Blog du Crif - Les Juifs, ces éternels Insoumis qui résistent à Jean-Luc Mélenchon

02 Novembre 2021 | 445 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Pages

Actualité

Après notre étude sur les Juifs de Finlande, voici, comme convenu et pour coller à l’actualité qui fait que le conflit russo-ukrainien est en train de s’étendre à d’autres pays, un regard sur les Juifs de Suède.

Pages

Antisémitisme

Il y a 81 ans le 25 février 1941 : la grève des travailleurs d’Amsterdam pour protester contre la persécution nazie des Juifs néerlandais

Pages

Opinion

Pages

Il y a quelque chose chez les Juifs qui, visiblement, les rend insupportables à Jean-Luc Mélenchon. Quelque chose de si irrépressible que surgissent régulièrement chez le dirigeant de la France Insoumise des poussées d'urticaire verbale.

Mais que nous reproche-t-il au juste ? Résolument juifs et républicains, les Juifs français ont la nuque raide. Ils se méfient, par expérience, des sérénades populistes. Ils restent attachés à la tradition juive comme à la promesse républicaine, même quand elles sont contestées ou attaquées.

Ce que Jean-Luc Mélenchon nous reproche, c'est ainsi avant tout de rester nous-mêmes à travers l'Histoire, en refusant de nous soumettre aux passions du moment. En un mot, ce qui le rend fou, c'est que les Juifs de France soient précisément d'authentiques et éternels insoumis !

Jean-Luc Mélenchon nous en veut de ne pas nous incliner devant sa toute relative et autoproclamée insoumission. Mais puisqu'il a prétendu récemment partager sa vision de la tradition juive, peut-être devrions nous lui rappeler quelques leçons d'insoumission, léguées par l'Histoire :

Première leçon, le refus du dogmatisme. Jean-Luc Mélenchon se veut l'homme des réponses toutes faites, quand les Juifs sont le peuple de la question. Notre Fidel Castro de salon est un sophiste, adepte des effets de manche et des raccourcis rhétoriques. Quand la tradition juive s'évertue de tous temps à faire vivre le pluralisme, Jean-Luc Mélenchon pense que c'est celui qui criera le plus fort qui aura raison. Cette attitude porte en germe une menace : le totalitarisme, face auquel tout républicain sincère doit se lever.

Seconde leçon d'insoumission, le refus catégorique du culte de la personnalité. Le judaïsme tient en horreur l'idolâtrie. A la France Insoumise, au contraire, on vit dans le culte et la terreur du chef. Entendez-vous des voix dissonantes oser s’opposer à Jean-Luc Mélenchon ? La France Insoumise est aujourd'hui un parti construit au service d'un seul homme. Voilà qui met durablement à distance tout démocrate. Qui voudrait d'une France dont le débat public ressemblerait à un Congrès de la France Insoumise ?

Enfin, la tradition juive porte en elle un authentique engagement d’insoumission : le refus du populisme. La loi juive rappelle d’ailleurs que s'il y a unanimité pour condamner à la peine capitale un accusé, il doit alors être acquitté. Pour les décisions graves, il doit y avoir un débat contradictoire et une méfiance absolue vis-à-vis des humeurs des masses. Jean-Luc Mélenchon fait précisément le contraire : il cultive la violence et les passions au sein de la société en considérant que la révolution peut se satisfaire de quelques victimes innocentes de mouvements de foule, pourvu que la foule aille dans le sens qu'il souhaite. 

Jean-Luc Mélenchon a réussi il y a quelques jours le tour de force de faire d'une pierre, deux coups bas. En quelques phrases, il a à la fois disculpé Eric Zemmour et attaqué le judaïsme. Il a renforcé et légitimé l'extrême-droite d'une part, et attaqué la sincérité de l'engagement citoyen des Français juifs, d'autre part.

M. Mélenchon, le Crif dont l'histoire prend sa source dans le plus noble des épisodes d'insoumission, la Résistance, ne cédera jamais à vos injonctions et intimidations : nous nous dresserons sur votre chemin politique comme nous le faisons face à vos meilleurs ennemis de l'extrême-droite.

Vous pouvez compter sur l'insoumission des Juifs de France pour faire barrage à votre dangereuse surenchère.

Yonathan Arfi