Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - Polémique autour de la notion d'islamo-gauchisme

22 Février 2021 | 120 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Mon discours à la cérémonie d'hommage aux Juifs engagés volontaires qui s'est tenue le 15 octobre 2017 au cimétière de Bagneux.

Dans ce courrier, j'ai félicité Audrey Azoulay pour son élection. J'ai également attiré son attention sur les positions récentes de l'Unesco sur Jérusalem et commente les relations passées de l'organisation avec le Crif.

Mardi 10 octobre 2017, j'ai été reçu par le Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères pour un long tour d'horizon.

Portrait de Invité
#BlogDuCrif - Devoir de mémoire
|
20 Septembre 2017
Catégorie : France

Il y a 76 ans, le 15 décembre 1941, 69 hommes ont été fusillés au Fort du Mont Valérien à Suresnes, dans les Hauts de Seine par les autorités d’occupations allemandes. Ces hommes, français et étrangers, furent arrêtés par les forces de polices françaises de la Préfecture de police du département de la Seine (à l’époque).

Je vais vous raconter l’histoire de Moritz Singer, mon oncle, le frère de ma mère, un de ces fusillés.

En 2017, Roger Pinto, sa femme et son fils ont été séquestrés, violentés et détroussés à leur domicile de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), "une agression antisémite" condamnée par le Crif et le ministre de l'Intérieur. Une première ?

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

"The strength of a Nation always lies in the the way it looks at its History and and its ability to teach it to future generations".

 

"La force d’une Nation réside toujours dans le regard qu’elle sait porter sur son histoire et sa capacité à l’enseigner aux générations suivantes."

 

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Pages

Actualité

"Ce qui m'effraie, ce n'est pas l'oppression des méchants, c'est l'indifférence des bons" (Martin Luther King)

Tribune de marc Knobel publié dans le Huffinghton Post 

Des centaines de tombes ont été profanées au cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin), dimanche 15 février 2015, a annoncé le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, dans un communiqué de presse

Le Hors-série de L'Express numéro 28, "Regards sur l'Histoire" consacré aux Juifs de France a mis en émoi une partie de la communauté juive, François Heilbronn, professeur des universités associé à Sciences-Po Paris et Président des Amis français de l'université de Tel-Aviv lui a adressé deux lettres ouvertes publiées dans l'Arche.
 

 

 

Retour sur les événements qui sont intervenus en juillet 2014 et les manifestations propalestiniennes qui ont dégénéré.

Est-il pertinent de mettre en parallèle “antisémitisme” et “islamophobie”?
Non, cinq fois non:  Ni sémantiquement , ni historiquement,  ni sociologiquement, ni politiquement et encore moins juridiquement, ces deux termes et les deux concepts qu’ils sous-tendent, ne sont de même nature. Il serait non seulement faux, mais aussi dangereux pour tous, de les mettre en regard sur un même plan.

L'antisémitisme : les causes d'un Mal qui s'aggrave.

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Pages

Depuis plus d’une semaine nous assistons à une polémique autour de la notion d’islamo-gauchisme.

Alors que nombreux commençaient à accepter l’idée d’une indispensable mobilisation salvatrice contre l’islamisme qui gangrène notre société, les vieux réflexes reprennent le dessus.

Les raccourcis se multiplient et la chasse aux voix est à nouveau ouverte.

L’extrême droite faisant son lit dans la haine de l’autre et profitant d’un climat social et sécuritaire traumatisant pour faire de la guerre contre l’islamisme une guerre contre les musulmans.

De l’autre côté, l’extrême gauche et même une partie de la gauche traditionnelle qui se fourvoient et qui par calcul électoraliste utilisent le même amalgame pour s’allier à ceux qui au nom d’un islam dévoyé cherchent à mettre la main sur nos banlieues et s’installent même dans certaines mairies et y imposent leur loi.

L’école comme l’université ne sont pas épargnées.

Comment fermer les yeux devant ces faits qui font reculer la République et qui s’installent par la peur et parfois même par la compromission ?

Oui l’islamo-Gauchisme est une réalité, il est l’alliance contre nature de l’islamisme avec l’extrême gauche faisant penser à chacune de ses composantes qu’à terme elle sera dominante.

Refuser cette réalité c’est abandonner nos valeurs et surtout tous ceux et celles, de toutes origines, qui aspirent à réussir, à s’intégrer grâce à l’école de la république et à pouvoir vivre à la fois leur foi et leur citoyenneté.

Aujourd’hui, les extrémistes de droite et de gauche sont en réalité alliés de fait à l’islamisme pour exister.

Refuser de reconnaître ce fait c’est capituler et offrir à ces deux dangers les clés de notre République qu’ils attaquent l’un et l’autre.

Certains cherchent à nous diviser et à nous obliger à choisir entre d’une part les islamo-gauchistes et de l’autre à l’idéologie des Genération identitaire. 

Ne nous laissons pas berner. Ils sont les deux faces de la même pièce, celle qui si elle prend le pouvoir fera crier : « juifs, juifs la France n’est pas à toi » comme ce fut le cas dans les rues de Paris lors d’une manifestation de l’extrême droite et aux autres « mort à Israël, Israël assassin » ou qui ont amené à l’assassinat des enfants juifs de Toulouse au nom d’un soi-disant soutien à la Palestine. 

En cette veille de Pourim, mettons les masques pour perpétuer la tradition et nous souvenir de l’Histoire et faisons en même temps tomber les masques de tous les apprentis sorciers.

 

Et surtout soyez prudents, respectez les consignes sanitaires afin de pouvoir ensemble préparer un avenir meilleur.

 

Gil Taïeb 

- Les opinions exprimées dans les billets de blog n'engagent que leurs auteurs - 

 

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.