Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean-Pierre Allali - Robert Badinter ; L’homme juste, par Dominique Missika et Maurice Szafran

03 Novembre 2021 | 78 vue(s)
Catégorie(s) :

Robert Badinter ; l’homme juste, par Dominique Missika et Maurice Szafran (*)

 

Tout ce que vous aviez envie de savoir sur Robert Badinter sans jamais oser le demander. C’est une véritable somme que nous proposent les auteurs qui ont rencontré l’ancien ministre à plusieurs reprises. On découvre avec intérêt le jeune enfant juif, l’adolescent, le militant, l’avocat, le ministre et, bien entendu l’ardent défenseur de l’abolition de la peine de mort. Bref, l’homme juste, le « mensch ».

C’est à Paris, le 30 mars 1928, que Robert Badinter voit le jour. Il est le  fils de Samuel Simon Badinter  et de Charlotte Chifra Rosenberg. Son aîné, Claude, a alors trois ans. La famille habite le très huppé quartier de la place de l’Étoile mais ne va pas à la messe. « Le vendredi soir, Idiss, la mère de Charlotte, qui vit avec eux, allume les bougies pour le shabbat. Des immigrés juifs d’Europe de l’Est ». Charlotte, en effet, fille d’Idiss et de Shulim, longtemps chiffonnier,  sœur d’Avroum et de Naftoul, est originaire de Bessarabie. Samuel, lui, vint de Moldavie. Fils d’Abraham, marchand de bestiaux et de Shindléa Génia Babis, il est le quatrième d’une famille de huit enfants. À vingt ans, Simon s’engage dans l’armée impériale russe au sein de laquelle il combat vaillamment. Le 16 octobre 1919, il choisit la France. Marseille puis Paris.

C’est au bal des Bessarabiens que les parents de Robert Badinter se sont connus. Ils se marieront le 17 juin 1923 à la synagogue Notre-Dame de Nazareth. Le couple est traditionaliste et respecte les grandes solennités du calendrier juif. L’activité de Simon est florissante et la famille passera peu à peu des quartiers populaires au très convoité 16ème arrondissement. Et, bien entendu, les petits sont inscrits au lycée Janson-de-Sailly et prennent des leçons de piano. Le ménage est assuré par une bonne bretonne. Au printemps 1938, Claude célèbre sa bar-mitzva à la synagogue de la rue Copernic. Pour le futur ministre, ce sera une autre paire de manche : la cérémonie tombera en pleine Guerre et il en sera dispensé par le corps rabbinique, prudent.

2 septembre 1939. C’est la Guerre. Les Badinter préfèrent quitter Paris et se retrouvent à Nantes et, en partie, à Toulouse. L’Occupation, le régime de Vichy, l’antisémitisme, l’étoile jaune, l’aryanisation des entreprises, la fuite en zone libre, à Lyon, ville pétainiste. La famille Badinter paiera un lourd tribut à la folie nazie. Idiss, Naftoul et, plus tard Simon, seront déportés et ne reviendront pas des camps de la mort.

À la Libération, les Badinter, dont le logement a été saisi, se retrouvent à Boulogne-Billancourt. Robert, 17 ans, s’inscrit en faculté de lettres et de droit. Escapade, plus tard,  à New York où il célèbrera la naissance de l’État d’Israël en 1948.

Retour à Paris et, en 1950, il prête serment. Il va rapidement se trouver « un patron, un maître, un deuxième père, un modèle », le célébrissime Henry Torrès qui, en 1927, avait obtenu l’acquittement de Samuel Schwarzbart, le petit horloger juif qui avait assassiné l’ataman ukrainien Petlioura. Une affaire exceptionnelle qui incitera Bernard Lecache à créer la LICA qui, depuis, est devenue la LICRA.

Robert Badinter, très rapidement obsédé par la question très controversée de l’abolition de la peine de mort, va défendre les accusés les plus emblématiques qui marqueront leur époque : Daniel Léger, confiseur escroc, Paul Dellapina, voleur récidiviste, Albert Tribout, accusé du meurtre d’un cafetier, Georges Guingouin, instituteur communiste, le cinéaste Jules Dassin, Roger Bontems, Patrick Henry, Michel Bodin, Mohamed Yahiaoui, Michel Rousseau, Jean Portais, Norbert Garceau ou encore Philippe Maurice.

Robert Badinter sera également l’avocat de la LICRA au début de juin 1981, contre le négationniste Robert Faurisson.

Le 23 juin 1981, c’est la consécration. Robert Badinter est nommé à la tête du ministère de la Justice. Pour ses détracteurs, il est « le ministre des assassins ». Le 17 septembre 1981, c’est le grand saut. Il demande à l’Assemblée nationale, au nom du gouvernement, l’abolition de la peine de mort. 369 voix pour et 113 contre.

Robert Badinter a épousé, en premières noces, le 31 octobre 1957,  l’actrice Anne Vernon, coqueluche du Tout-Paris. La mère de l’avocat n’assistera pas au mariage. Anne Vernon et catholique et plus âgée que son fils. Trop, c’est trop ! Après huit ans de vie commune, c’est le divorce. Plus tard, Robert Badinter tombera amoureux d’Élisabeth, fille de Marcel Bleustein-Blanchet, de seize ans sa cadette, qu’il épousera en secondes noces. Ils auront trois enfants : Simon, Judith et Benjamin.

Des pages édifiantes sont consacrées à « Mitterrand, Vichy et les Juifs » ou encore à la passion de Badinter pour Victor Hugo. Un cahier iconographique illustre cet ouvrage remarquable, qu’il faut absolument découvrir.

Jean-Pierre Allali

(*) Éditions Tallandier. Mars 2021. 272 pages. 19,90 €.