Richard Prasquier

Ancien Président du CRIF

Le billet de Richard Prasquier - Les Bretslover à Ouman

06 Octobre 2022 | 122 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

 

"For the union makes us strong" : car l'union nous rend forts, Solidarity forever, Peter Seegers

Pages

Israël

Pages

Opinion

 

"For the union makes us strong" : car l'union nous rend forts, Solidarity forever, Peter Seegers

Pages

En parlant des Hassidim de Bratslav (les Bretslover en yiddish) on n’esquive pas complètement l’actualité. La guerre, les lignes aériennes coupées et les avertissements des gouvernements d’Ukraine, d’Israel, ou des États-Unis, rien n’y a fait, les Bretslover sont revenus à Ouman pour Roch Hachana, 20 000 dit-on, pas loin des 40 000 dans les années avant Covid. La hassidout de rabbi Nahman n’a jamais été très nombreuse, mais le pèlerinage attire d’autres fidèles et, au-delà, des Juifs pas toujours très orthodoxes en quête de spiritualité. Le haut moment, c’est le tachlich, quand les pèlerins  en robe blanche déposent leurs péchés dans le lac bordant Ouman et récitent le Tikkun Haklelali, la série des 10 psaumes  contre le mal élaborée par le Rav Nahman. Tous sont là pour recharger leurs batteries spirituelles et la ferveur qui émane de cette masse d’hommes joyeux laisse une empreinte forte aux participants.

Pourquoi Ouman? Nahman, sa maison de Bratslav détruite dans un incendie, n’y a passé qu’une année, malade de tuberculose et mort à  38 ans, en 1810. Il aurait d’ailleurs choisi la ville en raison de son cimetière, où avaient été enterrées quarante ans auparavant, les victimes d’un grand massacre de Juifs perpétré par les haidamaks, ces paysans ukrainiens soutenus par l’empire russe et révoltés contre leurs maitres polonais. Les temps ont changé... Il y avait donc dans ce cimetière, qu’on appelait maison de vie, bet Haim, beaucoup d’âmes juives que Rabbi Nahman voulait défendre devant le tribunal divin.

Il avait enseigné à Bratslav, à 100 km de Ouman, pendant huit ans, au retour de son voyage en terre d’Israel. Il y avait trouvé un élève exceptionnel, Nathan Sternharz de Nemirov, Rèb Noussn pour les fidèles. Par lui, la vie et les idées Nahman de Breslaw sont bien connues, dans des livres célèbres qui ont façonné le mouvement Bratslav. Seuls les écrits restent, ce qui peut biaiser notre compréhension : d’autres disciples ont probablement tiré de Nahman des conclusions un peu différentes de celles de Nathan.

Nahman, dans sa doctrine émotionnelle, insistait sur une phrase du prophète Ezechiel « J’ôterai de votre corps le coeur de pierre, et je vous donnerai un coeur de chair », Lev bassar. Lev bassar, les mêmes consonnes que Breslov; curieusement, le nom de Rabbi Nathan, Sternharz signifiait coeur dur.

C’est Nathan qui institua le pèlerinage à Ouman. Visiter le tombeau d’un maitre hassidique n’avait rien d’exceptionnel, mais Ouman joua chez les bretslover un rôle à part. Au coeur de la répression tsariste puis après l’interdiction par le régime communiste, il y eut une poignée de fidèles prêts à courir tous les risques pour venir. Certains, dit-on, pour éviter que la construction d’un immeuble ne vînt détruire la tombe de Nahman, firent intervenir le Président Carter lui-même. Depuis la fin du communisme, le pèlerinage est devenu un impressionnant événement touristique...

Bratslav n’a pas créé de lignée dynastique comme les autres mouvements, ce qui lui a valu le surnom de « Die toyte hassidim », les « Hassidim morts ». En fait, Nahman rejetait l’évolution, disons « commerciale », du hassidisme  qu’il voyait chez les descendants du Baal Shem Tov, son propre arrière grand-père, et il n’a pas eu de successeur familial. Mais cela tient aussi à sa doctrine. Au lieu de leur faire confesser leurs  pêchés, souvent liés à la sexualité, il en vint à demander à ses disciples de rechercher par eux-mêmes et au fond d’eux-mêmes le tzadik, c’est-à-dire la justice. L’hitbodedout, l’isolement spirituel quotidien consacré à une méditation intérieure, permet cette relation personnelle avec Dieu. C’est selon Nahman, qui prolonge ici la cabale de Louria, avec la brisure des vases, un travail difficile, rempli d’obstacles. La joie à laquelle on associe le nom de Nahman de Bratslav est le produit d’un combat, qui fut probablement aussi le combat de sa propre vie, marquée par sa maladie et le décès de ses proches. Je pense à la phrase de Camus : « il faut imaginer Sysiphe heureux ».

Natan s’est toujours considéré comme le simple disciple de Rabbi Nahman. Il le considérait comme une personnalité messianique de l’envergure de Moïse. Nul ne pouvait donc remplacer Nahman, mais pour administrer sa succession,  Natan avait une personnalité trop clivante pour être unanimement agréé. La hassidout de Bratslav en a gardé un caractère anarchique. Elle contraste avec le Chabad qui a su rester centralisé sans nommer de successeur au Rebbe, considéré aussi par beaucoup de ses fidèles comme une figure messianique.

Mais avant Nahman, aucun maitre hassidiques n’avait eu de prétentions messianiques, et  le souvenir du faux messie Shabtai Zvi était encore vivace. Il ne faut donc pas s’étonner que les écrits de Natan aient suscité de virulentes polémiques au sein même du hassidisme et que le mouvement de Nahman de Bratslav soit resté diversifié et marginal.

Il  est aujourd’hui populaire, car sa spiritualité peut aussi se décliner sous une forme « New age » en harmonie avec la quête contemporaine, mais il n’évite pas cependant les phénomènes d’emprise. La ligne entre maitre spirituel et  gourou est fragile. L’inculpation récente d’un rabbin Bretzlover réputé en Israël, Eliezer Berland, en témoigne. Malgré son lourd dossier il garde un noyau de partisans convaincus que les accusations contre lui prouvent son caractère messianique.

Quelle que soit la valeur d’une tradition religieuse, le risque d’emprise sur les esprits ne doit jamais être sous-estimé dès lors qu’elle prétend à une exclusivité absolue dans l’espace privé ou public.

Richard Prasquier