Actualités
|
Publié le 22 Mars 2021

Actualités des régions - Colloque du Crif Auvergne Rhône-Alpes : Rencontre avec les derniers témoins de la Shoah dans notre région

Le Crif Auvergne Rhône-Alpes, avec le soutien du LARHRA (Université Lyon 2-3), a organisé le dimanche 14 mars 2021 un colloque (en visioconférence) sur le thème "Rencontre avec les derniers témoins de la Shoah en région Auvergne Rhône-Alpes. Que se passera-t-il quand leurs voix s’éteindront ?".

« Rencontre avec les derniers témoins de la Shoah en région Auvergne Rhône Alpes. Que se passera-t-il quand leurs voix s’éteindront ? »

Après la présentation générale du colloque dans le contexte du Crif Auvergne Rhône-Alpes, de ses missions, particulièrement dans la configuration politique et sociétale du moment par la Présidente Nicole Bornstein, Sylvie Altar historienne, enseignante, et secrétaire générale du Crif Auvergne Rhône-Alpes a exposé le déroulé du colloque et rappelé ses enjeux dans un moment charnière, crucial pour la transmission de la mémoire.

Le colloque est introduit par un hommage rendu à deux figures incontournables de la région Benjamin Orenstein et Pierre Lévy récemment disparus, tous deux témoins des souffrances de la dernière guerre, et dédié par Nicole Bornstein à Serge Hajdenberg, son ami, qui a eu dans les années 60 un parcours familial et militant à Lyon, infatigable militant sur tous les fronts depuis plus de 50 ans auprès de la communauté juive et d’Israël.

En ce dimanche après-midi, ce sont trois tables rondes riches et denses qui se sont succédées.

Animés par les historiennes Annette Wieviorka et Kathy Hazan, ces trois temps forts ont abordé successivement la transmission directe dans l’apprentissage de l’Histoire, puis la manière dont il faut déjà envisager de palier la disparition des témoins directs et enfin le legs trans-générationnel de cette histoire traumatique. Pour Annette Wieviorka, il est évidemment nécessaire de  combiner pédagogie, pérennité, archives et commémorations.

La parole a été donnée à Claude Bloch, dernier survivant de la Shoah dans la région, mais également à des « enfants cachés », à des enfants de déportés qui ont raconté leurs parcours familiaux, le choc et le désarroi vécus par leurs parents mais aussi l’espérance et la reconnaissance à des Justes parmi les Nations.

Cette réflexion sur la place du témoignage aujourd’hui a été approfondie par des directeurs ou responsables de centres ou lieux de mémoire (Mémorial de la Shoah, Camp du Struthof, Prison-Mémorial de Montluc, CHRD de Lyon, Maison d’Izieu, Le Chambon-sur-Lignon). Chaque intervention, chaque prise de parole a retenu l’attention, créé l’émotion, apporté l’information, induit la réflexion ou le questionnement chez les très nombreuses personnes connectées (plus d’une centaine), et ce, malgré un dimanche, malgré la longueur du colloque et malgré la proximité des fêtes de Pessah.

Pour Jacques Fredj, Directeur du Mémorial de la Shoah, il faut intensifier le recueil des témoignages, en particulier des objets, car la transmission c'est : « la Grande histoire à travers l'histoire individuelle » et cite l'exemple émouvant de la vie au quotidien racontée par Hélène Behr dans ses lettres à son ami.

Michel Noir, ancien Maire de Lyon, ancien Ministre, membre du conseil d'administration du Mémorial des enfants d'Izieu, insiste sur l’importance de « l'appropriation de l’expérience vécue et de l'émotion » et de l'utilisation des nouvelles technologies pour répondre à l' enjeu de la mémorisation.

Le Procureur honoraire Jean-Olivier Viout, Président de l'association pour l'édification d'un Mémorial de la Shoah à Lyon, nous a délivré son message quant à l'importance de l'aboutissement de ce projet dans la région afin que l'oubli n'engloutisse pas la mémoire de tous ceux morts pour la simple raison qu'ils étaient nés juifs.

Une phrase prononcée par l’historienne Frédérique Neau-Dufour peut ainsi résumer cet après-midi d’échanges et de prises de paroles : « Pour transmettre, il faut qu’il y ait quelque chose à donner, quelqu’un qui transmet ce message et surtout quelqu’un qui puisse le recevoir ».

Avant la conclusion-synthèse du colloque effectuée par le directeur du Mémorial de la Shoah, Jacques Fredj et Annette Wieviorka, beaucoup de participants ont exprimé le souhait d’apporter leur propre témoignage ou celui de leur entourage. Cela pourra faire l’objet d’une suite à ce colloque, probablement sous la forme d’un ouvrage publié prochainement.

 

Crif Auvergne Rhône-Alpes

 

Le Crif vous propose aussi : 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.