Richard Prasquier

Ancien Président du CRIF

Blog du Crif - Réflexions sur le billard électoral israélien

24 Mars 2021 | 47 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

"On s'est dit au-revoir. C'était un au-revoir mais qu'y avait-il derrière cet au-revoir ?"

Dans leur numéro de janvier, le magazine Youpi, destiné aux enfants de 5 à 8 ans, a clairement laissé entendre à ses jeunes lecteurs qu' "Israel n'était pas un vrai pays".

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Sarah Halimi, une retraitée a été battue à mort à Paris, le 4 avril 2017 et son calvaire a duré plus d'une heure. Et, il s'agit bien d'un meurtre antisémite.

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Portrait de Gil Taïeb
Nous sommes debout
|
03 Avril 2017
Catégorie : France, Actualité, Opinion

Samedi 1er avril place du Châtelet se sont réunies une centaine de membres du Collectif Boycott Israël

Francis Kalifat, the Crif President gave a speech at the annual Crif's dinner 2017. 

Le judaïsme indien est assez méconnu en France. Pourtant, il est d'une implantation millénaire. Il y avait environ 35 000 Juifs aux Indes lors de la création de l'État d'Israël

Pages

Opinion

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Depuis des années, l’historien Marc Knobel a de salutaires obsessions et une puissante détermination. L’une de ses salutaires obsessions, sur laquelle il a beaucoup travaillé et mené de profondes recherches, est cette diffusion sans frontières, sans retenues et sans toujours grandes oppositions, des haines multi-formes qui s’entretiennent.

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Comme chaque été, de nombreux juifs ont décidé de quitter la France pour s’installer en Israël. On parle de 8000 à 10 000 pour l’ensemble de l’année 2015. J’ai moi-même fait ce choix en 2013  et pourtant j’ai, plus que jamais, envie de parler de ceux qui restent. 

Dov Maimon rejoint les auteurs du Blog du Crif !

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

Six millions et demi d’Israéliens sont probablement allés aux urnes. A comparer aux 500 000 électeurs, 13 fois moins, de la Knesset de 1949.

En mars 2021, c’est la France qui aurait dû voter. Mais les régionales sont reportées en juin et peut-être au-delà si l’épidémie n’est pas contrôlée. 80% des Israéliens de plus de 18 ans ont été vaccinés. Le corona est déjà presque loin dans leur tête. Il a fait quatre morts en Israël samedi dernier.

Aussi majeurs que soient les succès d’Israël, un système qui convoque les électeurs quatre fois en deux ans interpelle.

Une cause de ce blocage est institutionnelle, c’est le scrutin proportionnel, l’autre est personnelle, c’est Benjamin Netanyahu.

Le type de scrutin est le seul à donner leur voix à tous les habitants d’un pays aux modes de vie et aux engagements disparates et souvent intensément vécus. Mais il oblige à une coalition et les représentants d’une niche électorale bien placée peuvent exercer une forme de chantage.

Les ultra-orthodoxes bien sûr, aujourd’hui 12% de la population, mais d’autres petits partis peuvent aussi faire la différence. Certaines filières peuvent s’épuiser. Comme les enfants des Juifs ex-soviétiques se fondaient dans le mainstream israélien, Avigdor Liberman s’est reconverti, si l’on peut dire, en vigie contre l’exceptionnalisme haredi. Car les gens votent par indignation plus que par conviction, ce qui pousse à créer des contre-niches. Mais il faut se méfier de la réaction : ainsi l’agressivité de Liberman renforce la cohésion des religieux qui se sentent agressés. Inversement, écoeurés par la video qui assimile les Juifs non orthodoxes à des chiens, des électeurs laïcs tentés par l’abstention sont allés voter.

Depuis l’instauration d’un seuil progressivement élevé à 3,25% des voix, soit quatre députés, qui devait empêcher l’élection de personnalités aberrantes ou extrémistes, les rebonds du  billard électoral  sont devenus plus subtils, et certains joueurs sont meilleurs que d’autres. Si un parti n’atteint pas le seuil, ses électeurs se seront déplacés au profit de leurs adversaires.  Entre des religieux sionistes débauchés de chez Bennet et des ultra-nationalistes , Bibi a favorisé une alliance qui  peut dépasser la barre et serait  pour lui un apport notable. Inversement, le dégoût de voir un kahaniste à la Knesset peut faire basculer contre Netanyahu. Dans un grand écart dont celui-ci a le secret, il a remplacé sa rhétorique anti-arabe, qui avait facilité en réaction la constitution d’une liste arabe unifiée, par un soutien au parti Islamique Raam, un improbable allié.

Le parti bleu et blanc s’est maintenu,  mais s’il n’atteint pas la barre, ses voix seront stérilisées, ce qui fera aussi le bonheur de Benjamin Netanyahu, qui craignait que Ganz, dont il s’était joué de façon machiavélique, ne finisse par se désister.

Rien que Bibi, ou tout sauf Bibi ? Ce n’est pas si simple non plus. Car s’il a fait le vide autour de lui, si certains de ses plus proches sont devenus ses ennemis virulents, si on lui reproche son comportement, ses complaisances avec les ultra-religieux, si on voit venir une société illibérale, pour utiliser le vocable à la mode, aux contre pouvoirs affaiblis et aux valeurs morales défaillantes, beaucoup d’Israéliens qui ne l’aiment pas reconnaissent en lui un professionnel. Sa ligne politique n’est guère en discussion, dans une société qui a en grande majorité fait le deuil des illusions et qui, dans un monde dangereux, préfère des alliances d’intérêt plutôt que d’émotion.

Le succès de la triade israélienne, armée, technologie, logistique, fait de l’ombre à une classe politique assez déconsidérée, d’où surnage la personnalité charismatique et clivante de Benjamin Netanyahu. Il reste le favori de cette élection. Mais n’a-t-il pas succombé à l’hubris qui  guette les hommes trop confiants en leur habileté ?