Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - Le 74ème anniversaire de l’État d’Israël

02 Mai 2022 | 253 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Il y a six ans (ndlr. : cet article a été rédigé en mars 2018), en mars 2012, à Montauban et Toulouse, sept vies ont été fauchées par un terroriste islamique, donc je me refuse à rappeler le nom.

Le 33ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 7 mars 2018.

Au théâtre de l'Atelier, Le livre de ma mère réveille les souvenirs et sublime la relation la plus sincère qui est donnée à l'homme de connaître.

Vendredi 23 février, j'ai rencontré Tomasz Młynarski, Ambassadeur de Pologne en France.

La première djihadiste française capturée à Mossoul par les forces irakiennes en juillet 2017, Mélina Boughedir, a été condamnée, lundi 19 février, à sept mois de prison pour l’entrée illégale en Irak. La cour pénale de Bagdad a ordonné la remise en liberté et l’expulsion en France de la jeune femme de 27 ans, sa peine étant couverte par sa détention préventive, rapporte Le Monde du 19 février. Qui sont ces femmes désintégrées, déstructurées et aveuglées par la propagande développée par les djihadistes et qui ont été des proies faciles. C'est ainsi qu'elles se sont déshumanisées et ont participé à cette orgie barbare et moyenâgeuse qu’est le djihadisme.

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

"On s'est dit au-revoir. C'était un au-revoir mais qu'y avait-il derrière cet au-revoir ?"

Dans leur numéro de janvier, le magazine Youpi, destiné aux enfants de 5 à 8 ans, a clairement laissé entendre à ses jeunes lecteurs qu' "Israel n'était pas un vrai pays".

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Pages

Dans quelques jours, débuteront les festivités du 74ème anniversaire de l’État d’Israël.

Comme avant chaque anniversaire, Israël se souviendra de tous ses enfants qui ont donné leur Vie ou été victimes du terrorisme.

Comme chaque année, la veille du Yom Hatzmaout, partout dans le pays, la mémoire de ces Héros sera honorée.

Partout, dans tous les cimetières militaires, les familles, les amis ou de simples anonymes iront fleurir les tombes et surtout rendre visite aux familles afin de parler, raconter et se souvenir de celles et ceux qui ne sont plus.

Cette journée du Yom HaZikaron est à mon sens l’un des plus forts symboles de ce qu’est Israël.

Une semaine après le Yom HaShoah qui nous rappelle ce qu’était le Monde Sans Israël qui a vu l’extermination de 6 millions de nos sœurs et frères, le Yom HaZikaron nous rappelle le Prix de la liberté et de l'indépendance.

Le prix qu’il a fallu payer avant d’avoir l’État Juif.

Ce prix est toujours élevé car la liste des victimes du terrorisme et de la Haine Anti Juive ne cesse malheureusement de s’allonger.

Ces derniers mois plus de quinze israéliens ont été assassinés par les terroristes palestiniens et islamiques.

Mais, à la différence des années 40, le Juif est sur sa terre, il se défend et montre au monde qu’il est fier et conscient que sa sécurité et son avenir ne dépendront plus jamais du bon vouloir des autres.

Oui, le Yom HaShoah et le Yom HaZikaron sont deux journées que chaque juif dans le monde se doit d’honorer.

Nous sommes tous les descendants, les sœurs et les frères d’un de ceux dont nous rappelons la mémoire et l’histoire.

Ce n’est qu’après ce devoir de transmission et de mémoire que nous avons le droit de rire, de danser, de chanter le jour du Yom Hatzmaout.

C’est forts de ce souvenir que nous pourrons fêter le 74ème anniversaire de la création de l'État Israël qui brille dans nos cœurs et au sein des Nations.

C’est en regardant avec fierté et amour tous les enfants d’israël et parmi eux les Gardiens des frontières que nous pouvons dire à ceux qui ne sont plus : Toda Raba et Am Israël Haï

 

Bonne fête à l’État d’Israël et à son peuple.

 

Gil Taïeb