Richard Prasquier

Ancien Président du CRIF

Blog du Crif - Réflexions sur le vote Zemmour

21 Octobre 2021 | 582 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Depuis quelques semaines, le texte épistolaire de Sholem Aleichem a investi la petite – mais non moins prestigieuse – scène du Théâtre de la Huchette, à Paris.

Hier, je me suis exprimé sur la récente vague d'antisémitisme qui secoue la France. J'ai demandé à l'ensemble de la communauté nationale de faire front contre la haine antisémite. J'ai également rappelé l'importance pour la justice française d'appliquer des peines suffisamment lourdes pour être dissuasives.

De ce 9 janvier 2015, nous voulons retenir une autre image, cette belle image. Celle de Lassana Bathily.

Lundi 20 novembre, j'ai rencontré le Président français Emmanuel Macron à Paris, accompagné d'une délégation du Congrès Juif Européen (EJC).

Pages

Actualité

Il y a six ans (ndlr. : cet article a été rédigé en mars 2018), en mars 2012, à Montauban et Toulouse, sept vies ont été fauchées par un terroriste islamique, donc je me refuse à rappeler le nom.

Le 33ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 7 mars 2018.

Au théâtre de l'Atelier, Le livre de ma mère réveille les souvenirs et sublime la relation la plus sincère qui est donnée à l'homme de connaître.

Vendredi 23 février, j'ai rencontré Tomasz Młynarski, Ambassadeur de Pologne en France.

La première djihadiste française capturée à Mossoul par les forces irakiennes en juillet 2017, Mélina Boughedir, a été condamnée, lundi 19 février, à sept mois de prison pour l’entrée illégale en Irak. La cour pénale de Bagdad a ordonné la remise en liberté et l’expulsion en France de la jeune femme de 27 ans, sa peine étant couverte par sa détention préventive, rapporte Le Monde du 19 février. Qui sont ces femmes désintégrées, déstructurées et aveuglées par la propagande développée par les djihadistes et qui ont été des proies faciles. C'est ainsi qu'elles se sont déshumanisées et ont participé à cette orgie barbare et moyenâgeuse qu’est le djihadisme.

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

"On s'est dit au-revoir. C'était un au-revoir mais qu'y avait-il derrière cet au-revoir ?"

Dans leur numéro de janvier, le magazine Youpi, destiné aux enfants de 5 à 8 ans, a clairement laissé entendre à ses jeunes lecteurs qu' "Israel n'était pas un vrai pays".

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

Pages

Opinion
On ne le dira jamais assez : la parution d’ouvrages de poésie, en général et dans le domaine juif en particulier est devenue assez rare pour qu’on ne salue pas avec plaisir la sortie d’un nouveau recueil. Dans ce nouveau livre, la peintre et poétesse Sarah Mostrel nous offre un ensemble de textes inspirés de la Bible et des textes fondamentaux du judaïsme.

Remi Huppert est un spécialiste des Juifs de Chine. On lui doit notamment Destin d’un Juif de Chine (1). Dans son nouveau roman, le judaïsme est toujours présent.

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Portrait de Stéphanie Dassa
Documentaire Sauver Auschwitz
|
23 Janvier 2017
Catégorie : Opinion

"Sauver Auschwitz ?" un documentaire diffusé le 24 janvier à 22h40 sur Arte 

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Depuis des années, l’historien Marc Knobel a de salutaires obsessions et une puissante détermination. L’une de ses salutaires obsessions, sur laquelle il a beaucoup travaillé et mené de profondes recherches, est cette diffusion sans frontières, sans retenues et sans toujours grandes oppositions, des haines multi-formes qui s’entretiennent.

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Pages

Les polémiques qui ont scandé l’épidémie de Covid ont parfois créé des tensions dans les familles. Et maintenant que nous recommençons à sortir, nos discussions butent sur un autre sujet inflammable, celui concernant Eric Zemmour.

A lire les sondages, son coefficient de reproduction  R0 le met dans la catégorie des variants très contagieux. Sa dangerosité  est controversée. Pour la prévention, le débat existe entre ceux qui préconisent des gestes barrière stricts et d’autres qui pensent qu’une immunisation progressive du groupe par des éléments de la pensée zemmourienne serait plus efficace. Mais en ce qui concerne le mode d’apparition de ce nouveau virus, il n’y a pas de doute: l’échec de la lutte contre la violence et l’emprise  islamiste est le socle de la popularité d’Eric Zemmour.

