Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - Serge Hajdenberg nous a quittés

08 Mars 2021 | 93 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Prix Nobel de littérature en 2002, l'écrivain hongrois Imre Kertèsz est mort à Budapest le 31 mars 2016. Son dernier livre, "L'ultime auberge" a reçu, le 22 mai 2016, le Prix Spécial du Jury 2016 du Salon du Livre de la Licra-Paris

Voici le discours que j'ai prononcé après le vote de l'assemblée générale du Crif.

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Lors du 9ème Salon du Livre de la Licra, deux écrivains ont reçu un prix

Là-bas, la crainte d'une menace russe est la principale raison qui exacerbe les passions identitaires.

 
Lors d’une allocution devant le Conseil de sécurité, Rafael Ramirez, représentant du Venezuela auprès des Nations-Unies, a lancé… « Qu’est-ce qu’Israël a l’intention de faire avec les Palestiniens ? Vont-ils disparaître ? Est-ce qu’Israël cherche à imposer une Solution finale sur les Palestiniens ? » 
 

Décryptage.

 

Des 27 avril au 10 juin 2016, se tiendront les journées nationales des Mémoires de la traite de l’esclavage et de l’abolition.  Souvenons-nous.

Nouvelle erreur de casting - Au lendemain de l'émission Dialogues Citoyens, retour sur Marwen Belkaid, un invité pas comme les autres.

Seuls, nous ne pouvons rien. Tous unis nous pouvons tout.

Seuls, nous ne pouvons rien. Tous unis nous pouvons tout.

Réaction à la célébration du 20ème anniversaire de la mort de François Mitterand

Réaction à la célébration du 20ème anniversaire de la mort de François Mitterand

A quelques jour de notre Convention Nationale j'ai répondu aux questions de Sara Mesnel pour L'Arche 

A quelques jour de notre Convention Nationale j'ai répondu aux questions de Sara Mesnel pour L'Arche 

Comment les réseaux sociaux sont passés de l'effroi à la solidarité sans précédent avec les telavivim

Pages

La fin de semaine a été marquée par la terrible nouvelle du départ, vendredi 5 mars 2021, de Serge Hajdenberg, cofondateur de RadioJ et surtout Militant infatigable de la cause Juive depuis près d’un demi-siècle.

À l’annonce de ce dernier combat, que Serge n’a pu remporter malgré toute la force et la volonté qui le caractérisait, les réactions et témoignages sont venus de partout. De celles et ceux qui ont fait un plus ou moins long chemin à ses côtés comme de ceux qui l’ont simplement croisé ou entendu.

Oui ! Tous les militants, les auditeurs de la fréquence Juive, les engagés comme les simples suiveurs ont en eux quelque chose de Serge.

Ses éditos, ses coups de gueule, ses colères, ses rebellions et ses appels permanents au combat ont bercé plusieurs générations.

Que l’on ait été d’accord avec lui ou pas, des échanges avec Serge il restait toujours quelque chose. Pour une seule raison : il aimait sincèrement le peuple juif, Israël, la justice et la liberté.

Depuis vendredi de très nombreux témoignages ont évoqué ce Mench. Mais aujourd’hui, en cette journée internationale des droits des Femmes, permettez-moi de retenir surtout les témoignages émouvant et profond de ses femmes à lui : la sienne d’abord, Suzy, qui a rappelé combien depuis le premier jour, elle était à ses côtés lors de tous les défis qu’il avait à relever. Sa complice de chaque moment.

Celle qui dimanche, lors de la cérémonie d’hommage qui lui était rendu, a parlé de Serge son mari, son amour, le père, le grand-père et l’arrière grand-père qu’il était.

Les femmes étaient nombreuses autour de lui, ses quatre filles merveilleuses qui prenant la parole l’une après l’autre ont parlé avec tendresse de cet Homme qui chaque jour et plusieurs fois par jour, les appelait simplement pour savoir comment elles allaient. Elles ont parlé de ce roc, pilier d’une famille qui malgré les sacrifices que demandaient ses engagements, a toujours été un père attentionné dont elles étaient fiers.

Alors que Serge va rejoindre Israel, qu’il chérissait tant, pour son dernier voyage je veux ici au nom de tous, dire à Ses Femmes qui l’ont aimé et qu’il a tant aimées, combien nous pensons à elles et qu’elles ont bien des raisons d’être fières de celui qu’elles ont eu le bonheur d’avoir comme père.

Gil Taïeb