Bruno Benjamin

Président du Crif Marseille Provence

Blog du Crif - Diplomatie de la honte : La France vote contre Israël à l’ONU

14 Décembre 2021 | 235 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Depuis quelques semaines, le texte épistolaire de Sholem Aleichem a investi la petite – mais non moins prestigieuse – scène du Théâtre de la Huchette, à Paris.

Hier, je me suis exprimé sur la récente vague d'antisémitisme qui secoue la France. J'ai demandé à l'ensemble de la communauté nationale de faire front contre la haine antisémite. J'ai également rappelé l'importance pour la justice française d'appliquer des peines suffisamment lourdes pour être dissuasives.

De ce 9 janvier 2015, nous voulons retenir une autre image, cette belle image. Celle de Lassana Bathily.

Lundi 20 novembre, j'ai rencontré le Président français Emmanuel Macron à Paris, accompagné d'une délégation du Congrès Juif Européen (EJC).

Pages

Actualité

Le 33ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 7 mars 2018.

Au théâtre de l'Atelier, Le livre de ma mère réveille les souvenirs et sublime la relation la plus sincère qui est donnée à l'homme de connaître.

Vendredi 23 février, j'ai rencontré Tomasz Młynarski, Ambassadeur de Pologne en France.

La première djihadiste française capturée à Mossoul par les forces irakiennes en juillet 2017, Mélina Boughedir, a été condamnée, lundi 19 février, à sept mois de prison pour l’entrée illégale en Irak. La cour pénale de Bagdad a ordonné la remise en liberté et l’expulsion en France de la jeune femme de 27 ans, sa peine étant couverte par sa détention préventive, rapporte Le Monde du 19 février. Qui sont ces femmes désintégrées, déstructurées et aveuglées par la propagande développée par les djihadistes et qui ont été des proies faciles. C'est ainsi qu'elles se sont déshumanisées et ont participé à cette orgie barbare et moyenâgeuse qu’est le djihadisme.

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

"On s'est dit au-revoir. C'était un au-revoir mais qu'y avait-il derrière cet au-revoir ?"

Dans leur numéro de janvier, le magazine Youpi, destiné aux enfants de 5 à 8 ans, a clairement laissé entendre à ses jeunes lecteurs qu' "Israel n'était pas un vrai pays".

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Pages

Opinion

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Portrait de Stéphanie Dassa
Documentaire Sauver Auschwitz
|
23 Janvier 2017
Catégorie : Opinion

"Sauver Auschwitz ?" un documentaire diffusé le 24 janvier à 22h40 sur Arte 

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Depuis des années, l’historien Marc Knobel a de salutaires obsessions et une puissante détermination. L’une de ses salutaires obsessions, sur laquelle il a beaucoup travaillé et mené de profondes recherches, est cette diffusion sans frontières, sans retenues et sans toujours grandes oppositions, des haines multi-formes qui s’entretiennent.

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Comme chaque été, de nombreux juifs ont décidé de quitter la France pour s’installer en Israël. On parle de 8000 à 10 000 pour l’ensemble de l’année 2015. J’ai moi-même fait ce choix en 2013  et pourtant j’ai, plus que jamais, envie de parler de ceux qui restent. 

Pages

Geste symbolique mais significatif : le 29 octobre dernier, s’exprimant devant l’Assemblée générale  des Nations-Unies, l’ambassadeur d’Israël à l’ONU Gilad Erdan, déchirait le rapport du Conseil des droits de l’homme de l’organisation internationale, à charge contre son pays. « C’est toujours la saison de la chasse ouverte à Israël », cingla le diplomate en soulignant, calmement mais fermement, que depuis sa création, le Conseil avait émis 142 condamnations contre des Etats membres de l’ONU, dont 95 contre le seul Israël !

Cette façon de fustiger Israël ou de le prendre systématiquement pour cible s’est vérifiée le 1er décembre dernier, dans la même enceinte. Ce jour-là, 129 pays dont la France (contre 11 voix et 31 abstentions) donnaient quitus à l’ONU de nier tout lien juif avec le Mont du Temple qu’elle désigne désormais uniquement par son nom musulman : al-Haram al-Sharif.

Que les représentants des pays du monde arabe et leurs nombreux supplétifs soient foncièrement hostiles à Israël n’est guère surprenant. Sur chaque rapport où il est question de la Palestine, l’Etat hébreu est régulièrement dénoncé, vitupéré, condamné. Vote unanime habituel. C’est Panurge à Manhattan ! Sur nos écrans de télé, on est habitué à voir ces diplomates avachis dans leurs fauteuils ou déambulant dans les couloirs du siège onusien, outres arrogants dont on ne sait ce qui les caractérise le plus, de leur suffisance ou de leur profonde ignorance de l’histoire du peuple juif.

