Blog du Crif - Affaire Sarah Halimi: un affront républicain

21 Avril 2021 | 219 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Découvrez mon discours prononcé lors de la plénière de clôture de la 11ème Convention nationale du Crif, le 14 novembre 2021, en présence du Premier ministre Jean Castex.

Pages

Actualité

À l’heure de la réconciliation Jérusalem-Ankara, retour sur l’histoire des Juifs de Turquie.

Patricia Sitruk est membre du Comité directeur du Crif

Pages

Antisémitisme

Le 30 novembre, l’État d’Israël et les communautés juives du monde entier commémorent la Journée dédiée au souvenir de l'expulsion des Juifs des pays arabes et de l’Iran. A cette occasion, nous vous proposons la lecture de ce texte de Jean-Pierre Allali, vice-président de la JJAC (Justice for Jews from Arab Countries).

Par Nicolas Bedos

Il y a 80 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. À cette occasion, découvrez 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, et issus de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (édition Buchet Chastel - 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale.

Il y a 80 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. À cette occasion, découvrez 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, et issus de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (édition Buchet Chastel - 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale.

 

Il y a 80 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. À cette occasion, découvrez 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, et issus de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (édition Buchet Chastel - 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale.

Pages

Opinion

Pages

Judaïsme En Mouvement rejoint tous les citoyens français qui vont manifester dimanche 25 avril à 14h au Trocadéro et réclame que la future loi s’appelle Loi Sarah Halimi.

La justice a donc tranché. Il n'y aura pas de procès de l'assassin de Sarah Halimi. Sous l'emprise de la drogue, il a été jugé que de son antisémitisme il n'était pas responsable. Absence de discernement qui l'exonère de son crime. Pourtant, sous l'emprise de stupéfiants, l'auteur d'un accident de la route, ou celui qui défenestre un chien, voit sa peine aggravée, mais s'il commet des actes antisémites, sa peine se trouve annulée. Cherchez l'erreur...

Voilà qui s'appelle mettre le doigt dans un engrenage qui conduira un jour à exonérer tous les auteurs d'actes antisémites. Car, l'antisémitisme suppose précisément toujours une absence de discernement, il implique de diaboliser le juif, de croupir dans des fantasmes qui n'ont aucun rapport avec le réel avant de passer à l'acte. Si l'on a un peu de discernement, si l'on sait apprécier les choses pour ce qu'elles sont, au contraire, on ne succombe pas à l'antisémitisme. C'est l'absence de discernement qui fait l'antisémite.

Les arguties juridiques ne peuvent masquer cette vérité.

Il n'y a dès lors qu'une façon de laver, un peu, cet affront républicain. Qu'une nouvelle loi ne permette plus aux auteurs d'actes antisémites d'exciper de leur irresponsabilité.

Et que cette loi se nomme Loi Sarah Halimi.

Ce ne sera que justice.

Jean-François Bensahel et Gad Weil, Co-présidents de Judaïsme En Mouvement