Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - Ce 24 avril, les urnes ont parlé

25 Avril 2022 | 68 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Pages

Actualité

Pages

Opinion

Pages

Ce 24 avril, les urnes ont parlé et ont renouvelé son mandat au président Emmanuel Macron. Avec un score sans contestation possible, ce sont plus de 58 % des Français qui l’ont choisi. Malgré une abstention forte de plus de 28 %, le peuple de France a dit non à l’extrême droite qui réalise cependant un score jamais atteint jusqu’à ce jour. Ces résultats devraient nous satisfaire mais ils demandent un commentaire.

Jamais la France n’a été aussi divisée et jamais le paysage politique français n’a été aussi transformé.

Au traditionnel clivage gauche-droite républicaines a succédé une France coupée en quatre blocs :

L’extrême droite, de plus en plus décomplexée avec une Marine Le Pen et un Zemmour dont la démagogie populiste pour l’une et l’extrémisme Pétino-Poutiniste pour l’autre ont non seulement séduit nombre de nos compatriotes mais surtout fait tomber les digues.

Le faible score de Zemmour est loin d’être négligeable car il a permi de déplacer le curseur de l’extrême droite en faisant de Marine Le Pen une candidate aux limites plus lisses et fréquentable. Lui, qui voulait tuer le camp Le Pen, lui aura servi de certificat de fréquentabilité. Il est devenu l’épouvantail et elle la leader d’une droite dure et populaire.

Le deuxième bloc des votants : l’extrême gauche Mélenchoniste surfant sur tous les mécontentements et ouvrant les bras pèle mêle à tous les déçus et révoltés. Il est devenu le fossoyeur de la gauche républicaine, n’hésitant pas à chasser dans les terres des islamistes, à mobiliser tous ceux qui défilent, manifestent, refusent l’autorité républicaine et aspirent à transformer la France en une terre sans règles qui chasserait les nantis, accueillerait toute la misère du monde et lacèrerait notre laïcité.

Par sa campagne populiste, il est devenu le champion d’une France qui ne vivrait pas l’une avec l’autre mais l’une contre l’autre. Il se veut Robespierre alors qu’il n’est que Danton !

Sa guillotine verbale menace notre société et alimente les divisions et les haines.

Son talent, son éloquence lui ont permis d’endormir les masses et son appel lors du deuxième tour n’a été qu’un tour de passe-passe afin de préparer son grand troisième tour, voire même un quatrième dans les rues de France, son Grand Soir  !

Mélenchon est aujourd’hui au moins aussi dangereux que l’extrême droite et le résultat des élections montre la perméabilité entre les deux votes.

Après cette élection d’Emmanuel Macron, le combat est à reprendre voire à intensifier.

Le troisième bloc est celui des abstentionnistes. Nombreux sont ceux qui leur cherchent des excuses afin de les récupérer et leur trouvent même de bonnes raisons. Mais, certes il peut y avoir une déception mais ce n’est que par le bulletin de vote qu’aujourd’hui on peut le dire.

Enfin le quatrième bloc celui de ceux qui se sont regroupés autour du président sortant. Ce bloc composé de français attachés aux valeurs essentielles de notre république. Ce bloc de ceux qui refusent les extrêmes et aspirent à une France forte, respectée, fraternelle, égalitaire et solidaire.

Ce bloc don le bulletin Emmanuel Macron est un appel au réveil et à la responsabilité.

Ce bloc qui veut que les messages d’angoisses soient entendus et que les inquiétudes soient comprises et que des solutions soient trouvées. 

Ce bloc que le président Macron se doit de rassurer et de consolider.

Ce bloc qui fait la France que l’on aime.

C’est à ce défi que doit répondre le président. Elu, il en a la possibilité et la capacité. Aspirons tous à ce changement et souhaitons lui la pleine réussite !

Gil Taïeb

- Les opinions exprimées dans les billets de blog n'engagent que leurs auteurs -