Le scandaleux dans le référent hiérosolymitain réside dans l’attitude de la France qui s’y est lamentablement fourvoyée. Mieux : en butinant l’histoire d’une façon aussi inconséquente, elle s’est ridiculisée  avec l’air ingénu du cancre de la classe qui fait pouffer tous ses camarades et même le maître… L’Histoire n’est pas une science expérimentale. On se demande ce que Chateaubriand penserait d’elle, s’il revenait, ou Lamartine qui effectua le fameux « Voyage à Jérusalem » en 1832. Soyons-en sûrs : ils n’en seraient pas fiers !

Proclamer que Jérusalem n’a aucune antériorité juive et que le Mont du Temple n’est que l’Esplanade des Mosquées, est un non sens absolu. L’affichage d’une totale inculture ! Jérusalem est une ville profonde. Dans ses vieilles rues, chaque pas est une incursion dans un passé lointain. Jadis petit canton au cœur de la Judée, d’où partaient les routes pour atteindre soit le Jourdain, soit la Méditerranée, c’est là où David, père de Salomon, établit son royaume et que s’est écrite l’histoire du peuple juif. Les événements heureux ou tragiques, qui se sont succédé depuis, ne sauraient effacer ou occulter ce fait.

Comment dénier au peuple juif le fait que le lieu le plus saint du judaïsme soit exclusivement arabe et musulman ? Quelles moqueries subirait-on si, par je ne sais quelle aberration, quelle stupidité, l’on se hasarderait à dire que Paris, l’ancienne Lutèce, n’est pas la capitale de la France ! On pourrait trouver dix autres cas, affirmer par exemple que Jersey et Guernesey ne sont pas des îles anglo-normandes, que dans les Caraïbes Haïti est américain , Gibraltar espagnol, ou que Nicosie est une ville foncièrement turque… Le procès en révisionnisme serait non seulement immédiat mais justifié !

Duplicité

Le fait que la politique du Quai d’Orsay au Moyen-Orient soit traditionnellement favorable au monde arabe n’explique en rien la duplicité dont a fait preuve la France. Réécrire l’histoire à des fins politiques et géostratégiques est fallacieux, tactiquement vain et moralement condamnable. « J’ai honte… honte ! L’ONU et la France viennent de voter une résolution : le Mont du Temple devra être désigné par un nom arabe et musulman. Cela nous inspire, à nous juifs de France, de crier notre révolte, et s’il le faut, de descendre dans la rue », indique le rabbin Chalom Lellouche, de Levallois-Perret. Une manifestation est d’ailleurs prévue dimanche 12 décembre, près de l’ambassade d’Israël à Paris.

Impossible de ne pas réagir à une telle abjection. Sitôt le résultat du vote connu, des réactions courroucées mirent spontanément en émoi la communauté. « Inacceptable », dit Francis Khalifat, président national du CRIF, sentiment que nous partageons au sein du CRIF Marseille Provence qui salue, dans une classe politique bizarrement silencieuse, la position bien tranchée d’Eric Ciotti : le député des Alpes-Maritimes considère ce vote comme une provocation à l’égard des juifs du monde entier. Et c’est bien ainsi que nous l’interprétons !

Comment Paris a t-il pu mêler sa voix à celles de N’djamena, de Ryad, de Damas, d’Islamabad ou d’Alger ? Vérité en dedans, boniments au dehors. Illustration du « en même temps » qui concilie tout et son contraire. Pourtant, du président de la République aux députés de sa majorité en passant par les membres du gouvernement, partout, d’une seule voix l’on proclame son amitié indéfectible à Israël et aux juifs de France. Force est de constater le décalage entre les paroles et les actes. Le grand écart sied aux gymnastes, pas aux dirigeants du pays des droits de l’homme. Il en va de leur crédibilité.

Puissent-ils aussi se souvenir que l’histoire est notre enfance, et qu’elle détient une part de notre spécificité. Car c’est tout le passé juif qui surgit à travers les grandes heures de la Jérusalem antique.

Et enfin qu’ils méditent ce propos de Manuels Valls, toujours d’actualité, qui, un an après la tuerie antisémite du Super Cacher à Paris en 2016, disait d’une voix forte et émue : « Sans les Juifs de France, la France ne serait pas la France. »

 

Bruno Benjamin, Président du Crif Marseille-Provence