Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - En mémoire de Samuel Paty, levons nous !

19 Octobre 2021 | 26 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Le 33ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 7 mars 2018.

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Techouva, de Frédéric Lauze.

Au théâtre de l'Atelier, Le livre de ma mère réveille les souvenirs et sublime la relation la plus sincère qui est donnée à l'homme de connaître.

Vendredi 23 février, j'ai rencontré Tomasz Młynarski, Ambassadeur de Pologne en France.

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Dina Porat, Le Juif qui savait Wilno-Jérusalem : la figure légendaire d’Abba Kovner, 1918-1987.

La première djihadiste française capturée à Mossoul par les forces irakiennes en juillet 2017, Mélina Boughedir, a été condamnée, lundi 19 février, à sept mois de prison pour l’entrée illégale en Irak. La cour pénale de Bagdad a ordonné la remise en liberté et l’expulsion en France de la jeune femme de 27 ans, sa peine étant couverte par sa détention préventive, rapporte Le Monde du 19 février. Qui sont ces femmes désintégrées, déstructurées et aveuglées par la propagande développée par les djihadistes et qui ont été des proies faciles. C'est ainsi qu'elles se sont déshumanisées et ont participé à cette orgie barbare et moyenâgeuse qu’est le djihadisme.

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

Le 4 février 2018, le Crif et les Amis du Crif ont organisé un voyage de mémoire dans les camps d’Auschwitz-Birkenau. Près de 200 personnes ont participé à cette journée exceptionnelle, qui a marqué les mémoires de chacun. Une délégation d’élus et de personnalités publiques m'a également accompagné. Nous avons aussi eu l'honneur d'être accompagnés par Ginette Kolinka, réscapée d'Auschwitz.

En fin de journée, nous avons tenu une courte cérémonie d'hommages ponctuée de plusieurs discours et de prières animées par le Rabbin Moché Lewin. En conclusion de cette intense journée, le Shofar a resonné au milieu du silence etourdissant de l'immense complexe de Birkenau.

Depuis quelques semaines, le texte épistolaire de Sholem Aleichem a investi la petite – mais non moins prestigieuse – scène du Théâtre de la Huchette, à Paris.

Hier, je me suis exprimé sur la récente vague d'antisémitisme qui secoue la France. J'ai demandé à l'ensemble de la communauté nationale de faire front contre la haine antisémite. J'ai également rappelé l'importance pour la justice française d'appliquer des peines suffisamment lourdes pour être dissuasives.

Pages

Actualité

Et vous, comment définiriez-vous l’humour juif ?

Pages

Opinion

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Techouva, de Frédéric Lauze.

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Dina Porat, Le Juif qui savait Wilno-Jérusalem : la figure légendaire d’Abba Kovner, 1918-1987.

"On s'est dit au-revoir. C'était un au-revoir mais qu'y avait-il derrière cet au-revoir ?"

En 2017, Roger Pinto, sa femme et son fils ont été séquestrés, violentés et détroussés à leur domicile de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), "une agression antisémite" condamnée par le Crif et le ministre de l'Intérieur. Une première ?

Pages

Il y a un an était poignardé et décapité, par un islamiste, le professeur Samuel Paty à quelques centaines de mètres de son collège de Conflans Sainte Honorine.

Il y a un an la quasi-totalité des Français était pétrifiée à l’annonce de cette nouvelle attaque terroriste.

Non que cela fut le premier des actes terroristes islamiques mais un symbole de plus était frappé par cette idéologie criminelle.

Après avoir tué des juifs parce qu’ils étaient juifs, des dessinateurs par Haine de la liberté d’expression, des policiers et des militaires pour l’uniforme qu’ils portaient ou des citoyens à des terrasses ou dans une salle de spectacle par Haine de notre mode de vie et de notre liberté, le criminel islamique s’est attaqué à l’Ecole de la République et à son devoir d’enseigner et de prodiguer les richesses du savoir et les valeurs de liberté d’égalité et de fraternité.

Lors des différents hommages rendus à Samuel Paty, il a été rappelé le rôle essentiel de l’école dans la diffusion des valeurs qui sont le socle de notre République.

Dans l’immense majorité des cas, cette journée de souvenirs et d’hommages s’est bien déroulée même s’il est à regretter quelques petits incidents lors de la minute de silence. Partout le message a été diffusé même si l’on peut regretter le caractère facultatif de la célébration alors qu’il aurait été essentiel de faire de cette journée une journée officielle et obligatoire d’éveil à la citoyenneté.

Ce manque d’autorité est un signe de faiblesse et se doit vite d’être comblé car nos jeunes ont besoin de ces repères et de la détermination sans faille ni faiblesse à défendre nos principes.

Il est aussi à regretter la petite phrase maladroite d’Alexis Corbière, Député de la France insoumise, qui a parlé de la « nécessité d’outils pédagogiques adaptés à l’âge des enfants, s’interrogeant sur la pertinence d’utiliser des dessins de Charlie Hebdo devant des adolescents ! » Cette petite phrase incendiaire pouvant montrer les hésitations et les faiblesses face aux crimes odieux de Samuel Paty. Alexis Corbière a tenu à préciser « que le cours du professeur Samuel Paty était irréprochable ». Une précision certes importante mais le mal était fait. Les propos tenus montrent ce recul voire de la crainte pour certains de rester droits et fermes face à l’idéologie islamique qui gangrène une partie de la jeunesse française.

En cette période pré électorale qui s’annonce difficile et qui laisse libre cours à nombres de déclarations extrémistes, il est essentiel que la « chasse aux voix » ne se transforme pas en danse du ventre afin de séduire les islamo gauchistes ou les fascistes.

Comme l’a déclaré la famille de Samuel Paty : « chaque hommage, c’est se lever contre l’islamisme »

En mémoire de Samuel Paty, levons nous !

 

Gil Taïeb

- Les opinions exprimées dans les billets de blog n'engagent que leurs auteurs -