Il y a un mois, la condamnation du rappeur Nick Conrad a été annulée pour vice de forme.  Condamnation modeste: 5000 euros avec sursis. Il était poursuivi pour une chanson parue il y a trois ans  dont voici les premières paroles:

“Je rentre dans des crèches, je tue des bébés blancs

Attrapez-les vite et pendez leurs parents…”

Etc, avec images à l’appui…

Il a récidivé avec un autre texte philosophique: “Je baise la France jusqu’à l’agonie“, que la justice n’a pas poursuivi, liberté d’expression  oblige……

Il  y aura un nouveau procès, peut-être un appel et l’affaire se terminera  4 ou 5 ans après les faits par une sanction symbolique, après avoir mobilisé indument une justice à bout de souffle.

Ce rappeur minable est un excellent  agent électoral pour Eric Zemmour.

On sait qu’un certain nombre de Juifs vont voter pour lui. Je le regrette, mais là où je vis, nous n’avons pas à subir les incivilités, les harcèlements et les insultes; je préfère donc éviter des incantations morales trop faciles . Mais si j’avais encore des responsabilités communautaires, j’aurais, comme l’a fait Francis Kalifat, Président du CRIF, mis en garde contre le vote Zemmour.

Si je m’exprime aujourd’hui, après tant d’autres, et sans illusion sur l’efficacité de mes propos, c’est pour deux raisons récentes.

La première est que je considère qu’Eric Zemmour a franchi une ligne rouge dans sa controverse avec Bernard-Henri Levy. On peut critiquer BHL, on peut ne pas apprécier, c’est mon cas, qu’il ait écrit que Eric Zemmour est “une offense au nom juif“, parce que nul n’est propriétaire de ce “nom juif”, formule ampoulée pour parler d’un judaisme qui s’exprime de façon différente pour les uns et les autres.

Mais  Zemmour a répondu en traitant BHL de “traitre à la France”, la plus grave des insultes. S’adressant à un Juif, provenant d’un homme qui comme Zemmour, n’est même  pas convaincu de l’innocence de Dreyfus, c’est  une fatwa qui ne se définit que par un terme : “dégueulasse”, et qui laisse présager  de très nauséabondes dénonciations en cas de victoire…

La seconde raison, c’est que je viens de lire son best seller, La France n’a pas dit son dernier mot. Livre  d’un excellent écrivain à la plume acérée et féroce et dont les thèses méritent critique et débat. Mais quelques pages m’ont sorti de mes gonds.

L’une relate une rencontre avec son vieil ami Jean-Marie Le Pen, l’homme du détail. Le seul tort que Zemmour lui trouve est qu’il a été anachronique. Il prétend que De Gaulle ou Churchill auraient dit la même chose, s’ils s’étaient exprimés. Et puis ce  détail  était dans le  mode d’extermination et pas dans  son ampleur. Et puis Le Pen se serait excusé…

Tout cela est faux, d’ailleurs Le Pen ne s’excuse jamais – et Zemmour non plus – et il a réitéré ses propos en 2015, deux ans après l’entretien. 

Alors, je le sais, pour beaucoup aujourd’hui, le détail de Le Pen n’est qu’un détail. Pour moi, non. Ajouté dans le livre à l’absolution de Pétain, la défense de Papon, l’insinuation que Simone Veil considérait la zone libre comme un havre de paix pour les Juifs persécutés et plus largement, aux traficotages  d’une histoire de France fantasmée, ces autres “détails” montrent que le mensonge ne fait pas peur à Zemmour

Une autre page relate les assassinats de Toulouse. Ils suscitent chez lui des considérations confuses sur  la violence, avec références à Michelet,  Malaparte,  Hippolyte Taine et aux Romains de la décadence pour conclure que les massacres sont dus… à des décalages de temporalité et de civilisation!

Quant aux assassinats eux-mêmes , rien, ni émotion, ni réflexion, si ce n’est pour écrire que Merah, enterré en Algérie et ses victimes juives, enterrées en Israël, ont le point commun de n’avoir aucun lien avec la France, puisque c’est le pays où on se fait enterrer qui révèle la patrie où on se reconnait. Et après avoir écrit cette ignominie, Eric Zemmour n’a pas pris son téléphone pour s’excuser auprès de M.Sandler.

En s’exprimant ainsi, il assure la partie antisémite de son électorat qu’il n’aura aucune sensibilité particulière pour les Juifs et pour Israël. Il continuera de donner des gages, et il le fera avec gourmandise. Quelles que soient mes inquiétudes sur l’islamisation de la France, je ne veux pas qu’elles soient gérées par Eric Zemmour, et je ne voudrais pas que ma rue s’appelle demain  Boulevard Drumont ou Boulevard Pétain.

Richard Prasquier