Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean-Pierre Allali - Les Rabbins du cimetière du Borgel à Tunis, par Roland, Esther et Marc Fellous

14 Avril 2021 | 124 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Lors de la cérémonie nationale d'hommage commémorant le Vel d'Hiv, le Président du Crif s'est dit "choqué et révolté par les images indécentes des récalcitrant à la vaccination arborant l’étoile jaune et faisant des raccourcis honteux. C’est un outrage à la mémoire des victimes de la Shoah".

Discours de Marcel Dreyfuss,  Président d’honneur du Consistoire, représentant du Crif ARA - Dimanche 18/7/2021 au CHRD

Discours prononcé à la cérémonie du 18 juillet par M. Albert Massiah, Président du Crif Bordeaux-Aquitaine, lors de la « Journée nationale à la mémoire des crimes racistes et antisémites commis par l’État français de Vichy et en hommage aux Justes de France. »

Pages

Opinion

Par un enchaînement de hasards, notre bloggueuse Sophie, plus habituée aux sujets de cyber-sécurité et de contre-terrorisme, s'est retrouvée les mains dans la pâte (à pizza). Et ça lui a donné quelques idées plutôt gourmandes... Elle les partage avec vous cet été à travers ces chroniques culinaires !

Discours de Marcel Dreyfuss,  Président d’honneur du Consistoire, représentant du Crif ARA - Dimanche 18/7/2021 au CHRD

Discours prononcé à la cérémonie du 18 juillet par M. Albert Massiah, Président du Crif Bordeaux-Aquitaine, lors de la « Journée nationale à la mémoire des crimes racistes et antisémites commis par l’État français de Vichy et en hommage aux Justes de France. »

Pages

Les Rabbins du cimetière du Borgel à Tunis, par Roland Fellous, Esther Fellous et Marc Fellous (*)

 

C’est véritablement une œuvre pie que viennent d’accomplir le professeur Marc Fellous et son équipe dynamique et fervente de l’Association Internationale des Cimetières Juifs de Tunisie, en publiant cette plaquette riche en enseignements de tous ordres.

Autrefois florissante, forte de plus de cent mille âmes, la communauté juive de Tunisie, un millier de personnes de nos jours, a pratiquement disparu de son terreau ancestral. Les « Tunes » vivent désormais en Israël, en France, au Canada et ailleurs aux quatre coins du monde. Pourquoi sont-ils partis ? Les raisons sont multiples. L’une d’entre elles aura été, l’attitude des autorités tunisiennes à l’égard du grand cimetière juif de Tunis. Peu après l’indépendance du pays, le maire de Tunis, Ahmed Zaouche, avisa la communauté juive, propriétaire légitime des lieux, de son intention de transformer ce cimetière en jardin public. Ce n’était pas un projet complètement nouveau. Déjà, dans les années 1890, sous le protectorat français, les édiles avaient considéré que ce cimetière, 65 000 m2 situé en plein centre-ville, dans le quartier dit du Passage et de l’avenue Théodore Roustan, était une sorte de chancre qui gênait les possibilités d’expansion et de modernisation de la capitale tunisienne. À l’époque, face à la détermination des dirigeants de la communauté juive, l’idée fut abandonnée. Ahmed Zaouche fut, lui, plus déterminé et, surtout, plus pernicieux. Une promesse de transfert des sépultures en terre d’Israël, ne fut pas respectée. La force prévalut et,  mis à part les tombes de quelques rabbins qui furent sauvegardées, l’ensemble des tombes a été broyé par les bulldozers, les ossements des défunts parfois carrément mis à nu. Les promeneurs qui, de nos jours, accomplissent de paisibles promenades dans ce parc, savent-ils seulement qu’ils marchent sur la poussière de morts juifs qui auront été littéralement profanés ! Au point que les rabbins ont interdit à leurs coreligionnaires de fouler le sol de ce « jardin » où furent enterrés, au fil des années, quelque 60 000 Juifs. « Des milliers d’ossements, broyés et mêlés à la terre par les bulldozers et les pelleteuses, sont toujours sous les pieds des promeneurs de ce parc de la capitale ».

Pour en revenir au travail de l’équipe de Marc Fellous, ce livret, agréablement illustré, permet, grâce, notamment aux épitaphes hébraïques dont la traduction nous est proposée, de redécouvrir le parcours de rabbins, de Grands rabbins et de divers personnages d’un monde aujourd’hui disparu. Nous apprenons, notamment, qu’ « en raison du manque de place dans le vieux cimetière juif de Tunis, les communautés juives de la ville avaient en effet acquis dès le 28 octobre 1889 un terrain situé au lieu-dit Jebbih El Fokhar, route de La Goulette. Le nouveau cimetière fut inauguré en 1894 par le Grand rabbin de Tunisie, Élie Haï Borgel ». D’où le nom de Borgel désormais attribué à ce haut lieu. Un haut lieu où reposent précisément le Grand rabbin et des membres de sa famille, mais aussi Haï Taïeb Lo Met, Abraham Cohen, Itshak Lumbroso, Raphaël Arditti, natif de Bulgarie, Haïm Bellaïche, David Bembaron, Yacoub Boccara, Chlomo Dana, Yehouda Jarmon, David Ktorza, Nessim Yarhi et bien d’autres.

Les Juifs originaires de Tunisie et tous ceux que le sujet intéressent peuvent, par le biais d’un don, acquérir cette brochure très intéressante et très instructive.

Jean-Pierre Allali

(*) Avec le soutien de l’Association Internationale des Cimetières Juifs de Tunisie (AICJT) et du Cercle de Généalogie Juive (CGJ). Décembre 2020. 28 pages. Don AICJT à partir de 20 euros.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.