qui opposent ce pays aux puissances occidentales.

Plus tard, le chef de file de la gauche radicale en Amérique latine, avait fustigé l'offensive terrestre israélienne à Gaza (2009), qualifiant l'Etat hébreu d'«assassin» et quelques heures après la Bolivie, le gouvernement du Venezuela avait rompu ses relations diplomatiques avec Israël. « Maudit sois-tu, Etat d'Israël », avait ensuite lancé le président vénézuélien en juin 2010, au cours d'une cérémonie publique où il avait une nouvelle fois condamné l'assaut israélien contre un bateau turc d'une flottille internationale en route pour Gaza. « Maudit sois-tu, Etat d'Israël! Maudit sois-tu, terroriste et assassin! Vive le peuple palestinien », avait-il lancé.

L’Iran et le Venezuela

Hugo Chavez est un « martyr » « pour avoir servi son peuple et protégé les valeurs humaines et révolutionnaires. » L’hommage est… de l’ancien président iranien Mahmoud Ahmadinejad qui avait salué en octobre 2012 la réélection à la tête du Venezuela de son « frère ». 

Dès son arrivée au pouvoir, Hugo Chávez[3]-[4] a recherché des partenaires au sein de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) pour négocier un prix du baril le plus élevé possible », explique au Point (7 mars 2013), Jean-Jacques Kourliandsky, spécialiste de l'Amérique latine à l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). « À ce titre, le rapprochement avec l'Iran correspondait à une convergence d'intérêts communs. » Les deux chefs d'État étaient d’ailleurs faits pour s'entendre. Et comme son homologue iranien, Hugo Chávez s'est fait connaître par ses diatribes enflammées prononcées à l'Assemblée générale de l'ONU. En septembre 2006, le Comandante n'a pas hésité à qualifier le président américain de l'époque, George W. Bush, de « diable », de « menteur » et de « tyran[5] ». Justement, le 13 septembre 2006, Chavez exprime publiquement ses doutes portant sur la version des attentats du 11 septembre en s'interrogeant sur un possible dynamitage des tours jumelles et l'usage d'un missile pour frapper le Pentagone : « Un avion serait tombé sur le Pentagone. Mensonge ! À moins que ce soit un avion invisible ! [[6]]. Sa déclaration est concomitante d'une résolution du Parlement vénézuélien demandant au président Bush des éclaircissements sur sa version des attentats.

C’est ainsi que « Hugo Chávez a mis en scène avec l'Iran la construction d'un axe anti-impérialiste sur le modèle… tous ceux qui sont contre les États-Unis sont nos amis », rappelle au Point Olivier Compagnon, maître de conférences en histoire à l'Institut des hautes études de l'Amérique latine. « Cette posture l'a mis dans une position pour le moins contradictoire, note toutefois le chercheur. Lui qui promouvait la démocratie dans son pays a soutenu jusqu'à la dernière heure Mouammar Kadhafi, ou encore Bachar el-Assad. »

La Libye et l'Iran sont certes des pays marginalisés par la communauté internationale auxquels il a apporté son soutien encore une fois au nom de la lutte anti-impérialiste, mais ce sont aussi des partenaires importants pour le Venezuela au sein de l’OPEP, l’Organisation des pays producteurs de pétrole, rappelle Fabrice Andreani, doctorant à Sciences-Po.[7] Par contre, pour la Syrie, Chavez a poussé la logique de l’alliance « anti-impérialiste » à l'extrême, car il n’avait pas d’intérêt direct à soutenir Bachar al-Assad. Enfin, l’un des traits les plus saillants de la politique étrangère d’Hugo Chavez a été son obsession du complot et de l'ennemi américain et de son allié, Israël.

Antisémitisme ?

2009 : émergence d’une vague d’antisémitisme qui s’était traduite par un boycott des magasins juifs et surtout par la profanation de la synagogue de Caracas dont l’Arche Sainte et les livres de prières ont été détériorés et dont les murs ont été souillés de slogans antisémites. [8] En 2009, par exemple, le gouvernement offre une protection policière à la synagogue de Caracas, après l’agression dont elle est victime. Mais les Juifs du Venezuela se sentent surveillés. Suspicion confirmée : le SEBIN, service des renseignements du Venezuela, espionne bel et bien la communauté juive. Des révélations rendues publiques par la chaîne argentine « Analises 24 » avec force rapports du service de renseignement, photos et vidéos[9]. Au même moment, L’opus antisémite, Les protocole des sages de Sion, est vivement recommandé sur les ondes radiophoniques comme étant une lecture éclairante.

Lors de la campagne électorale du 7 octobre 2012, les dérapages de Chavez se sont multipliés.[10] Une situation inquiétante qui avait fait dire au Grand Rabbin du pays : « Nous ne pouvons que survivre dans un pays allié et ami de l’Iran. D’autant plus que l’antisémitisme et l’antijudaïsme est en développement constant. Le nombre de juifs envoyés à l’hôpital ne cesse d’augmenter. D’autant plus que la plupart des vénézuéliens ne font pas la différence entre judaïsme est Israël[11]…  »

Au final, 16 ans d’une politique délétère ont contraint plus de la moitié des Juifs du Venezuela à l’exil.
 

 


[1] I24 news, 10 mai 2016

[2] « Chávez et Ahmadinejad, unis contre les États-Unis »Libération31 juillet 2006

[3] Hugo Chavez a inventé le « bolivarisme » mélange de nationalisme militaire et de communisme militant. Il a été à la tête de son pays pendant quatorze ans (1998-2013)

[4] «Chavez est un mélange contradictoire paradoxal de gauchisme et de militarisme. Il a un appétit exagéré pour le pouvoir. Une de ses principales motivations est de rester sans limites au pouvoir», estime l'historienne Margarita Lopez Maya, ex-alliée passée dans l'opposition (Bien public, 06 mars 2013). 

[5] Le Point, 7 mars 2013.

[6] Paulo A. Paranagua, « Quinze jours dans la vie d'Hugo Chávez », Le Monde, 23 septembre 2007.

[7] « Chavez ou l'anti-impérialisme bien compris », L’obs, 7 mars 2013. 

[8] Jacques Benillouche, « La faillite de Maduro », Temps et Contretemps, http://benillouche.blogspot.fr/2015/11/la-faillite-du-venezuela-de-maduro.html

[9] Ouriel Helman, « L’après Chavez pour les Juifs du Venezuela », The Jerusalem post, 3 décembre 2013. 

[11] Cité par jss.over-blog.com

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.