Yonathan Arfi

Le nouveau Président du Crif, un militant juif et citoyen

Blog du Crif - Tapie, le populaire, contre Le Pen, le populiste : le match n'est pas fini

04 Octobre 2021 | 110 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Découvrez mon discours prononcé lors de la plénière de clôture de la 11ème Convention nationale du Crif, le 14 novembre 2021, en présence du Premier ministre Jean Castex.

Pages

Actualité

À l’heure de la réconciliation Jérusalem-Ankara, retour sur l’histoire des Juifs de Turquie.

Patricia Sitruk est membre du Comité directeur du Crif

Pages

Opinion

Dès le début de l’offensive russe contre l’Ukraine, nous avons, le 23 février dernier, proposé à nos lecteurs, une étude sur les Juifs d’Ukraine. Depuis quelques jours, le conflit semble s’étendre à deux autres pays, la Finlande et la Suède. Nous vous proposons de découvrir les communautés juives de ces deux pays. Aujourd’hui, les Juifs de Finlande.

Pages

On ne choisit pas le moment de sa mort.

Et pourtant, en quittant ce monde en ces heures de retour sur le devant de la scène politique du populisme qu'il a combattu sa vie durant, Bernard Tapie nous adresse un clin d'œil.

Chacun a aimé ou détesté (voire les deux à la fois), l'homme et sa personnalité. Et son incontestable part d'ombre a pu susciter légitimement, tantôt sarcasme, tantôt indignation.

Mais s'il est un domaine dans lequel tous les républicains ont une forme de dette à son égard, c'est bien la constance et la sincérité de son combat contre l'extrême-droite. Rien n'obligeait Bernard Tapie à prendre le risque de jouer ce match dans l'arène politique, là où tant d'autres font le choix du confort des tribunes plutôt que des dangers de la pelouse.

Il avait choisi d'aller répondre à Jean-Marie Le Pen sur son propre terrain : celui de la gouaille et parfois de la provocation, celui du franc-parler et du coup médiatique, celui des classes populaires et de la France d'en bas.

Au populisme, Bernard Tapie avait tenté d'apporter une réponse populaire.

Au déclinisme, il a avait tenté de répondre par une forme de volontarisme.

Nous apprenions hier l'adoubement d'Eric Zemmour par Jean-Marie Le Pen dans sa campagne présumée pour la présidentielle. Plus qu'un soutien, cette déclaration doit être entendue pour ce qu'elle est : un passage de relais.

Si Bernard Tapie n'a pas désigné son successeur dans cette bataille, c'est peut-être pour que nous soyons nombreux, citoyens de bonne volonté, à poursuivre cette idée simple qu'il incarnait : la République est un sport de combat.

Que le populisme, qu'il soit d'extrême-gauche ou d'extrême-droite, soit vaincu en avril 2022 est au fond le seul véritable hommage que les Français pourraient lui rendre.

Yonathan Arfi