Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - Bernard Tapie nous a quittés

04 Octobre 2021 | 40 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Il y a 78 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. Cette semaine, à cette occasion, nous vous proposons 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, dans le cadre de la publication  de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (à paraître édition Buchet Chastel en octobre 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale. 

Il y a 78 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. Cette semaine, à cette occasion, nous vous proposons 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, dans le cadre de la publication  de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (à paraître édition Buchet Chastel en octobre 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale. 

Il y a 78 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. A cette occasion, découvrez 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, dans le cadre de la publication  de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (à paraître édition Buchet Chastel en octobre 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale. 

Pages

Actualité

Par un enchaînement de hasards, notre bloggueuse Sophie, plus habituée aux sujets de cyber-sécurité et de contre-terrorisme, s'est retrouvée les mains dans la pâte (à pizza). Et ça lui a donné quelques idées plutôt gourmandes... Elle les partage avec vous à travers ces chroniques culinaires !

Bienvenue sur le blog La Chronique (pas tès casher) de Raphaëla ! Sur ce blog, Raphaëla vous propose ses billets d'humeur sur tout ce qui l'entoure, l'émeut, la touche, la fait rire et la révolte. Et elle a des choses à vous dire...

Pages

Opinion

Pages

Comme chaque semaine, l’actualité ne manque pas de sujets divers tant internationaux que locaux : la crise du Covid, les aventures de Monsieur Z, de Monsieur M, de Madame MLP et de tous ceux qui font de la crise morale, économique, sociale ou sécuritaire, leur fond de commerce.

Mais ce week-end, l’annonce de la mort de Bernard Tapie a fait presque l’unanimité.

Ce départ que tous savaient proche mais gardant secrètement l’espoir de le voir résister encore un peu.

Les témoignages se succèdent et montrent combien ce merveilleux agitateur, ce combattant, cet entrepreneur de génie, ce « boss » comme on l’appelle à Marseille a marqué plusieurs générations et a laissé son empreinte indélébile auprès de tous ceux qui l’ont croisé, vu, entendu et Tous admiré.

Bernard Tapie, Nanard pour les intimes, a représenté pour des millions de Français l’esprit libre, le symbole et l’espoir. Il a montré qu’aucun rêve n’est interdit et que la vie ne vaut d’être vécue que si l’on croit en soi et que l’on s’engage. Oui il a fait rêver, celles et ceux qui l’ont suivi lors de ses émissions télévisions proposant de soutenir et d’accompagner des jeunes entrepreneurs. Il a fait rêver une ville, sa ville d’adoption de Marseille et la France tout entière lorsqu’il a fait de l’O.M. un champion d’Europe. Il a montré qu’il ne fallait jamais rien céder.

Il s’est montré un combattant sans concession contre les extrémistes.

Il a lutté et souvent gagné ! Bernard Tapie nous a donné une leçon de courage face à l’adversité et à l’acharnement, face à la justice, face à une caste qui a eu du mal à accepter cet homme venu du peuple et qui avec ou sans des millions d’euros a su rester proche de chacun et évidemment des siens.

Il a donné une leçon de force et de courage dans son plus difficile combat, celui contre cette « saloperie de maladie » qu’il a regardée droit dans les yeux et à laquelle il avait déclaré qu’il ne sera jamais perdant sans lutter.

Il a rendu coup pour coup et même le cancer l’a respecté.

Il était un exemple pour ceux qui le croisaient dans les hôpitaux et qui comme lui étaient touchés et affaiblis.

À chacune de ses interventions, bien que diminué, il avait cette pêche venue d’on ne sait où.

Samedi, il a posé les gants pour se reposer gardant sur son visage ce sourire en coin qui en disait long.

Il est parti entouré des siens

Repose en paix Bernard Tapie.

Oui, tu as réussi ta Vie !

 

Gil Taïeb