Sophie Taïeb

Bloggueuse et rédactrice

Les chroniques culinaires - Que manger entre les fêtes pour limiter la casse ?

10 Septembre 2021 | 152 vue(s)
Catégorie(s) :
Opinion

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Depuis des années, l’historien Marc Knobel a de salutaires obsessions et une puissante détermination. L’une de ses salutaires obsessions, sur laquelle il a beaucoup travaillé et mené de profondes recherches, est cette diffusion sans frontières, sans retenues et sans toujours grandes oppositions, des haines multi-formes qui s’entretiennent.

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Comme chaque été, de nombreux juifs ont décidé de quitter la France pour s’installer en Israël. On parle de 8000 à 10 000 pour l’ensemble de l’année 2015. J’ai moi-même fait ce choix en 2013  et pourtant j’ai, plus que jamais, envie de parler de ceux qui restent. 

Dov Maimon rejoint les auteurs du Blog du Crif !

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

Par un enchaînement de hasards, notre bloggueuse Sophie, plus habituée aux sujets de cyber-sécurité et de contre-terrorisme, s'est retrouvée les mains dans la pâte (à pizza). Et ça lui a donné quelques idées plutôt gourmandes... Elle les partage avec vous cet été à travers ces chroniques culinaires !

Nous ne sommes qu’au début du mois de fêtes et certains ont déjà dû défaire un cran de ceinture… et ce n’est pas près de s’arrêter ! Cette semaine, nous vous proposons des recettes simples et légères à déguster entre les fêtes et qui vous permettront de limiter la casse en compensant les écarts autant que possible.

Le plein de protéines : le makoud tunisien

Voici une recette qui vous permettra de faire le plein de protéines (donc d’énergie) avec un minimum de glucide et de matières grasses. Le makoud se retrouve aussi bien sur les tables de fêtes à l’apéritif qu’en plat principal accompagné d’une petite salade.

Aussi appelé minima, ce grand classique de la cuisine tunisienne est parfaitement indiqué pour une journée protéines / légumes.

Il vous faut : un blanc de poulet, 8 œufs, 3 œufs durs, du sel, du poivre, un quignon de pain trempé dans le bouillon de poulet et essoré.

  • Faites bouillir le blanc de poulet dans l’eau. Sortez le blanc, conservez le bouillon.
  • Effilochez le blanc de poulet à la main. Rajoutez les œufs durs coupés grossièrement et mettez le tout dans un plat.
  • Battez les œufs, ajoutez le pain émietté (après l’avoir trempé dans le bouillon de poulet et essoré). Salez et poivrez.
  • Versez le tout dans le plat sur le mélange poulet / œufs durs
  • Au four 180 degrés pendant 30mn. A mi cuisson, vous pouvez verser une louche de bouillon de poulet pour rendre le makoud encore plus moelleux.

Coupez au moment de servir, bon appétit !

 

La salade qui sauve : la salade israélienne

La salade israélienne a l’air toute simple, néanmoins ce sont les petits tours de main que vous y apporterez qui la rendra si spéciale ! Voici nos « trucs » pour vous transporter dès la première bouchée :

  • Coupez vos légumes en morceaux de taille égale : oui cela prend plus de temps, mais si les tomates et les concombres ne sont pas coupés uniformément, votre salade perdra de son équilibre
  • Ajoutez un twist : que ce soit de l’oignon violet, du citron confit, des olives kalamata, de l’ail cru ou du piment, la salade israélienne existe en plusieurs variations, au gré de vos goûts et vos envies
  • Variez les herbes : habitués au persil ou à la coriandre ? Essayez d’y ajouter de l’aneth ou de la menthe, pour un maximum de fraîcheur.
  • Pensez épices : l’assaisonnement traditionnel comprend du jus de citron, du sel et de l’huile d’olive. Vous pouvez ajouter du sumac pour une pointe d’acidité !

Avec la salade israélienne, vous pouvez servir toute protéine de votre choix : féta, poisson, œufs, viande… et vous voici calé pour la journée !

 

Le dessert léger : la salade d’orange marocaine

Vous ne savez pas finir un repas sans touche sucrée et souhaitez limiter la casse ? Alors la salade d’orange marocaine est parfaite pour vous.

Salade-d-orange

Source : voyagegourmand.fr

Rien de plus simple pour réaliser cette salade !

6 oranges, une demi grenade, une cuillère d’eau de fleur d’oranger, une cuillère de miel, une poignée de pistaches.

  • Faites chauffer le jus d’une orange avec le miel et l’eau de fleur d’oranger. Laissez refroidir.
  • Coupez les oranges (pelez-les, retirez le maximum de partie blanche, coupez-les en tranches).
  • Déposez les tranches d’orange dans un plat, versez le sirop, ajoutez les grenades, les pistaches concassées et quelques feuilles de menthe. Laissez au frigo au moins une heure avant de servir !

Bon appétit… et bonnes fêtes !