Actualités
|
Publié le 14 Avril 2021

Crif - Où est la Justice pour Sarah Halimi ?

Mercredi 14 avril 2021, la Cour de Cassation a rendu son verdict, mais n'a pas rendu Justice à Sarah Halimi et à sa famille. Le Président du Crif, Francis Kalifat, a exprimé son inquiétude et sa consternation.

C'est officiel, la Cour de Cassation a tranché. Il n'y aura pas de procès dans la terrible Affaire Sarah Halimi.

La Cour de Cassation a rendu son verdict aujourd'hui. Un verdict bien au-delà d'insatisfaisant puisque les pourvois formés dans l'affaire Sarah Halimi ont été rejetés.

La Cour de Cassation a confirmé l'irresponsabilité pénale de l'assassin présumé de Sarah Halimi au moment des faits. Kobili Traoré ne sera donc pas jugé.

Pour le Président du Crif Francis Kalifat : "En rejetant le pourvoi la cour de cassation a tranché le désaccord des experts entre abolition et altération du discernement. La bonne décision aurait été de laisser à un Jury d’assises la responsabilité de ce choix. Le verdict n’aurait alors ouvert la voix à aucune contestation".

Le 4 avril 2017, Sarah Halimi était sauvagement assassinée parce que Juive.

Quatre ans après un drame qui nous a profondément bouleversés, le visage de Sarah Halimi nous accompagnera toujours, plus que jamais.

***

Affaire Halimi : la Cour de cassation rejette les pourvois et confirme l'irresponsabilité pénale du suspect

Publié le 14 avril dans BFM TV

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi le pourvoi des avocats de la famille de Sarah Halimi. Elle confirme la décision de la chambre d’instruction de la cour d’appel de Paris de décembre 2019 sur l'irresponsabilité pénale du meurtrier de cette retraitée juive de 65 ans, qui n'aura donc pas de procès..

"Une personne qui a commis un acte sous l’emprise d’une bouffée délirante abolissant son discernement ne peut pas être jugée pénalement même lorsque son état mental a été causé par la consommation régulière de produits stupéfiants. En effet, la loi ne prévoit pas de distinction selon l’origine du trouble psychique", a tranché la plus haute juridiction de l'ordre judiciaire.

Les faits remontent au 4 avril 2017: Kobili Traoré, un musulman de 27 ans, fait irruption chez sa voisine juive de 65 ans, Lucie Attal - aussi appelée Sarah Halimi. Il la roue de coups aux cris de "Allah Akbar" et en récitant des versets du Coran, avant de la jeter par-dessus le balcon de leur HLM de Belleville, dans l'est de Paris.

Il était alors en pleine "bouffée délirante", liée probablement à une forte consommation régulière de cannabis. Le 19 décembre 2019, la cour d'appel a conclu, sur la base de trois expertises médicales, que le jeune homme était "irresponsable pénalement" en raison d'un trouble psychique au moment des faits.

Une quinzaine de joints par jour

Cette décision, objet du pourvoi en cassation des parties civiles, avait été vivement critiquée par des politiques de tous bords, dont la maire de Paris Anne Hidalgo, et plusieurs personnalités, notamment de la communauté juive. En défense Me Patrice Spinosi avait martelé que son client ignorait le risque, alors qu'il consommait une quinzaine de joints par jour depuis l'âge de 16 ans.

Pendant l'enquête, sept experts psychiatriques ont tous conclu à une "bouffée délirante" chez le jeune homme. L'un d'eux, le Dr Daniel Zagury, s'était toutefois démarqué sur les conséquences juridiques, suggérant de retenir "l'altération du discernement" compte tenu de l'"intoxication chronique volontaire".

Par cette décision, la Cour de cassation confirme qu'il n'y aura pas de procès pour cet homme, toujours hospitalisé d'office.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.