Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - 13-Novembre : Un procès très attendu par les victimes

13 Septembre 2021 | 4 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Lors de la cérémonie nationale d'hommage commémorant le Vel d'Hiv, le Président du Crif s'est dit "choqué et révolté par les images indécentes des récalcitrant à la vaccination arborant l’étoile jaune et faisant des raccourcis honteux. C’est un outrage à la mémoire des victimes de la Shoah".

Discours de Marcel Dreyfuss,  Président d’honneur du Consistoire, représentant du Crif ARA - Dimanche 18/7/2021 au CHRD

Discours prononcé à la cérémonie du 18 juillet par M. Albert Massiah, Président du Crif Bordeaux-Aquitaine, lors de la « Journée nationale à la mémoire des crimes racistes et antisémites commis par l’État français de Vichy et en hommage aux Justes de France. »

Pages

Actualité

Lors de la cérémonie nationale d'hommage commémorant le Vel d'Hiv, le Président du Crif s'est dit "choqué et révolté par les images indécentes des récalcitrant à la vaccination arborant l’étoile jaune et faisant des raccourcis honteux. C’est un outrage à la mémoire des victimes de la Shoah".

Discours de Marcel Dreyfuss,  Président d’honneur du Consistoire, représentant du Crif ARA - Dimanche 18/7/2021 au CHRD

Discours prononcé à la cérémonie du 18 juillet par M. Albert Massiah, Président du Crif Bordeaux-Aquitaine, lors de la « Journée nationale à la mémoire des crimes racistes et antisémites commis par l’État français de Vichy et en hommage aux Justes de France. »

Pages

Opinion

Par un enchaînement de hasards, notre bloggueuse Sophie, plus habituée aux sujets de cyber-sécurité et de contre-terrorisme, s'est retrouvée les mains dans la pâte (à pizza). Et ça lui a donné quelques idées plutôt gourmandes... Elle les partage avec vous cet été à travers ces chroniques culinaires !

Discours de Marcel Dreyfuss,  Président d’honneur du Consistoire, représentant du Crif ARA - Dimanche 18/7/2021 au CHRD

Discours prononcé à la cérémonie du 18 juillet par M. Albert Massiah, Président du Crif Bordeaux-Aquitaine, lors de la « Journée nationale à la mémoire des crimes racistes et antisémites commis par l’État français de Vichy et en hommage aux Justes de France. »

Pages

Il y a quelques jours, s’est ouvert le procès des attentats du 13 novembre 2015. Un procès très attendu par les victimes qui espèrent pouvoir cicatriser d’une blessure qui malheureusement ne pourra jamais se refermer.

Ils aspirent à avoir des réponses aux multiples questions qui les hantent depuis ce 13 novembre cauchemardesque.

Ils veulent comprendre !

Cette attente est plus que légitime mais elle se heurte à une idéologie qui a pénétré les cerveaux des terroristes qui n’affichent jamais ni le moindre regret, ni le moindre remord.

À chaque fois, les victimes scrutent les visages des assassins et de leurs complices, espérant croiser un signe d’humanité. Force est de constater qu’à ce jour aucun de ces criminels n’a exprimé la moindre compassion.

Bien au contraire, lors de chaque procès, la salle d’audience se transforme en tribune donnant l’occasion aux terroristes de confirmer leur détestation de notre mode de vie et de nos valeurs.

Face à la presse et aux caméras de télévisions, les islamistes rejettent nos lois et envoient un message à tous ceux qui n’attendent parfois qu’un signe pour passer à l’acte.

Ce procès en cours nous a confirmé cette mise en scène. Le principal accusé, muet depuis cinq ans, dont je refuse de prononcer le nom et dont je regrette l’affichage de la photo sur tous nos médias, a profité de cette occasion unique pour exprimer sa haine, réaffirmer son allégeance à l’islamisme et se placer en victime. À chaque prise de parole de ce monstre, il est essentiel de comprendre à qui sont adressés ses mots !

Il ne parle pas aux victimes ou à leurs familles, il ne répond pas aux juges, il se place en leader islamiste haranguant les foules.

Ce constat, à chaque fois confirmé lors de chaque procès, me laisse penser que notre justice se doit d’empêcher ce dangereux spectacle.

Comme le dit Frank Tapiro, il faut les condamner à « la peine de mort médiatique ».

Les isoler, les réduire à un numéro d’écrou, les empêcher de communiquer et les faire sortir de la lumière. Cette disparition, cette élimination serait la plus grande des condamnations pour ceux qui n’aspirent qu’à devenir des Shahid, des exemples et des héros.

En cette veille de Kippour, je vous souhaite à tous d’être inscrits dans le Livre de la Vie et surtout de ne jamais croiser le chemin d’un de ces monstres.

 

Gil Taïeb

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.