Bruno Benjamin

Président du Crif Marseille Provence

Blog du Crif - Vulgarité, indécence et inversion des valeurs : Les Césars de la contre culture

19 Mars 2021 | 345 vue(s)
Catégorie(s) :
France

(Date du 15 septembre 2021)

Lors de la cérémonie nationale d'hommage commémorant le Vel d'Hiv, le Président du Crif s'est dit "choqué et révolté par les images indécentes des récalcitrant à la vaccination arborant l’étoile jaune et faisant des raccourcis honteux. C’est un outrage à la mémoire des victimes de la Shoah".

Discours de Marcel Dreyfuss,  Président d’honneur du Consistoire, représentant du Crif ARA - Dimanche 18/7/2021 au CHRD

Discours prononcé à la cérémonie du 18 juillet par M. Albert Massiah, Président du Crif Bordeaux-Aquitaine, lors de la « Journée nationale à la mémoire des crimes racistes et antisémites commis par l’État français de Vichy et en hommage aux Justes de France. »

Pages

Actualité

(Date du 15 septembre 2021)

Lors de la cérémonie nationale d'hommage commémorant le Vel d'Hiv, le Président du Crif s'est dit "choqué et révolté par les images indécentes des récalcitrant à la vaccination arborant l’étoile jaune et faisant des raccourcis honteux. C’est un outrage à la mémoire des victimes de la Shoah".

Discours de Marcel Dreyfuss,  Président d’honneur du Consistoire, représentant du Crif ARA - Dimanche 18/7/2021 au CHRD

Discours prononcé à la cérémonie du 18 juillet par M. Albert Massiah, Président du Crif Bordeaux-Aquitaine, lors de la « Journée nationale à la mémoire des crimes racistes et antisémites commis par l’État français de Vichy et en hommage aux Justes de France. »

Pages

Opinion

(Date du 15 septembre 2021)

Par un enchaînement de hasards, notre bloggueuse Sophie, plus habituée aux sujets de cyber-sécurité et de contre-terrorisme, s'est retrouvée les mains dans la pâte (à pizza). Et ça lui a donné quelques idées plutôt gourmandes... Elle les partage avec vous cet été à travers ces chroniques culinaires !

Discours de Marcel Dreyfuss,  Président d’honneur du Consistoire, représentant du Crif ARA - Dimanche 18/7/2021 au CHRD

Pages

Nous savons tous que l’acteur – plus communément appelé comédien – a de multiples facettes. Il change de visage à chaque film, et chaque soir s’il fait du théâtre, il se déguise, il se dédouble.  Par son talent, son charisme, il s’incarne dans tous les rôles.  C’est ce qu’on aimait chez Gabin, de Funès, Michel Bouquet, Philippe Noiret, Yves Montand ou Alain Delon, pour ne citer que ceux-là, et chez Arletty, Brigitte Bardot, Jeanne Moreau, Catherine Deneuve ou Simone Signoret, étoiles d’une brillante constellation.

Et pourquoi les aimait-on ? Ils étaient naturels, charmeurs, directs et francs. On repérait vite leur silhouette, on écoutait une voix, un rythme, une respiration. Les mots s’incorporaient dans un physique, et une magie s’opérait. Leur présence familière, tantôt drôle ou blagueuse, tantôt sérieuse ou hargneuse, réclamait applaudissements ou indifférence polie,  mais jamais de rejet. Et quand ces stars figuraient dans une cérémonie des Césars retransmise à la télévision, on les accueillait volontiers dans notre salon. C’était une fête de famille dont on gardait un bon souvenir.

Crée en 1976, cette cérémonie des Césars conçue comme la défense et illustration du 7e Art, offrait une tribune aux comédiens qui saisissaient l’occasion de délivrer – devant le ministre de la Culture présent dans la salle – des messages politiques concernant l’avenir du cinéma français, sans élever la voix et toujours avec courtoisie. Le courant passait, et dans les chaumières de France et de Navarre, on était en phase avec eux, partageant les mêmes valeurs ancrées dans les traditions.

C’est ce lien qui a été rompu l’autre soir, à l’Olympia, lors de la 46e cérémonie des Césars, qui a dégoûté des millions de télespectateurs dans toutes les acceptions du mot. La pire édition qui ait été donnée à voir, où le ridicule se disputait à la débilité, l’outrance à l’extravagance. C’était le gauchisme recyclé dans une farce insupportable.

