Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean-Pierre Allali - Les Rabbins du cimetière du Borgel à Tunis, par Roland, Esther et Marc Fellous

14 Avril 2021 | 127 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Il y a six ans (ndlr. : cet article a été rédigé en mars 2018), en mars 2012, à Montauban et Toulouse, sept vies ont été fauchées par un terroriste islamique, donc je me refuse à rappeler le nom.

Le 33ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 7 mars 2018.

Au théâtre de l'Atelier, Le livre de ma mère réveille les souvenirs et sublime la relation la plus sincère qui est donnée à l'homme de connaître.

Vendredi 23 février, j'ai rencontré Tomasz Młynarski, Ambassadeur de Pologne en France.

La première djihadiste française capturée à Mossoul par les forces irakiennes en juillet 2017, Mélina Boughedir, a été condamnée, lundi 19 février, à sept mois de prison pour l’entrée illégale en Irak. La cour pénale de Bagdad a ordonné la remise en liberté et l’expulsion en France de la jeune femme de 27 ans, sa peine étant couverte par sa détention préventive, rapporte Le Monde du 19 février. Qui sont ces femmes désintégrées, déstructurées et aveuglées par la propagande développée par les djihadistes et qui ont été des proies faciles. C'est ainsi qu'elles se sont déshumanisées et ont participé à cette orgie barbare et moyenâgeuse qu’est le djihadisme.

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

"On s'est dit au-revoir. C'était un au-revoir mais qu'y avait-il derrière cet au-revoir ?"

Dans leur numéro de janvier, le magazine Youpi, destiné aux enfants de 5 à 8 ans, a clairement laissé entendre à ses jeunes lecteurs qu' "Israel n'était pas un vrai pays".

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Pages

Opinion

En 2017, Roger Pinto, sa femme et son fils ont été séquestrés, violentés et détroussés à leur domicile de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), "une agression antisémite" condamnée par le Crif et le ministre de l'Intérieur. Une première ?

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Portrait de Gil Taïeb
Nous sommes debout
|
03 Avril 2017
Catégorie : France, Actualité, Opinion

Samedi 1er avril place du Châtelet se sont réunies une centaine de membres du Collectif Boycott Israël

On ne le dira jamais assez : la parution d’ouvrages de poésie, en général et dans le domaine juif en particulier est devenue assez rare pour qu’on ne salue pas avec plaisir la sortie d’un nouveau recueil. Dans ce nouveau livre, la peintre et poétesse Sarah Mostrel nous offre un ensemble de textes inspirés de la Bible et des textes fondamentaux du judaïsme.

Remi Huppert est un spécialiste des Juifs de Chine. On lui doit notamment Destin d’un Juif de Chine (1). Dans son nouveau roman, le judaïsme est toujours présent.

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Portrait de Stéphanie Dassa
Documentaire Sauver Auschwitz
|
23 Janvier 2017
Catégorie : Opinion

"Sauver Auschwitz ?" un documentaire diffusé le 24 janvier à 22h40 sur Arte 

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Pages

Les Rabbins du cimetière du Borgel à Tunis, par Roland Fellous, Esther Fellous et Marc Fellous (*)

 

C’est véritablement une œuvre pie que viennent d’accomplir le professeur Marc Fellous et son équipe dynamique et fervente de l’Association Internationale des Cimetières Juifs de Tunisie, en publiant cette plaquette riche en enseignements de tous ordres.

Autrefois florissante, forte de plus de cent mille âmes, la communauté juive de Tunisie, un millier de personnes de nos jours, a pratiquement disparu de son terreau ancestral. Les « Tunes » vivent désormais en Israël, en France, au Canada et ailleurs aux quatre coins du monde. Pourquoi sont-ils partis ? Les raisons sont multiples. L’une d’entre elles aura été, l’attitude des autorités tunisiennes à l’égard du grand cimetière juif de Tunis. Peu après l’indépendance du pays, le maire de Tunis, Ahmed Zaouche, avisa la communauté juive, propriétaire légitime des lieux, de son intention de transformer ce cimetière en jardin public. Ce n’était pas un projet complètement nouveau. Déjà, dans les années 1890, sous le protectorat français, les édiles avaient considéré que ce cimetière, 65 000 m2 situé en plein centre-ville, dans le quartier dit du Passage et de l’avenue Théodore Roustan, était une sorte de chancre qui gênait les possibilités d’expansion et de modernisation de la capitale tunisienne. À l’époque, face à la détermination des dirigeants de la communauté juive, l’idée fut abandonnée. Ahmed Zaouche fut, lui, plus déterminé et, surtout, plus pernicieux. Une promesse de transfert des sépultures en terre d’Israël, ne fut pas respectée. La force prévalut et,  mis à part les tombes de quelques rabbins qui furent sauvegardées, l’ensemble des tombes a été broyé par les bulldozers, les ossements des défunts parfois carrément mis à nu. Les promeneurs qui, de nos jours, accomplissent de paisibles promenades dans ce parc, savent-ils seulement qu’ils marchent sur la poussière de morts juifs qui auront été littéralement profanés ! Au point que les rabbins ont interdit à leurs coreligionnaires de fouler le sol de ce « jardin » où furent enterrés, au fil des années, quelque 60 000 Juifs. « Des milliers d’ossements, broyés et mêlés à la terre par les bulldozers et les pelleteuses, sont toujours sous les pieds des promeneurs de ce parc de la capitale ».

Pour en revenir au travail de l’équipe de Marc Fellous, ce livret, agréablement illustré, permet, grâce, notamment aux épitaphes hébraïques dont la traduction nous est proposée, de redécouvrir le parcours de rabbins, de Grands rabbins et de divers personnages d’un monde aujourd’hui disparu. Nous apprenons, notamment, qu’ « en raison du manque de place dans le vieux cimetière juif de Tunis, les communautés juives de la ville avaient en effet acquis dès le 28 octobre 1889 un terrain situé au lieu-dit Jebbih El Fokhar, route de La Goulette. Le nouveau cimetière fut inauguré en 1894 par le Grand rabbin de Tunisie, Élie Haï Borgel ». D’où le nom de Borgel désormais attribué à ce haut lieu. Un haut lieu où reposent précisément le Grand rabbin et des membres de sa famille, mais aussi Haï Taïeb Lo Met, Abraham Cohen, Itshak Lumbroso, Raphaël Arditti, natif de Bulgarie, Haïm Bellaïche, David Bembaron, Yacoub Boccara, Chlomo Dana, Yehouda Jarmon, David Ktorza, Nessim Yarhi et bien d’autres.

Les Juifs originaires de Tunisie et tous ceux que le sujet intéressent peuvent, par le biais d’un don, acquérir cette brochure très intéressante et très instructive.

Jean-Pierre Allali

(*) Avec le soutien de l’Association Internationale des Cimetières Juifs de Tunisie (AICJT) et du Cercle de Généalogie Juive (CGJ). Décembre 2020. 28 pages. Don AICJT à partir de 20 euros.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.