Actualités
|
Publié le 11 Octobre 2021

Actu - Hommage à Henri Joinovici, enfant caché pendant la guerre

La ville de Château-du-Loir commémore aujourd'hui les 79 ans de la rafle du 12 octobre 1942 sans Henri Joinovici, qui en était l’unique rescapé. Henri Joinovici est décédé le 2 septembre dernier à Paris, à l'âge de 85 ans. Enfant caché à l'âge de 6 ans, pour Henri, cet hommage annuel était un moment fort et un devoir de mémoire important. Nos pensées vont vers sa famille et ses proches.

Aujourd'hui, la cérémonie hommage annuelle de la rafle du 12 octobre 1942, à Château-du-Loir a eu lieu sans Henri Joinovici, seul rescapé de la Rafle. Enfant caché, membre de l’association des Fils et filles de déportés juifs de France, un hommage particulier lui a été rendu.

 

Henri Joinovici est né en 1936 à Paris. Il est le fils cadet de Marc et Brajna Joinovici. Il a une soeur, Anna et un frère, Albert.

En 1941, les arrestations conduisent la famille Joinovici à fuir la capitale. Brajna et ses enfants quittent Paris pour se réfugier à Château-du-Loir où vit déjà sa soeur. Leur frère et sa famille viendront également s'y cacher. Tous logent au 105 rue du Val-de-Loir à Château-du-Loir.

Marc Joinovici, son père, reste quant à lui au Pré-Saint-Gervais afin de continuer à exercer sa profession de tailleur. Il est arrêté le 16 juillet 1942, lors de la rafle du Vel d'Hiv, et déporté à Auschwitz le 28 septembre 1942 par le convoi n° 38. Il ne reviendra pas.

Dans la nuit du 12 octobre 1942, une rafle est organisée par les autorités allemandes assistées par les gendarmes français. Brajna, Anna et Albert Joinovici, les oncles, les tantes, les cousins d’Henri... Tous sont arrêtés. À l'exception d'Henri.

Car cette même nuit, ayant un mauvais pressentiment, Brajna avait envoyé son fils Henri se réfugier chez Édouard et Louise CartierLa famille Cartier accueillait alors trois adolescents juifs ainsi que le couple Price et leur enfant.

Henri Joinovici a 6 ans.

Après quelques semaines chez les Cartier, Henri Joinovici est hébergé par Jeanne et René Nabineau*, le frère de Louise Cartier, qui habitent à Tours. Il y restera jusqu’à la fin de la guerre.

Les 14 Juifs raflés à Château-du-Loir le 12 octobre 1942 sont emmenés le jour même au camp de Mulsanne. Puis ils sont envoyés au camp de Drancy, avant d'être déportés au camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau par le convoi n°42 du 6 novembre 1942. Ils sont assassinés le 11 novembre 1942, dès leur arrivée.

Henri est recueilli après la guerre par une tante. 

 

* En 2005, à l’origine de la procédure, Henri Joinovici obtient de l’institut Yad Vashem que les Nabineau soient reconnus "Justes parmi les Nations".

 

À lire aussi : 

Source (AJPN) : Henri Joinovici

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.