Dès le début, un malaise s’installa. En robe à paillettes, Marina Foïs, la grande prêtresse de la soirée, commença par ramasser une crotte de chien. Quelque peu éberlué, l’on se dit que c’était une plaisanterie, que les choses allaient rentrer dans l’ordre. Mais non. Sur la scène, l’atmosphère « pipi-caca » s’imprégnait de scatologie. Dans son fauteuil, le brave citoyen qui paye sa redevance télé n’en croyait pas ses oreilles. Il entendit proférer les mots « bite », « couilles », « merde », « putain », avant que Jean-Pascal Zadi ne parlât de pesticides et qu’un hurluberlu n’évoquât la loi sécurité et liberté, tandis que deux autres venant de l’Odéon occupé, lisaient un texte laborieusement ânonné. Le même Zadi tirait de l’oubli Frantz Fanon et, faisant l’éloge d’Adama Traoré, conférait à cette soirée une obsession pour le genre, la race et les identités qui sont le fond de commerce du militantisme soi-disant progressiste.

Du coup, le malaise s’alourdit chez le télespectateur … On était loin de la volupté de l’expression élégante d’autrefois. Oublié le génie polyvalent de Victor Hugo ! Envolé l’esprit français porté si haut par Sacha Guitry ! Evaporés l’humour et la virtuosité verbale de Raymond Devos!  Tous ces tristes intervenants confirmaient la mise sous tutelle du cinéma français par une idéologie destructrice d’un prestigieux patrimoine. Le pire c’est que  cette petite coterie indécente érige la vulgarité en vertu.

Mais l’on n’était qu’aux prolégomènes.  Car le meilleur, si l’on peut dire, advint avec Corinne Masiero qui transforma la soirée en un meeting politique. Il est vrai que cette comédienne de 57 ans aime le trash. Arrivée sous un costume de Peau d’Ane et une robe ensanglantée, elle se dévêtit sans vergogne en dévoilant « No culture no Future » inscrit sur son ventre, des tampons accrochés aux oreilles et, sur le dos, ce message revendicatif à l’adresse du premier ministre Jean Castex: « Rend-nous l’Art Jean ! » Là, avec une faute d’orthographe, on était dans les bas-fonds de la pensée disruptive que revendique la culture woke fondée sur l’interpellation radicale, à effet spectaculaire. Ne nous y trompons pas, la portée de cet événement engageait les artistes sur les chemins d’une contre culture. Car c’est bien de cela qu’il s’agit, avec son inévitable inversion des valeurs. Quel exemple pour les jeunes rêvant de faire carrière dans le cinéma !  On les découragerait qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

Et puis apparut Vincent Dedienne pour annoncer les lauréats de la catégorie « Meilleur film étranger ». Quelle mouche l’avait-il piqué, il entama son laïus par… un discours d’Adolf Hitler : « Les guerres passent. Seules les œuvres de la culture ne passent pas. D’où mon amour de l’Art… » Mué en révisionniste, le bougre intégrait l’ordure morale au récit historique. Devant la surprise de Marina Foïs et quelques rires dans la salle, Dedienne légitima son propos en lançant à la présentatrice: « Monsieur Hitler. Tu veux que je dise Madame Hitler ? Oui, citer Hitler c’est quoi ? C’est la cancel culture ? C’est quoi la prochaine étape on va déboulonner les statues d’Hitler ? Il faut séparer l’homme du politique ».

Par cette saillie, il visait Polanski qui, l’année dernière, suggéra de séparer l’homme (accusé de viols) de l’artiste (lauréat d’un César). Une comparaison honteuse, à tous égards scandaleuse. On peut ne pas aimer Polanski mais nul ne conteste son talent. Ce survivant du ghetto de Varsovie où sa famille fut décimée par les nazis, a réalisé une quarantaine de films dont plusieurs chefs-d’œuvre. En réponse à ce coup de pied de l’âne, notre ami Francis Kalifat souligna à juste titre que « la culture et le cinéma français méritent mieux qu’une citation obscène et malvenue d’Adolf Hitler. Cette banalisation de la haine est insultante et affligeante. N’est pas Desproges qui veut ! »

Allez ! Oublions cette mascarade qui a avili le cinéma. Comme l’écrit Eric Neuhoff dans Le Figaro, «on espérait du feu, de la vie, des fêlures, du ciel et de la poésie. Ce fut un défilé de sectaires, de juges, bientôt des tyrans. »                              

Bruno Benjamin

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.